Créer un blog rentable et réussir sa vie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Article long, article court : quelle taille idéale pour des articles de blog

Voilà un débat qui revient souvent en matière de rédaction web : est-il plus efficace de rédiger un article long ou un article court ? Y a-t-il une taille idéale, un nombre de mots parfait pour qu’un post soit bien référencé et partagé ?

Et d’abord, qu’est-ce qu’un article long et un article court ? Je vous propose quelques éléments de réflexion pour alimenter le débat !

Article long, article court : quels sont les enjeux ?

Derrière un nombre de mots ou la recherche d’une taille idéale d’article de blog se cachent en réalité des préoccupations assez variées :

  • La question de l’attention et du temps pendant lequel on peut espérer retenir un lecteur attentif ;
  • La question du fond, de la taille idéale nécessaire pour bien traiter un sujet et être bien référencé sur le sujet en question ;
  • La question de la cible visée et de ses attentes ;
  • La question des objectifs que l’on vise en rédigeant un contenu ;
  • La question du style propre à chacun, qui nous donne souvent une affinité envers tel ou tel type d’article.

Ligne décorative

Retenir l’attention du lecteur

Un lecteur adulte moyen lit autour de 300 mots par minute. Un bon lecteur peut monter facilement jusqu’à 700 mots par minute, voire plus. C’est un repère pour évaluer le temps nécessaire à la lecture de chacun de vos articles.

En 2014, une étude a montré que sur un article de 600 mots environ, les lecteurs n’en lisaient que 28% en moyenne. En gros, si vous insérez une phrase sur un ornithorynque grincheux qui chante « Supercalifragilisticexpialidocious » au beau milieu de votre article, tout le monde ne le remarquera pas. Cette réalité explique sans doute que de nombreux sites misent sur des articles très courts : par exemple, la taille moyenne d’un article sur WordPress est de 280 mots selon le PDG Matt Mullenweg…

La taille idéale d’un article, dictée par le sujet

Le sujet détermine souvent de lui-même une longueur d’article idéale. Si vous êtes en-dessous, votre article sera trop superficiel. Si vous êtes au-dessus, il y aura sans doute des paragraphes qui feront office de « remplissage inutile ».

Il faut donc se poser la question de la valeur ajoutée qu’on apporte. La décision se prend à l’échelle de chaque article et pas pour un blog entier. J’ai écrit ici des articles très longs, de plus de 2500 mots… tout comme des articles plus courts de moins de 700 mots. Le sujet dicte souvent sa loi !

C’est cette pertinence qui va aussi déterminer le potentiel de l’article en référencement.

Ligne décorative

Qui sont vos lecteurs ?

Les lecteurs n’ont pas tous les mêmes attentes, les mêmes besoins, le même niveau d’expertise ou de maturité sur un sujet. Par exemple, un internaute qui se renseigne pour acheter des chaussures de randonnée aura peut-être besoin d’un article détaillé, qui compare différents modèles et explique les notions techniques. A l’inverse, quelqu’un qui est prêt à acheter pourra se contenter d’une fiche produit beaucoup plus succincte.

Quels sont vos objectifs ?

Le choix entre article long et article court peut aussi être dicté par le but de votre contenu : par exemple, avec un tutoriel dont le but est d’expliquer quelque chose étape par étape, on a plutôt tendance à bien détailler son propos ; à l’inverse, on peut parfois écrire des articles courts pour partager une expérience et susciter un débat, en laissant du « vide » pour faire de la place aux questions des lecteurs…

 

Votre style, plus ou moins synthétique

Instinctivement, vous avez sûrement une affinité pour telle ou telle longueur d’article : par exemple, vous aimez aborder un sujet avec des détails, avoir le sentiment d’approfondir une réflexion ; ou, au contraire, vous aimez écrire rapidement et vous préférez publier plusieurs articles courts très ciblés plutôt qu’un article long.

Ce style, c’est le vôtre et il est souvent plus facile de fédérer des lecteurs autour de son style que de chercher à adapter son style en fonction des attentes supposées des lecteurs.

Néanmoins, le débat entre article long et article court ne se résume pas à ses aspects. Il faut aussi envisager leur impact en termes de référencement et d’engagement sur les réseaux sociaux.

Les avantages et les risques des articles longs

L’article long a pour principal avantage qu’il permet de traiter un sujet en profondeur. Son nombre de mots excède souvent 1500, soit 5 minutes de lecture pour un adulte moyen.

S’il est de qualité :

  • Il est riche en informations pour les lecteurs.
  • Il peut se positionner comme une référence sur un sujet donné et être cité largement comme source.
  • Il exige plus d’attention de la part des lecteurs donc touche souvent un public plus engagé.
  • Il traite le sujet en utilisant de nombreux mots clés différents, ce qui est souvent bénéfique pour se positionner sur les moteurs de recherche.
  • Il participe à la construction d’une expertise car il peut mettre en valeur vos connaissances et compétences ou la richesse de votre réflexion.

On constate à travers certaines études que les articles les mieux référencés ont tendance à être aussi des articles longs (1890 mots en moyenne selon cette étude de Backlinko).

Lien entre le nombre de mots (axe vertical) et le positionnement sur Google (axe horizontal)

Une autre étude de Buzzsumo soulignait aussi que les articles de 3000 à 10000 mots étaient largement plus partagés sur les réseaux sociaux que les contenus plus courts.

Néanmoins, un article long n’est pas la solution à tous les problèmes et parfois, le nombre de mots peut être un obstacle :

  • Les lecteurs n’ont pas forcément le temps de tout lire et sur certains sujets, ils privilégient les contenus qui vont à l’essentiel ou les vidéos.
  • On s’expose plus à « épuiser un sujet », c’est-à-dire vouloir en faire le tour en une seule fois là où on aurait pu le diviser en plusieurs petits articles.
  • Un article long incite moins à l’esprit de synthèse et on risque donc de diluer les informations importantes.

L’article court : un impact immédiat

Il y a des contenus qu’on a tendance à lire rapidement, sur son téléphone, dans les transports en commun par exemple. A l’inverse, il y a des contenus qu’on lit plutôt quand on est confortablement installé devant un écran plus grand. L’article court se prête mieux à une lecture rapide et nomade, si tendance à l’heure actuelle.

Par ailleurs, un article court est en général plus rapide à rédiger pour le blogueur, ce qui permet de mettre à jour son blog plus souvent et d’être extrêmement réactif, un atout sur des sujets d’actualité par exemple.

Il y a des secteurs où être le premier sur une actualité vous déroule le tapis rouge : c’est vous qui allez récolter le plus de partages sur les réseaux sociaux, susciter le débat et être perçu comme une référence sur qui on peut compter pour s’informer. Il y a quelques années, j’étais n°2 de Google sur la requête « news michael jackson » (très populaire à l’époque !), grâce à ce type de contenu court très partagé.

En 2013, un professeur américain en MBA, Bill Belew, a voulu faire une expérience avec ses élèves : il leur a demandé de tenir un blog en choisissant chacun un rythme de publication différent. Certains optaient pour des posts très courts (200 mots environ) plusieurs fois par jour, d’autres pour des articles plus longs (plus de 600 mots) une fois par jour. Au bout de 2 mois, il a comparé leur trafic : les 20 blogs les plus lus avaient tous, sans exception, des formats courts mis à jour plusieurs fois par jour. Certains atteignaient déjà 12 000 visiteurs uniques par mois, un exploit en 2 mois !

Clairement, l’article court n’est pas non plus la formule magique : sur certains sujets, il ne permet tout simplement pas d’approfondir suffisamment pour que le propos soit clair.

Articles longs, articles courts : comment choisir la bonne taille ?

Le nombre de mots idéal existe-t-il ?

Depuis 2013 et l’expérience de Bill Belew, l’environnement a beaucoup évolué : des contenus de plus en plus nombreux et qualitatifs… et une vraie course à l’excellence qui pousse à écrire un nombre de mots plus important pour se démarquer.

A l’heure du bilan, il est clair que l’article long a beaucoup d’arguments en sa faveur… mais il est tout aussi clair que le succès d’un article ne se résume pas à un nombre de mots : c’est le choix du sujet, la façon de le traiter, les liens qu’il reçoit, son adéquation avec les attentes du lectorat et avec les objectifs que l’on cherche à atteindre…

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin