Créer un blog rentable et réussir sa vie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Comment bien référencer son blog en 2 0étapes

1. Le référencement
1.1. Qu’es-ce que c’est ?
Le référencement est le procédé permettant d’indexer un site sur un
moteur de recherche et d’obtenir un positionnement dans les premières
pages de résultats de ces moteurs.
Les moteurs de recherche les plus connus en France sont Google, Yahoo,
Bing et Orange mais 91,8% des recherches sont faites sur Google.
(3% par Bing, 1,2% par Yahoo et 0,6% par Orange)2
[Pour aller plus vite, nous allons donc parler de Google pour désigner les
moteurs de recherche]
Par exemple :
Si on recherche sur Google, le mot « recettes », c’est le site de
marmiton.org qui arrive en première position
à on peut ainsi dire que Marmiton est très bien référencé sur le
mot « recettes ».

Il y a 2 types de référencement : le référencement naturel et le
référencement payant.
Le référencement naturel donne les résultats que nous voyons dans le
cadre rouge ci-dessous, et le référencement payant et ce que nous
voyons dans le cadre vert.

Dans ce guide, nous allons voir aborder le référencement naturel
uniquement. Nous verrons plus tard sur le blog l’intérêt du
référencement payant mais nous n’allons pas l’utiliser pour l’instant car
comme vous l’aurez compris, il s’agit d’une technique payante.
Egalement appelé SEO, pour Search Engine Optimization, le
référencement naturel regroupe des techniques à mettre en place sur
notre blog afin de bien le positionner sur les pages de résultats de
Google.

1.2. A quoi ça sert ?
L’accès à un blog se fait de 3 manières :
3
– En moyenne, 38% par le lien direct si l’internaute connaît
l’adresse
ex : www.trucsdeblogueuse.com
– 11,6% par un lien externe
ex : sur un lien via Facebook ou un autre blog
– 50,1% par une recherche sur un moteur de recherche
ex : avec une recherche de « trucs pour blogueuse »
Autrement dit, un blog bien référencé a 2 fois plus de visiteurs qu’un
même blog non référencé !
Le référencement naturel est donc très important pour générer du trafic
car il permet ainsi à tous ceux qui ne connaissent pas votre blog (et donc
votre adresse web directe), de vous trouver et vous lire, grâce aux mots-
clés qu’ils auront cherchés dans les moteurs de recherche.
1.3. Comment bien référencer son blog ?
Les moteurs de recherche indexent tous les sites existants et donnent
les résultats selon la pertinence par rapport aux mots-clés recherchés.
Par exemple :
Si votre blog a pour thème la cuisine, il contiendra donc forcément
le mot « recette » à maintes reprises, ce qui le rendra pertinent
sur ce mot-clé là.
Pour connaître la pertinence d’un site sur un certain mot-clé, Google va
regarder différents critères sur le site, que l’on peut optimiser.

Or, pour éviter que des sites non pertinents arrivent quand même à bien
se référencer, Google modifie régulièrement son algorithme, c’est-à-dire
sa manière de positionner un site et garde certains critères secrets.
Il faut ainsi se tenir informé de leurs nouvelles méthodes d’indexation et
adapter notre site en fonction.
Le principal moyen de bien référencer son blog est d’écrire avant tout
pour le lecteur, car Google va prendre en compte des critères qui seront
pertinents pour le lecteur.
Par exemple :
Des critères pris en compte par Google sont le titre et la
description de la page.
En effet, dans les résultats de recherche, c’est également le titre
et la description qui vont permettre à l’internaute de voir
rapidement si le site correspond à ce qu’il recherche, et de cliquer
sur le lien
Il s’agit ainsi d’optimiser son blog en remplissant tous les critères pris en
compte par Google.
Google donne des recommandations pour optimiser son
référencement naturel (même s’il garde d’autres critères secrets).
Nous allons voir toutes ces techniques en 20 étapes.

2.Une feuille de route pour ne rien oublier :
bien référencer votre blog en 20 étapes
2.1. Avant la mise en ligne de votre blog
Certaines techniques sont à mettre en place une seule fois sur le site,
donc l’idéal est de les faire avant la mise en ligne de votre blog, mais si
votre blog est déjà en ligne, vous pouvez les appliquer dès maintenant !
Avant de commencer, il faut avoir en tête que plus qu’un site en lui-
même, Google référence surtout des pages d’un site. En résumé, il faut
référencer chacune des pages de votre blog et non pas seulement la
page d’accueil.
Chaque page de votre blog (depuis la page d’accueil, à chaque article,
jusqu’à votre page contact si vous en avez une) doit pouvoir être
référencée sur un certain mot-clé ou expression-clé différent.
Par exemple :
Pour un blog de cuisine, les mots-clés pourraient par exemple
être :
– « blog cuisine pour végétariens » pour la page d’accueil
– « recette salade de soja et petits légumes » pour un plat
– « recette gratin de courgettes et pommes de terre » pour un
autre plat
– etc.
En effet, si 2 de vos pages a la même expression-clé, il sera plus difficile
de faire remonter ces 2 pages qui se feront concurrence entre elles (en
plus d’être en concurrence avec les autres sites de la même
thématique). Il vaut mieux privilégier une page pour une expression-clé,
et donc définir une autre expression pour l’autre page !

Par exemple :
Si vous aviez 2 recettes de gratins de courgettes et pommes de
terre, pour la 2e page vous pourriez rajouter par exemple un mot,
ce qui donnerait comme expression-clé « recette gratin de
courgettes et pommes de terre facile »
Maintenant que vous savez qu’il faut optimiser toutes les pages de
votre blog en choisissant pour chacune un mot-clé différent, nous
allons entrer dans le vif du sujet.
2.1.1. Etape 1 : téléchargez l’extension SEO by Yoast
Désolée pour ceux qui n’ont pas leur blog sur WordPress, car cela ne
vous concerne pas…
Vous pouvez passer directement à l’étape 2 du coup.

Il s’agit de la toute première étape pour tous ceux qui sont chez
Wordpress : il faut absolument que vous téléchargiez l’extension « SEO
by Yoast » car il permet pratiquement à lui tout seul de mettre en
place toutes les optimisations pour bien référencer votre blog, à
savoir :
– réglage des titres
– activation des meta robots
– remplissage des meta descriptions
– création des sitemaps
– réglage des permaliens
– création du fil d’Ariane
– etc.

Cela peut vous paraître un peu technique mais nous allons voir tout cela
en détail par la suite.
En effet, il s’agit de toutes les optimisations à mettre en place (entre
autres) donc cette extension facilite grandement la tache.
Je ne vous montre pas ici comment installer cette extension car si vous
utilisez WordPress pour votre blog, vous savez déjà comment le faire, et
si vous n’avez pas WordPress, vous ne pouvez pas le télécharger sur les
autres plateformes de blogs.
Je vous expliquerai sur mon blog comment faire pour créer un blog sous
Wordpress ou comment migrer le votre sur WordPress, ce n’est pas
l’objet de ce livre aujourd’hui.
Après avoir installé l’extension, vous n’avez plus qu’à remplir les champs
définis, à l’aide des explications qui suivent.
2.1.2. Etape 2 : personnalisez les url de chaque page
Un des critères pris en compte par Google pour référencer un site, est
l’url (ou adresse web, ou permalien) de chaque page.

Par exemple :
Si un internaute fait une recherche sur Google en tapant
« comment créer un blog »,
une page dont l’url est www.trucsdeblogueuse.com/comment-
créer-un-blog va être mieux référencée qu’une page dont l’url est
www.trucsdeblogueuse.com/article-2345
Il faut donc absolument personnaliser chaque lien qui sera créé lorsque
vous allez publier des articles, en reprenant les mots-clés qui définissent
votre article.
A vous de jouer :
Selon la plateforme de blog que vous utilisez, vous avez sûrement
l’option de définir comment vos url vont être créés. Par défaut,
choisissez de reprendre le titre de vos articles dans chaque url qui sera
créé.
Si vous êtes chez WordPress, dans les réglages au niveau des
« permaliens », vous allez choisir la structure qui reprend le nom de
l’article (et surtout pas la valeur par défaut ni la structure numérique,
qui attribue un numéro à chaque article).
Vous pourrez si besoin les modifier par la suite, lors de la création de
chaque page, mais un titre vaut mieux que des chiffres au hasard !

2.1.3. Etape 3 : proposez une vraie arborescence à
votre blog
Une fois qu’un visiteur arrive sur votre blog, si celui-ci cherche un article
et qu’il n’arrive pas à le trouver car il n’y a pas de barre de navigation qui
lui dise où regarder, il va finir par quitter votre blog…
Google définit ses critères selon la pertinence qu’a un site pour les
internautes.
Donc le fait qu’un site ait une bonne arborescence, qui amène vers
chaque article avec un rangement logique (et non pas tous les articles
sur la page d’accueil à la suite), facilite la vie à vos lecteurs mais aussi à
Google.
A vous de jouer :
1. Créez plusieurs catégories selon les thèmes abordés
Par exemple :
Si votre blog parle à la fois de beauté, de mode et de cuisine,
ce sont 3 catégories à créer
2. Vous pouvez également créer des sous-catégories
Par exemple :
Dans la catégorie beauté, vous pouvez avoir les sous-catégories
visage, corps et maquillage
3. Une fois les catégories et sous-catégories définies, créez un menu
que vous rendrez visible sur toutes les pages de votre blog.
Important : il faut que toutes les pages de votre blog soient
accessibles depuis la page d’accueil, via des menus (menu
principal, footer ou menus sur les côtés) et à quelques clics
seulement.

Par exemple :
Il ne faut pas mettre tous vos articles dans un onglet « blog » et
qu’on ait besoin de cliquer sur la 10e page pour accéder à un
article.
3 ou 4 clics maximum est idéal.
4. Créez un fil d’Ariane, qui montre à l’internaute où il se trouve
dans votre blog, et pour lui permettre de revenir sur la section
précédente. Cela permettra également à Google d’indexer votre
blog plus facilement.
Vous pourrez créer tout ceci (catégories et sous-catégories, menu, fil
d’Ariane) normalement avec les options de votre plateforme de blog.
2.1.4. Etape 4 : définissez des balises meta robots
Google utilise ce que l’on appelle les balises meta qu’il trouve sur les
sites pour pouvoir les analyser et voir quels sont les mots utilisés, afin de
définir leur pertinence selon les recherches des internautes.
Ces balises sont des informations que l’on ajoute au code html de
chaque page et permettent de « communiquer » avec Google pour lui
faciliter la tâche et lui permettre de mieux référencer notre blog.

Il y a plusieurs types de balises meta existants et on peut décider
d’indiquer à Google quoi prendre en compte sur notre blog pour le
référencer.
Un type de balises meta sont les balises meta robots, qui permettent
d’indiquer à Google comment explorer et indexer notre blog.
(i) Le meta robot index
Ce meta indique à Google quelles pages indexer.
Vous devez vous demander pourquoi on a le choix ou pas d’indexer, on
veut sûrement indexer toutes les pages de notre blog ?
En fait non, et on va voir pourquoi.
Google, pour déterminer si une page est pertinente ou pas, regarde si
cette page n’existe pas déjà ailleurs sur un autre site ou pas.
En gros, pour lui une page est pertinente si le contenu est unique. Car
certains blogs peuvent très bien copier complètement le contenu
d’autres blogs…
Et sur votre blog, sans le vouloir vous avez sûrement des pages en
doublon !
Par exemple :
– il y a la page de votre article en lui-même
– si l’article a été créé en février, il sera aussi sur la page des
archives du mois de février
– si l’article est dans la catégorie beauté, il sera présent sur votre
page beauté
– idem si vous avez défini des mots-clés pour cet article
Vous avez ainsi le même contenu dupliqué sur 4 pages différentes ! Pour
Google ça veut dire que l’une des pages est l’originale et les autres des
copies, donc forcément il va mal référencer 3 des 4 pages, au hasard…

A vous de jouer :
L’astuce est donc de demander aux robots de ne pas indexer ces pages
doublons, à savoir :
– noindex pour les pages d’archives
– noindex pour les pages de catégories
– noindex pour les pages de mots-clés
Vous devriez pouvoir trouver ces options dans les paramètres de votre
blog.
Dans WordPress, allez dans les réglages de SEO by Yoast, dans la partie
Titres & Métas, comme ci-dessous, et cochez « Ne pas indexer les sous-
pages des archives » et de même pour les catégories et mots-clés.

(ii) Le meta robot nofollow
Cela veut dire « ne pas suivre ».
Avant de vous expliquer à quoi sert le meta nofollow, on voir à quoi sert
le meta follow.
Si vous faites des liens en internes dans votre blog (par exemple le menu
vers les différentes pages), il faut que ces liens soient en follow, pour
dire à Google de suivre les liens et continuer son indexation. Sinon
uniquement les premières pages de votre blog vont être indexées et non
pas les pages profondes.
De même si vous faites des liens externes, vous demanderez à Google
d’indexer ces pages externes à votre blog également.
(D’ailleurs on verra plus tard qu’il faut avoir sur d’autres sites des liens
en follow vers notre blog pour pouvoir contribuer à son référencement.)
Or, Google prend en compte ces liens pour faire l’indexation d’une page
A : si le lien renvoie vers une page B bien référencée, il considérera que
la page A est pertinente car elle a une bonne source.
Par exemple :
Un blog de cuisine qui fait un lien vers une recette du site
Marmiton, sera considéré comme pertinent car Marmiton est
connu par Google comme très pertinent.
Au contraire, si la page A fait un lien vers une page B beaucoup moins
bien référencée, Google va penser que la page A n’est pas assez
pertinente.
Par exemple :
Un blog de cuisine qui fait un lien vers le blog d’une copine
blogueuse qui vient de débuter, sera considéré comme peu
pertinent.

De plus, un autre critère pris en compte par Google est le nombre de
liens qui sortent du site.
à Il faut qu’il y ait au moins un lien sortant, cela signifie pour
Google que la page parle de choses pertinentes car vous renvoyez
vers d’autres sources.
à Mais il ne faut pas non plus qu’il y ait trop de liens sortants,
sinon Google considère dans ce cas-là que ce n’est plus aussi
pertinent…
En résumé, il faut que la balise meta soit en follow sur tout le site, sauf
pour les cas suivants :
– les commentaires des articles : comme il peut y avoir des dizaines
(voire plus) de liens qui sortent du blog, il vaut mieux dire à
Google de ne pas suivre ces liens
– les liens vers l’extérieur. Comme les liens d’une page en interne
doivent être en follow, il faut indiquer manuellement avec un
code html les liens qui doivent être en nofollow (si vous parlez
d’un site dans votre article par exemple). Dans ce cas, il faut que
l’on puisse toucher au code.
– les liens vers l’extérieur qui sont en dehors des articles, comme
par exemple dans le menu latéral ou le footer (liens vers les
réseaux sociaux,…).
A vous de jouer :
Dans les options de votre blog, vous devez pouvoir interdire à Google de
suivre les pages hors de votre site :
– nofollow pour les commentaires
– nofollow pour les liens vers les réseaux sociaux
Sur WordPress, ils sont déjà en nofollow par défaut.
Il existe d’autres balises meta robots mais on ne va pas les voir ici car ils
sont moins importants.
Néanmoins nous allons voir par la suite d’autres balises meta
importantes (non robots), comme la balise titre et la balise description.

2.1.5. Etape 5 : créez un sitemap
Toujours dans l’optique de faciliter la tâche de référencement à Google,
comme on l’a fait précédemment avec l’arborescence et les balises
meta, nous allons lui indiquer une liste de toutes les pages existantes
de notre blog.
Nous allons ainsi créer ce que l’on appelle un sitemap (ou plan de site
en Français).
Sur cette page sitemap, on trouve toutes les pages du blog et également
le chemin pour y accéder. Cette page permettra ainsi à Google
d’indexer toutes les pages et ce, plus rapidement.
Pour être sûr que Google trouve bien votre sitemap, vous pouvez le lui
envoyer directement (contrairement aux balises meta, il ne suffit pas de
créer le fichier sitemap pour que Google le trouve).
Ce plan de site sert également aux lecteurs de votre blog qui n’arrivent
pas à retrouver une page sur votre blog. Comme on l’a vu, les principaux
critères de pertinence de Google sont ceux qui facilitent la vie des
internautes.
A vous de jouer :
Créez deux sitemap : un pour vos lecteurs mais aussi pour Google.
– pour vos lecteurs : vous pouvez créer une page avec une liste de
toutes vos pages et leur arborescence, et la rendre visible dans le
footer par exemple
– pour Google :
o il faut créer un fichier spécifique appelé sitemap.xml. Vous
pouvez par exemple le générer automatiquement sur le lien
ci-dessous :
http://www.yakaferci.com/genere-sitemap/
o puis l’envoyer à Google à l’aide de Google Webmaster Tool
https://www.google.com/webmasters/tools/
(Cet outil sera l’objet d’un article détaillé sur le blog)
2.1.6. Etape 6 : créez une page 404 optimisée
Une page 404 est la page sur laquelle nous atterrissons lorsqu’une page
n’existe pas ou n’existe plus : il s’agit d’une page d’erreur.

Alors quel rapport avec cette page 404 et le référencement ?
Comme nous l’avons vu tout au long de ce guide : Google définit la
pertinence d’un site en se basant sur des critères importants pour le
lecteur.
Ainsi, si un internaute fait une recherche sur Google, clique sur un lien,
puis ressort tout de suite après sans continuer à lire d’autres pages du
site, Google se dit que le site ne correspond pas à ce qu’il recherchait, et
le catégorise comme non pertinent sur cette recherche.
Donc imaginons que vous avez une page bien référencée sur un certain
mot-clé. Si vous avez changé l’url de la page (pour l’optimiser par
exemple), l’internaute qui clique sur votre lien va tomber sur une page
d’erreur, et donc ressortir de votre site.
Alors que si vous aviez personnalisé la page d’erreur en indiquant au
visiteur où il peut trouver le contenu qu’il recherche, à l’aide d’autres
liens qui renvoient vers des pages existantes, ou avec au moins le menu
de votre site, il serait resté sur votre site et n’aurait pas induit Google en
erreur.

A vous de jouer :
Il faut que vous puissiez avoir accès à votre serveur (donc pas possible si
vous êtes sur des plateformes de blog gratuites.)
Voilà un tutoriel où on explique comment créer cette page 404 et
comment l’intégrer à notre blog :
http://craym.eu/tutoriels/securite/page_error.html
2.1.7. Etape 7 : inscrivez-vous sur les annuaires
Nous avons vu dans l’étape 4, en parlant du nofollow, que ce qui
contribue au référencement d’un site, est les liens entrants vers notre
site.
Plus vous aurez de liens externes qui pointent vers votre blog (appelés
backlinks), mieux votre blog sera référencé.
Et plus ces liens proviendront de sites eux-mêmes déjà bien référencés
(avec un fort PageRank), meilleur sera votre référencement.
Les premiers backlinks à avoir sont des liens provenant des annuaires.
Il y a des centaines d’annuaires différents mais il faut privilégier ceux qui
ont un bon PageRank.
Voici quelques exemples d’annuaires de qualité :
• L’annuaire Web Rank Info
• L’annuaire IndeXweb.info
• L’annuaire Gralon
A vous de jouer :
Inscrivez-vous sur ces annuaires et également ceux qui sont dans votre
thème.
Comme on l’a vu plus haut, il ne faut pas qu’il y ait de contenu identique
sinon Google considère qu’il y a des doublons, donc dans les champs de
description de votre blog, il faut que vous rédigiez un texte unique, qui
n’existe pas ailleurs (pas possible de copier-coller les mêmes
descriptions pour tous les annuaires).

2.1.8. Etape 8 : créez des pages sur les réseaux
sociaux et les agrégateurs de blogs
Toujours dans le but de créer des backlinks, mais surtout pour générer
du trafic vers votre blog et pour toucher votre lectorat où qu’ils soient, il
faut que vous soyez présents sur les principaux réseaux sociaux.
A noter que les liens venant des réseaux sociaux sont en général en
nofollow donc ils ne sont pas vraiment comptés comme backlink
permettant d’améliorer le référencement.
Mais Google tient compte du trafic pour définir la pertinence d’un site :
plus un site est visité, mieux il sera référencé, et mieux il sera trouvé sur
les résultats de recherche, et plus il sera visité… C’est un cercle
vertueux !
A vous de jouer :
Créez des pages sur les réseaux sociaux suivants :
• Vous devez avoir une page sur Facebook et Twitter car il s’agit des
réseaux sociaux les plus utilisés.
• Google + commence à prendre de l’importance également,
surtout que le fait d’être présent sur ce réseau permet d’être
« bien vu » par Google !
• Les autres réseaux sociaux à prendre en compte sont Pinterest,
Instagram, Linkedin etc. selon le thème de votre blog : si vous
avez de jolies photos à partager, il est essentiel d’être présent sur
les réseaux sociaux de photos ; si votre cible est des
professionnels, il est très judicieux de s’adresser à eux sur Linkedin
et Viadeo, etc.
• Pour les blogs féminins, inscrivez votre blog sur l’agrégateur de
blogs Hellocoton. La garantie d’avoir du trafic intéressé par votre
blog !

Sur votre blog, montrez que vous êtes présents sur ces réseaux sociaux
en mettant des liens vers ceux-ci, dans le menu latéral par exemple ou le
footer.
2.1.9. Etape 9 : automatisez les publications des
articles sur les réseaux sociaux
Sur chacun des réseaux sociaux où vous aurez créé votre profil, il faudra
bien sûr animer votre communauté, sinon vos pages n’auront pas de
raison d’être !
Nous verrons sur le blog comment faire pour animer vos fans et
abonnés, mais le minimum est de partager les articles que vous aurez
publiés.
Afin de ne pas perdre de temps à chaque fois que vous écrirez un article,
vous pouvez automatiser leur publication sur les réseaux sociaux.
A vous de jouer :
Pour publier automatiquement vos articles sur Facebook :
– sur Facebook, tapez dans la barre de recherche « RSS Graffiti »
– téléchargez l’application en cliquant sur « Accéder à
l’application »
Pour publier automatiquement vos articles sur Twitter :
– inscrivez-vous sur http://twitterfeed.com/

2.2.1. Etape 10: choisissez un mot-clé ou
expression-clé
Pour chaque article publié, pour chaque page créée, même la page
d’accueil, il faut définir des mots-clés sur lesquels on souhaite se
référencer : c’est-à-dire qu’il faut choisir les mots sur lesquels on
souhaiterait remonter sur Google.
Le choix des mots-clés doit se faire en fonction de plusieurs critères :
– les mots sur lesquels vous souhaitez remonter (et qui bien sûr
correspondent au thème de votre blog et de vos articles)
– les mots les plus recherchés par les internautes. Pour cela vous
pouvez utiliser l’outil de planification de mots-clés Google
(normalement utilisé pour le référencement payant) :
http://adwords.google.com/ko/KeywordPlanner/Home
Privilégiez la longue traine
Avec les millions de blogs et sites qui existent sur la Toile, il est plus
difficile de figurer sur la 1e page de résultats des moteurs de recherche,
sur des mots-clés tels que « blog cuisine », que les mots « blog cuisine
asiatique facile ».

Sur ce schéma, on a en ordonnées le nombre de recherches d’un mot-
clé, et en abscisses le nombre de mots-clés différents. La surface (en vert
et jaune) représente le nombre de visites d’un site.
Il y a en général peu de mots-clés génériques pour un thème donné
(comme « blog cuisine », d’où l’axe des abscisses en vert restreint) et
une infinie de mots-clés plus précis (en jaune tels que « blog cuisine
asiatique facile », « recette nems au porc facile », etc). La partie jaune
est ce qu’on appelle la Longue Traine.
Ce schéma montre que les mots-clés les plus recherchés (en vert) sont
les plus concurrentiels car utilisés par beaucoup de sites, donc nous
génèrent peu de visites car il est difficile de se positionner sur la 1e page
sur ces mots-clés là. (on ne le voit pas bien sur le schéma mais la surface
verte est beaucoup plus petite que la surface jaune car le jaune va très
loin sur la droite)
Dans la partie jaune, donc la Longue Traine, il y a moins de recherches
faites avec ces mots très ciblés, mais également moins de probabilités
que des sites soient référencés sur ces mots aussi précis. Votre blog aura
ainsi plus de chances de remonter sur la Longue Traine, d’où l’importance de travailler les mots-clés génériques mais surtout les
expressions avec plus de 3 mots-clés.
En conclusion, les mots-clés de la Longue Traine génèrent plus de visites
sur un site que les mots-clés génériques, ces derniers étant plus
concurrentiels.
A vous de jouer :
Une fois le thème de votre prochain article défini, vous pouvez
recherche sur l’outil de Google les expressions les plus recherchées et
les définir comme mots-clés pour votre article.
2.2.2. Etape 11: créez un titre unique
Le mot-clé choisi doit apparaître idéalement dans le titre de l’article.
La difficulté est d’enlever dans le titre (pour une question d’esthétique
et de phrase) les mots de liaison tels que « de », « et »… car en effet les
internautes recherchent plutôt les mots « recette gâteau chocolat » que
« recette de gâteau au chocolat ».
Le titre doit être :
– unique
– pertinent : il doit décrire le contenu de la page
– court (mais pas trop) : les bonnes pratiques recommandent
d’avoir un titre contenant entre 40 et 70 caractères. S’il est trop
long, Google n’en affichera qu’une partie.
Soignez le titre de vos articles
Un titre d’article qui donne envie d’aller plus loin, voilà la porte d’entrée
des visiteurs à votre blog !

Il y a plusieurs moyens de faire cliquer pour lire la suite. Il faut que les
titres :
– montrent que les articles apportent une valeur ajoutée au
lecteur : « Comment faire pour… », « X étapes pour… »
ex : « Comment faire un soin visage à domicile », « 3 façons de
customiser son col Claudine »
– attisent la curiosité en en disant trop mais pas assez, ou en
utilisant des superlatifs
ex : « Ce moment où je voulais être petite comme une souris »,
« Le meilleur cupcake au Nutella de Paris »
A vous de jouer :
Faites de vos titres des promesses, des secrets à partager ; attisez la
curiosité, montrez que vous allez apporter à vos lecteurs un vrai plus.
2.2.3. Etape 12 : définissez une catégorie pour votre
article
Vous avez normalement créé dans l’étape 3 plusieurs catégories afin de
proposer une vraie arborescence à votre blog.
A vous de jouer :
Choisissez donc une catégorie pour votre article. Evitez de le mettre
dans 2 catégories différentes car cela créera des doublons, comme vu
plus haut.
2.2.4. Etape 13 : optimisez vos url
Les URL sont aussi importants que les titres de vos articles.
En effet, dans les résultats de recherche, ils sont affichés et donc
peuvent être pris en compte par les internautes dans leur choix de
cliquer ou pas.

A vous de jouer :
Pour chaque article, créez des url :
– explicites, pour que les lecteurs comprennent quel contenu ils
vont lire dans cette page,
– contenant vos mots-clés pour améliorer le référencement
– simples et pas trop longs pour que vos lecteurs les mémorise et
aussi pour leur faciliter le partage de cet url sur leur propre blog
2.2.5. Etape 14 : Créez du contenu de qualité
Le plus important dans un blog, pour qu’il soit lu et relu par vos lecteurs,
pour que Google continue de le référencer, c’est de créer du contenu de
qualité, et ce régulièrement.
S’il y avait un seul conseil à donner pour développer un blog et générer
du trafic, ce serait : écrire des articles.
En effet, rien que le fait d’avoir du contenu sur son blog permet en
général de bien le faire référencer par les moteurs de recherche, et donc
de générer du trafic.
Ecrire avec son cœur, avec ses tripes, c’est bien ; mais si on écrit aussi
avec sa tête, c’es-à-dire avec un objectif derrière, c’est encore mieux !
Voilà donc ci-dessous ce qu’il faut avoir en tête quand on rédige des
articles pour son blog.
Les bonnes pratiques en SEO recommandent d’écrire des articles de 300
mots au minimum.
Ainsi, pour que Google sache quels sont les mots-clés de cet article
parmi les plus de 300 présents, il faut que ceux-ci apparaissent à
plusieurs reprises : une densité de 2% est bonne c’est-à-dire que le mot-
clé doit apparaître environ 6 fois dans un article de 300 mots.

Le mot-clé doit être visible dans l’ensemble de l’article, mais surtout dès
le début de l’article, dans le premier paragraphe.
A vous de jouer :
Ecrivez votre article comme cela vous vient, puis faites une relecture en
appliquant les conseils ci-dessous :
– écrire au minimum 300 mots
– écrire les mots-clés au début de l’article
– écrire au moins 6 fois les mots-clés pour un article de 300 mots
(2%)
2.2.6. Etape 15: utilisez les balises d’en-tête H1, H2,
H3, H4…
Les balises H1, H2, H3, H4 etc. sont les sous-titres de l’article ou de la
page, qui séparent les différents paragraphes.
Tout comme ils facilitent la lecture de vos lecteurs, ils participent
également au référencement par Google.
D’où l’importance de mettre les mots-clés que vous avez choisis, dans
ces sous-titres, notamment dans le H1 (sous-titre de 1er niveau).
2.2.7. Etape 16: nommez vos images
Comme on le voit depuis le début, Google définit la pertinence d’un site
selon des critères plus ou moins identiques à ceux que pourrait avoir un
de vos lecteurs.
Ainsi, la facilité de lecture avec des paragraphes, des sous-titres, etc. est
importante, tout comme un texte agrémenté d’images et d’illustrations.
En général, l’extrait d’un article doit être accompagné d’une image, mais
celle-ci peut ne pas apparaître dans l’article en lui-même, selon les
options de votre blog, donc n’hésitez pas à en rajouter une, voire
plusieurs (une pour chaque gros paragraphe !)

Une bonne partie des recherches se fait maintenant via les Google
Images, donc pour que votre blog apparaisse dans les résultats, il est
important de nommer vos images avec les mots-clés que vous avez
choisis pour votre article, mais également de remplir la description (ou
la balise Alt).
A vous de jouer :
Ajoutez une ou plusieurs images à votre article et nommez les avec les
mots-clés choisis pour cet article.
Renommez l’image par le mot-clé choisi, mais aussi avec le nom de votre
blog, comme ça les images remonteront dans les résultats de recherche
également lorsque l’on recherchera votre blog.
2.2.8. Etape 17: Remplissez la meta description
La meta description est le résumé du contenu de la page pour Google et
les internautes.
Il contient une ou deux phrases ou un court paragraphe.
Depuis quelques temps, la balise méta-description n’est plus vraiment
utilisée par les robots de Google pour l’indexation d’une page sur un
mot-clé donné, mais il permet à l’internaute d’avoir une description
rapide de la page dans les résultats de recherche.
Il est donc important de renseigner la méta-description, pour confirmer
à l’internaute qu’il s’agit bien de ce qu’il recherche, et lui donne envie de
cliquer sur votre lien.
A vous de jouer :
Rédigez une description unique qui pourrait intéresser vos lecteurs.
Cette balise méta-description est en général présente dans votre outil
d’administration, dans la création de l’article. Elle est limitée à 156
caractères.

2.2.9. Etape 18: Créez des liens internes et externes
avec des textes ancres
Les recommandations de Google disent qu’il est important d’avoir des
liens qui dirigent vers d’autres pages, aussi bien de son propre site que
vers d’autres sites influents.
Cela prouve en effet la pertinence de votre blog car il a un contenu qui
pointe vers d’autres contenus.
L’idéal est d’avoir des liens qui pointent vers notre blog, avec des textes
ancres c’est-à-dire des mots, qui reprennent idéalement les mots-clés
que vous avez défini pour les pages cibles.
A vous de jouer :
Améliorez votre référencement et en même temps, rendez votre site
plus vivant en insérant :
– des liens vers d’autres pages de votre blog (en utilisant les mots-
clés des pages cibles,
– mais également vers d’autres sites, par exemple vers vos sources.
2.2.10. Etape 19: Recommencez : rédigez un article
au moins une fois par semaine et avec régularité
Quand on lance son blog, on a plein de choses à raconter, à partager, on
est motivé, on écrit un article pratiquement tous les jours.
Puis le temps passe et on a moins d’inspiration, moins de motivation
(surtout en voyant le trafic qui ne décolle pas), d’autres priorités, le
travail, la famille, les amis… et on écrit de moins en moins.
Or, un blog qui fonctionne est un blog qui vit. En effet, si vous aviez
l’habitude de publier un article tous les lundis par exemple, vos lecteurs
prendront également cette habitude et la première chose qu’ils feront le lundi matin avant de commencer leur semaine de travail, sera de se
rendre sur votre blog pour vous lire.
Et si jamais, deux lundis de suite, ils ne trouvent plus de nouvel article,
ils ne vont pas essayer de se reconnecter à votre blog le troisième lundi !
C’est pareil également pour les moteurs de recherche tels que Google. Si
vous écrivez tous les jours, Google passera tous les jours voir s’il y a de la
nouveauté à indexer. Si vous écrivez une fois par semaine, il passera une
fois par semaine. Mais si pendant 2 mois vous ne faites plus rien, il ne
repassera que tous les 2 mois et si vous aviez réécrit des articles entre
temps, ceux-là ne seront pas référencés tout de suite.
A vous de jouer :
Rédigez vos articles en avance et publiez-les à des intervalles de temps
réguliers. Ainsi, si vous avez quelques articles déjà programmés, cela
vous laisse le temps de réfléchir à d’autres contenus tout en continuant
à faire vivre votre blog.
Si vous avez 10 idées d’articles, il vaut mieux publier ces 10 articles
pendant 10 semaines, que 10 articles en 10 jours et plus rien les
semaines suivantes.
2.2.11. Etape 20 : Analysez les statistiques pour
optimiser
Vous regardez sûrement souvent vos statistiques, que ce soit avec
Google Analytics ou l’outil intégré à votre plateforme de blog.
Il est important de regarder le nombre de ses visiteurs pour suivre
l’évolution du trafic, mais il est primordial de regarder les indicateurs
suivants également :
– la source
– les pages vues
– le temps passé sur votre blog
– le taux de rebond : il s’agit du pourcentage de personnes qui
partent de votre blog après avoir vu une seule page
– les mots-clés qui ont permis au visiteur d’arriver sur votre blog
Avec tous ces éléments, vous pourrez optimiser vos pages afin de
donner envie à vos lecteurs de continuer à naviguer sur votre blog.

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin