Formation référencement naturel – Devenir premier sur Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Augmentez votre trafic ! Référencer son blog WordPress

Les premiers
éléments
à mettre en place

Vous êtes motivé et prêt à mettre en œuvre les
différents conseils pour améliorer votre
référencement naturel ?
BRAVO !
Cependant, avant de partir tête baissée, il convient
de mettre en place les outils incontournables pour
la bonne réussite de votre référencement naturel,
c’est-à-dire le « référencement gratuit ».

1. Mesurez votre trafic
Comme je le dis souvent, le résultat toute action que vous mettez en place pour votre
activité doit être mesuré pour vous aider à prendre les bonnes décisions (on continue,
on change, on arrête ?).
Comment pouvez-vous savoir si vous mettez en place les bonnes actions pour booster
votre trafic, si vous ne savez pas quel est votre trafic ?
A priori, vous devriez déjà avoir un outil sur votre site internet qui vous permet de suivre
votre trafic. Vous pouvez utiliser Google Analytics qui est gratuit ou tout autre outil de
mesure.
Une fois l’outil choisi et installé, la donnée à suivre est le trafic issu de Google. Si l’on
prend l’exemple de Google Analytics, c’est à la ligne organic search que vous devez
prêter attention pour mesurer vos progrès en référencement naturel.
En toute logique, mieux vous êtes classé et plus votre trafic provenant de Google est
important !
Notez le nombre de visites provenant de « Organic
Search ». Ce chiffre sera notre point de départ et l’objectif
est de l’augmenter.

2. Sélectionnez vos mots-clés
L’objectif est que votre site ou une page de votre site apparaisse dans les premiers
résultats des moteurs de recherches lorsqu’un internaute tape une requête en rapport
avec votre thématique.
Savez-vous quels sont les mots, expressions sur lesquels vous souhaitez être bien
positionné sur les moteurs de recherche ?
C’est une étape essentielle et il est important de prendre
votre temps pour la réaliser.
Le mot-clé, c’est ce que l’internaute tape dans la barre de recherche de Google pour
trouver les infos qui l’intéressent.
Il existe une méthode pour sélectionner les mots-clés qui seront pertinents pour
votre activité.
Etape 1 : réfléchissez aux mots-clés que vos prospects pourraient taper s’ils
cherchaient une solution au problème que vous résolvez. Mettez-vous à la place
des internautes ! Si vous cherchiez des informations sur le sujet que vous traitez
sur votre site ou blog, quels mots taperiez-vous ? Inscrivez vos trouvailles et
gardez-les précieusement.
Etape 2: les mots-clés de la liste ainsi obtenus pourront-ils, potentiellement vous
apporter suffisamment de trafic ?
Etape 3 : les mots-clés finalistes sont-ils très concurrentiels ? Si la réponse est
oui, mettez les de côté et concentrez-vous sur les autres !

Voilà les mots et expressions clés tapés par les internautes et qui les ont amenés sur
votre site. Ceux-ci constituent votre première base de réflexion pour l’optimisation
de votre référencement
Twittez ce guide
Pour amorcer votre réflexion et trouver vos premières idées de mots-clés (étape 1),
vous pouvez vous rendre sur Google Analytics et regarder grâce à quels mots-clés
les internautes ont atterri sur votre site.
Il existe également plusieurs outils (gratuits ou payants) qui vous permettent à partir
d’un mot ou d’une expression d’obtenir une liste de mots-clés s’y rattachant. Idéal si
vous manquez d’inspiration !
Quelques noms de ces fameux outils ? Google Adwords (http://adwords.google.com),
Market Samuraï (http://www.marketsamurai.com). N’hésitez pas à fouiller, il y en a
d’autres.

3. Quelle est votre position ?
Une fois que la liste des mots-clés sur lesquels vous
souhaitez être bien positionné est faite, il faut savoir où
vous en êtes. En l’état actuel des choses, quel est votre
classement quand un internaute tape l’un des mots-clés de
votre liste dans Google ?
Pour répondre à cette question, vous pouvez faire le choix
de taper les requêtes une à une dans Google et de voir à
quelle page vous êtes, ou bien, vous pouvez utiliser un
outil.
Il existe plusieurs outils qui vous permettent de savoir si
vous êtes bien positionné ou non dans les moteurs de
recherche. Celui que j’utilise est gratuit, il s’agit de Seo Soft
que vous pouvez télécharger ici !
En plus de savoir où vous en êtes, il vous permettra
également de voir comment votre classement évolue.
4. Déterminez vos objectifs
Souvenez-vous pour fêter dignement votre progression dans les pages
de résultat Google, il faut vous fixer des objectifs !
1. Sur combien de mots-clés souhaitez-vous être
référencé ?
2. Quelle position souhaitez-vous atteindre ?
3. Quel trafic espérez-vous ?
4. A quelle date souhaitez-vous atteindre vos objectifs ?
Voici quelques indications qui vous aideront à quantifier vos
objectifs :
→ 90% des internautes ne vont pas au-delà de la troisième page
des résultats de recherche, donc au pire, vous devez être dans les
trois premières pages.
→ La première page de résultat Google regroupe 69% des clics
→Les 5 premiers résultats de cette première page concentrent 23%
des clics

Vos mots-clés :
3 erreurs à éviter

En voulant aller trop vite on fait des erreurs et on met en place une stratégie qui ne vous
mènera à rien. Cela vous fera perdre du temps et votre patience.
Afin de vous éviter cela, voici la liste des erreurs à ne pas commettre et que l’on a
malheureusement tendance à faire quand on détermine nos mots-clés…
ERREUR #1 :
ne pas tenir compte de la demande de vos clients lors de la sélection de vos
mots-clés
Voici un exemple très parlant. Imaginons que vous soyez business coach à Bordeaux. Vous
avez réfléchi et vous êtes dit que les internautes vous chercheront sans doute à l’aide du
mot-clé « coach de gestion à Bordeaux ». Fort de cette certitude vous travaillez depuis des
mois sur cette expression clé et enfin, vous voici en première position sur Google.
Formidable dites-vous ? Pas sûr… Car ce mot-clé n’est pas évident pour un internaute qui ne
connait pas la profession et qui n’a aucune idée de ce qu’est un coach de gestion. Résultat,
vous n’avez pas plus de trafic, malgré votre belle première position.
Pour éviter cette déconvenue, pour déterminer vos mots-clés, mettez-vous à la place de
vos prospects.
ERREUR #2 :
ne pas tenir compte de la concurrence lors de la sélection de vos mots-clés
Même si vous travaillez très fort sur un mot-clé et que vous êtes patient, cela ne sera pas
forcément suffisant si beaucoup de vos concurrents se sont déjà positionnés dessus. Vous
démarquez sera alors extrêmement difficile et il y a peu de chance que vous atteignez la
première page de Google.

ERREUR #3 :
ne pas être suffisamment précis lors de la sélection de vos mots-clés
Sélectionnez un mot-clé trop générique est une erreur très fréquente. Sous prétexte de
vouloir drainer un maximum de trafic, on sélectionne un mot qui n’est pas directement en
lien avec son activité. Certes on obtient plus de trafic, mais aucune vente n’est réalisée.
Pourquoi ?
Prenons l’exemple d’un réparateur de piano à Strasbourg qui souhaite améliorer sont
positionnement sur Google. Pour cela il décide de tout miser sur l’expression « réparateur
de piano ». Il est heureux car après plusieurs mois de travail, le voici en deuxième position
sur Google. Le nombre de visites sur son site a explosé, il est aux anges, mais ces ventes
elles, n’ont pas bougées…
Pourquoi ? Parce que ce trafic supplémentaire n’est pas qualifié ! Il reçoit la visite de
parisiens, de suisses, de belges, de nantais, … Bref de partout ! Mais quand on est
réparateur de pianos il est difficile d’exercer son métier à distance.

3 étapes pour réussir
votre référencement

1. Sélectionner vos mots-clés
Cette première étape est importante et ne doit pas être négligée ! Tout l’important sera
de cibler au mieux , en misant sur les mots de la longue traine.
Quel est le concept de la longue-traine ?
Source : Comscore 2012
Les mots de la longue traine sont ceux que l’on retrouvera dans la partie bleue du
schéma. On s’aperçoit que l’ensemble de ces mots-clés vous apporteront,
potentiellement, plus de trafic que les mots-clés principaux.
Autre avantage non négligeable, ces mots-clés sont généralement peu concurrencés, il
sera donc plus simple de vous positionner correctement dessus.
Pour cibler au mieux, je vous invite à revoir les 3 erreurs à éviter :
• Vos mots-clés doivent être précis
• parler à vos prospects
• pertinents pour votre activité
• peu concurrencés

2. Optimisez votre site internet
Vos efforts vont maintenant porter sur votre site internet : vos pages, la structure de
votre site, le contenu …
Le premier travail va être de répartir vos mots-clés dans votre site. La règle d’or :
Un mot-clé par page
Donc pour chaque page de votre site, vous allez prendre un mot-clé parmi ceux
sélectionnés précédemment.
Une fois que vous avez attribué une expression clé à chacune de vos pages, il va
falloir les mettre en avant. Travailler votre contenu pour que l’expression soit visible
par Google.
Le titre de la page
Votre mot clé principal doit apparaitre dans le titre de l’article ou de votre page et au
début de votre premier paragraphe. Attention à ne pas faire un titre trop long, pas
plus de 70 à 80 caractères.
-> Vous devez être descriptif
->Un titre unique pour chaque page
-> Vous devez y intégrer vos mots-clés
-> Ne soyez pas trop long
L’adresse de la page
Votre mot-clé doit être présent dans l’adresse de votre page. L’url sera donc du type
http://www.nomdedomaine.com/mot-clé. L’adresse doit être simple, courte sans
mots « inutiles » autour.

La méta-description
La méta-description correspond au petit texte dans les pages de résultats des moteurs
de recherche. En plus d’y inclure votre mot-clé, il est important que cette description
soit attractive, afin de donner à l’internaute l’envie de cliquer.
Voici un exemple de résultats de recherche sur le moteur de recherche Google. Comme
vous l’avez sans doute devinez, l’expression choisie est « Faites bouger vos ID ». Vous
noterez que les mots trouvés correspondant à votre recherche sont en gras.
Twittez ce guide
Titres et sous-titres
Il est nécessaire d’utiliser les balises
pour les titres et sous-titres de votre
texte (<h1>, <h2> , …) cela « guidera
» le moteur de recherche. Rassurez-
vous, les balises se mettent
automatiquement la plupart des
CMS et des plateformes blog. Il faut
juste penser à cliquer sur « Titre 1 »
par exemple, au lieu de faire la mise
en page soi-même. Votre mot-clé
doit être placé au début de votre
article ente ces fameuses balises
Les paragraphes
Pensez à particulièrement bien soigner
votre premier paragraphe (afin de
capter vos lecteurs) et à y insérer votre
mot-clé (pour le référencement).
N’hésitez à mettre votre première
phrase dans laquelle se trouve votre
mot clé en gras (cf : exemple des
articles Wikipédia)
Soignez la densité des mots-clés
Il faut être attentif à la densité, sans
pour autant tomber dans l’excès
inverse. En effet, une page avec une
densité trop importante (+ de 10%) ne
sera pas bien indexée par les moteurs
de recherche, car cela est rarement
synonyme d’un texte de qualité. En
effet, la qualité et l’originalité des
textes sont également primordiales
pour un bon référencement.
Insérez des images
Insérez une image est
importante puisque cela
permet de « ramener » les
internautes qui font une
recherche via Google image
par exemple. Il est donc
primordial de soigner le titre
de l’image lors de son
enregistrement.
Faites ressortir vos mots-clés
Tout comme pour le premier paragraphe, pensez à faire ressortir vos mots-clés ;
mettez-les en gras, en italiques ou en couleur selon la charte graphique de votre site.
Structurez votre texte
Comme vu plus haut pour le
référencement intégrez des titres,
des sous-titres et des paragraphes.
Cela vous permettra également de
guider votre lecteur.
Faites des paragraphes
N’hésitez pas à faire des paragraphes
courts de 4 à 5 lignes dans lesquels une
seule idée sera développée. La lecture
de votre page sera donc facilitée et plus
agréable. Pensez à AERER

Liens internes
N’hésitez pas intégrer des liens internes dans
votre article. Reliez les pages et articles ayant
une thématique proche, invitez vos internautes à
passer à l’action.
Ecrivez simplement
Faites des phrases courtes, utilisez un vocabulaire
accessible et soignez votre contenu. Vous n’écrivez pas
uniquement pour être bien référencé, mais aussi et
surtout pour les personnes qui, derrière leurs écrans,
lisent votre prose.
300 mots
Voici un nombre à retenir, vos articles ne doivent pas être trop long (de peur de
perdre vos lecteurs), ni trop court pour le référencement. En effet, un article trop
court ne sera pas considéré comme étant de qualité par les moteurs de
recherche. Dans l’idéal un article contient 300 à 700 mots environ.
Attention, pensez d’abord à vos lecteurs ! Mieux vaut un texte court et bien
mener qu’un texte de 700 mots dont le contenu est creux.

4. Développez vos liens
A cette étape, il va falloir vous appuyez sur d’autres sites pour augmenter le nombre de
vos liens externes.
Il est difficile pour Google et autres comparses de déterminer si un site est pertinent ou
non. Dépourvu de subjectivité, les moteurs de recherche doivent donc s’appuyer sur des
données empiriques.
C’est là que votre stratégie de création de liens externes est essentielle car plus il y aura
de sites contenant un lien renvoyant vers le vôtre, plus Google estimera que votre site
est de qualité.
Bien évidemment, il y a lien et lien, sinon ce serait trop facile ! Un critère indispensable
est que vos liens externes soit de qualité, c’est-à-dire qu’ils proviennent de sites web
ayant une réputation irréprochable auprès de Google.
Il existe beaucoup de méthodes pour développer votre stratégie de liens :
• les articles invités
• les forums
• les commentaires
• …
Quelque soit votre méthode de prédilection, visez la qualité au lieu de la quantité !

Mots clés principaux et longue traîne
Avant d’optimiser le référencement naturel d’un site WordPress, il convient de définir les mots clés sur lesquels on
vise à améliorer le positionnement du site dans les pages de résultats de Google.
Ne sautez pas cette étape ! Les dernières mises à jour de Google ont radicalement transformé le SEO en réflexion
plus globale, notamment en travaillant la richesse des champs sémantiques plus que l’injection brutale de mots clés.
Pour simplifier les choses, vous devez raisonner avec deux types de mots clés : les principaux et la longue
traîne. Les mots clés principaux sont ceux que vous visez directement et qui bénéficient d’un volume de recherche
élevé. En général si votre référenceur effectue des relevés de positions, ce sont ces mots clés qu’il suit.
Le concept de longue traîne en référencement naturel
La longue traîne est composée de mots clés souvent très longs (3 à 7 mots, voire plus) qui ont un volume de
recherche mensuel marginal (moins de 10 par mois) et qui sont de ce fait moins prévisibles.
Comment faire pour travailler la longue traîne en référencement naturel avec WordPress ?
Il y a deux axes :
1. travailler de nombreux mots clés principaux qui couvrent toutes les variantes et synonymes
2. introduire le plus de contenu possible pour que Google puisse détecter de la longue traîne.

A quoi va servir la longue traîne ?
Si effectivement chaque variante de mot clé n’a que peu de trafic de recherche, la grande variété de la longue traîne
permet au final de multiplier des visiteurs qui de surcroît savent ce qu’ils veulent (leur requête étant précise) et qui
donc convertissent mieux.
Source :
http://www.olivier-corneloup.com/ressources/dico-referencement/definition-longue-traine/
Les objectifs ? Pertinence, précision, volume et richesse sémantique
Pour rechercher les meilleures expressions clés pour une meilleure optimisation SEO de WordPress, vous devez
vous donner les objectifs suivants :
pertinence : ne visez pas des mots clés qui sont hors de votre activité ou même indirectement liés
précision : mieux vaut cibler un terme précis qu’un terme trop générique. Par exemple, « référencement
WordPress » est plus judicieux que « référencement site »
volume : comprenez qu’il est préférable être positionné sur un mot clé qui génère des recherches. Par contre
mieux vaut privilégier la pertinence que le volume
richesse sémantique : travailler tout le vocabulaire possible autour de vos mots clés. Par exemple, pour
« seo WordPress », vous devez aussi envisager de travailler « référencement naturel WordPress » et
« améliorer le référencement d’un site WordPress ». Le lecteur attentif verra que je profite de ces exemples
pour placer quelques-uns de mes mots.
Il n’y a pas de petits profits en SEO !
Le générateur de mots clés Google Adwords
Le générateur de mots clé Google Adwords (dont voici l’url : https://adwords.google.com/KeywordPlanner ) est un
outil fantastique au point que je l’utilise presque chaque jour.
A l’origine il sert à préparer une campagne de mots clés publicitaires Google Adwords, mais rien ne vous empêche
de l’utiliser pour optimiser le référencement naturel de votre site internet sous WordPress.
Bonne nouvelle : c’est 100 % gratuit, vous avez juste à créer un compte Google Adwords.
Mauvaise nouvelle : c’est peu précis et pas très ergonomique
Je vous ai mis un exemple de recherche, celle-là même que j’ai mis en œuvre pour la rédaction de ce guide.

Par la suite, vous devez faire le tri en ne retenant que ceux qui correspondent à vos objectifs SEO et en les
priorisant.

L’idéal reste de connaître par cœur ou presque cette liste, pour vous obliger à varier vos mots clés.
Source :
https://adwords.google.com/KeywordPlanner
Analysez les mots clés de contenu vus par Google
Vous allez aussi pouvoir faire l’état des lieux des mots clés indexés par Google sur votre site et éventuellement
détecter vos points forts (les mots sur lesquels vous êtes très présents) et ceux qui sont hors sujet (il y en a toujours).

Pour cela, accédez à la Google Search Console et allez dans le menu Trafic de recherche / Analyse de la
recherche
Optimiser la balise titre des pages WordPress
Le titre d’une page ou d’un post WordPress est celui défini par la balise meta title (à ne pas confondre avec le titre
h1). C’est la plus importante de toutes les balises pour un expert en référencement naturel. Le titre de la page
d’accueil doit donc être particulièrement soigné.
Pour mémoire, le meta titre d’une page internet (WordPress ou autre) n’est pas visible dans le contenu de la page. Il
est visible à deux endroits :
dans le navigateur : il donne à la fenêtre son nom.
dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Ce qui nous intéresse !

Un bon titre va donner envie à l’internaute qui fait une recherche dans Google de cliquer sur votre
résultat plutôt qu’un autre !
En référencement naturel, le titre a un poids important, vous devez positionner vos mots clés prioritaires. Idéalement
intégrez vos mots clés en début de titre.
Dernier point, la longueur du titre : elle ne doit pas dépasser une cinquantaine de caractères, sinon Google le
tronque.
Petite astuce : ne mettez pas votre marque dans le titre, c’est peu utile, sauf si vous avez une marque réellement
forte, qui va attirer le clic.
Comment changer le meta titre d’une page dans WordPress ?
Le plus simple reste de recourir au plugin de Yaost : WordPress SEO, qui permet d’accéder d’optimiser le titre d’une
page de manière automatique ou manuelle.
Faites l’effort de rédiger votre titres de page à la main. Vraiment !
Si Yoast n’est pas affiché, vous devez l’activer dans vos options d’écrans, comme le montre l’image ci-dessous :
Afficher les options de Yoast WordPress SEO dans le backoffice de WordPress
Une fois affiché, la boîte des options de Yoast WordPress SEO se trouve sous la fenêtre de rédaction de
WordPress.

Yoast propose des points rouges, oranges ou verts pour vous indiquer les optimisations possibles. Globalement elles
sont justes, simplement, j’utilise souvent des synonymes à mes mots clés pour couvrir le champ sémantique, donc
parfois Yoast me dit que je en suis pas 100 % optimal, mais pour moi c’est suffisant.
Optimiser la balise meta description des pages WordPress
Dans le même ordre d’idée que le titre, vous devez soigner votre balise meta description.
Contrairement à la balise titre, la balise meta description n’a pas de réel poids en référencement
naturel.
Par contre optimiser son rédactionnel est essentiel, c’est lui qui sera repris si quelqu’un cherche votre nom de
domaine. C’est très fréquent et le premier texte qui sera vu par l’internaute après le titre dans la page des résultats
de Google sera cette meta description.
Comment optimiser la balise meta description ?
Ici aussi, vous devez utiliser un plugin, Yoast WordPress SEO étant la référence. Cela se passe au même endroit
que pour le titre, cliquez sur la partie où se trouve la meta description pour l’éditer. Longueur maximale : 156
caractères.
Conseil de pro pour optimiser la balise meta description (j’en rédige très régulièrement, trop, à mon goût…) :
Utilisez des chiffres (pourcentage, nombres, etc.) et des caractères spéciaux. Pour ces derniers, Google les tronque
parfois s’ils sont mis au début de la meta description. Testez une fois la page à jour indexée (cherchez votre site) et
modifiez-la cas échéant. Pour assurer du premier coup, j’en mets souvent au milieu. Vous pourrez trouver facilement
des caractères spéciaux à l’adresse suivante : http://www.copypastecharacter.com/
Voici l’exemple pour Refeo.com, pour lequel j’ai à la fois de petits ronds en début et un symbole de téléphone
ensuite :
Utilisez la meta description et le titre pour attirer le clic !
Dernière exigence, et pas des moindres : chaque balise meta description doit être différente d’une page à
l’autre. Google signale dans la Search Console les balises en double.
Optimiser le titre h1 d’une page WordPress
Le titre h1 d’une page ou d’un post WordPress doit être unique : il ne doit apparaître qu’une seule fois sur une page.
Vérifiez-le en affichant le code de la page en ligne et recherche « h1 » si vous avez plusieurs occurrences, c’est
incorrect.
Certains thèmes WordPress utilisent par facilité les titres h1, h2, etc., comme des outils pour styler des contenus (j’ai
vu des h1 sur des logos…). Si vous êtes dans ce cas, modifiez le thème, les h1 en doublons sont pénalisants en
SEO.
Ensuite, positionnez-y quelques mots clés, sans excès. Gardez à l’esprit que ce titre sera lu par votre visiteur : vous
devez donc en faire un rédactionnel attractif commercialement.
Dernier conseil : le titre ne doit faire que quelques mots, ce n’est pas un paragraphe complet !

Formater les permaliens sous WordPress
Les permaliens sont les urls réécrites des pages ou posts de WordPress.
Accès : Réglages / Permaliens
Cette optimisation du SEO de WordPress sert aussi pour faciliter la vie de vos visiteurs. Dans l’image ci après, vous
avez les différentes options possibles :
Le différents réglages de permalien proposés nativement par WordPress
La première est celle par défaut. Elle a la particularité de toujours exister ! Le paramètre numérique est l’ID du
contenu. Vous pouvez le connaître au survol de votre liste de pages ou posts, dans la barre d’état de votre
navigateur (en bas en général). Dès que vous sélectionnez un autre formatage d’url, cette url par défaut est redirigée
automatiquement en 301 vers l’url réécrite. Vous n’avez rien à faire !
Comment choisir le bon formatage d’url réécrite ?
Je conseille les urls les plus courtes possibles, sans sous répertoire.
En général un tel site ne compte que quelques pages et la gestion des permaliens reste simple. Retenez seulement
que deux pages différentes ne peuvent pas avoir le même permalien.
Vous pourriez utiliser les catégories et sous catégories, qui font du sens dans une arborescence. Ce que je n’aime
pas dans cette approche est le fait que si vous changer un produit de catégorie, son url directe va être impactée. De
même les produits dans plusieurs catégories provoquent du contenu dupliqué. Vous changez le permalien d’une
catégorie ? Toutes les urls des posts sont impactées. Même en gérant les choses avec des redirections 301, vous
allez arriver à des cascades de 301, pénalisantes pour le SEO.

Spécifier les permaliens des pages ou articles
Les réglages précédents faits, il vous restera à optimiser l’url de vos pages directement sur la page où vous l’éditez.
Attention, une fois une page ou un article publié, vous ne devez pas changer l’url sans rediriger l’ancienne vers la
nouvelle en 301.
Pourquoi ne pas changer l’url d’une page ancienne ?
Vous subirez deux conséquences négatives :
1. l’ancienne url sera en 404, ce qui n’est pas bon pour le référencement, naturel de WordPress.
2. les backlinks pointant vers cette page perdront leur poids… Un bon backlink pouvant être très compliqué à
obtenir, cette perte est colossale !
Et si j’ai VRAIMENT besoin de changer l’url ?
Utilisez le plugin SEO redirections, qui vous permettra de spécifier quelle url doit être redirigée et où elle doit l’être.
Contrairement à Yoast WordPress SEO qui lui se paramètre page à page, ce plugin peut travailler sur des urls en
404 et même sur des règles génériques. La version gratuite est largement suffisante.
Renseigner les balises alt des images
L’optimisation des balises alt est aussi vieille que le SEO en lui-même. Cela reste d’actualité, mais ne le faites que
pour les images essentielles (celles qui font partie du contenu utile de la page). Essayez de caser quelques mots
clés, voire même les formes incorrectes orthographiquement (je pense aux accents), sans abuser.
Sauf cas particulier les balises alt ne sont pas visibles, d’où cette tolérance. Variez-les et jouez ici encore la carte du
champ sémantique. Le poids des balises étant moindre que le titre ou le h1 en SEO, vous pouvez les utiliser pour
cibler les mots clés les moins prioritaires.
Accès : Médias / Bibliothèque / Modifier

Légender les images
Dans le même ordre d’idée que les balises alt, les légendes d’images sont une source d’optimisation tant pour le
confort du visiteur que pour le référencement naturel. Les légendes ajoutent un texte sous l’image (cela dépend du
thème, mais c’est généralement supporté). Ce texte est donc visible donc vous devez utiliser des mots clés
corrects…
Ici encore, réservez cette optimisation aux images qui méritent une légende ! Faites-le correctement, vous ajouterez
de la qualité à la lecture de votre page. Un visiteur pressé ne lira pas un bloc de texte, par contre il lira les légendes
des images.

Intégrer des contenus multimédias
Ce n’est une surprise pour personne mais le web ce n’est pas que du texte. N’oubliez jamais que Google cherche
surtout à juger de la qualité d’un contenu pour savoir s’il doit le référencer. Le fait de proposer autre chose que des
blocs de textes indigestes va envoyer à Google un signal de qualité, ce qui va améliorer votre référencement
WordPress.
Voici quelques idées simples pour améliorer vos contenus :
mettez des images !
intégrez des vidéos, il est probable que Youtube propose des vidéos qui vont enrichir votre propos
donnez votre contenu au format PDF (on parlera plus loin du référencement des PDF avec WordPress)
insérez d’autres fichiers (sons, présentations depuis SlideShare, etc.)
résumez sous forme de tableaux (avantages / inconvénients, par exemple)
structurez en listes
affichez des citations
donnez des chiffres simples mais avec des animations
localisez une adresse avec Google Maps
Gardez à l’esprit que toutes les pages ne doivent pas recevoir de telles attentions. Améliorez le référencement de
votre site WordPress en travaillant prioritairement les pages à contenu informatif.
Sous WordPress, l’intégration de contenus multimedia reste confortable : utilisez le bouton « Ajouter un media » au-
dessus de la fenêtre d’édition de votre post ou page WordPress. Pour ma part j’utilise un plugin qui ajoute à ce
même endroit une barre d’outil (un peu redondante avec le menu de WordPress) : TinyMCE Advanced. Ce n’est pas
vital, juste plus confortable.
Intégrez des vidéos ou des cartes Google Maps consiste simplement à récupérer un morceau de code et à la copier
à l’endroit où vous voulez qu’il apparaisse. Je vous renvoie vers cet article bien
fait : https://www.gregoirenoyelle.com/Wordpress-inserer-des-medias-videos-ou-google-maps/
Enfin, l’insertion de chiffres avec des animations n’est réellement faisable qu’avec le plugin adapté ou si le thème le
prévoit nativement. En ce qui me concerne, j’utilise Shortcode Ultimate (https://fr.Wordpress.org/plugins/shortcodes-
ultimate/).

Structurer les contenus (h2 à h6)
Les balises h1, h2, h3, h4, h5 et h6 sont destinées à structurer le contenu. Cela permet de hiérarchiser l’information
de votre page.
Pourquoi devrais-je faire cet effort ?
Google apprécie les contenus structurés et vous bonifie !
Dans les faits, la structuration est plutôt simple : le h1 en tête de page, unique, compact (quelques mots), puis des
sous-titres h2 éventuellement subdivisés en h3. Pour être honnête même pour mes guides sur le référencement les
plus longs, je n’utilise que le h1, h2, h3.
Dernier avantage : les tables des matières
Si vous faites l’effort de structurer vos contenus, il existe des plugins WordPress capables de vous créer des tables
des matières en quelques clics, comme « Table of Contents Plus » (https://fr.Wordpress.org/plugins/table-of-
contents-plus/)

Architecturer les pages
La plupart des thèmes WordPress (gratuits ou non) permettent de choisir le nombre de barres latérales (zéro, une,
deux, voire trois) en plus du contenu principal. Ces colonnes s’appellent des sidebars. Vous pouvez aussi en général
déterminer leur position (droite ou gauche, cette option dépendant de votre thème).
Ce point n’a pas qu’un impact très minime sur le SEO de votre site internet WordPress.

En ce qui me concerne, je conseille de ne pas mettre de barre latérale sur les pages « commerciales »
(landings, page d’accueil de WordPress, contact, mentions légales, etc.) et de n’en positionner qu’une, à droite, sur
les autres pages (blog, articles, etc.).
Pourquoi à droite ?
Parce que les thèmes WordPress responsifs vont, sur un mobile, afficher d’abord le contenu, puis, à la suite, la barre
latérale. C’est mieux pour le visiteur qui est d’abord intéressé par le contenu plus que la barre latérale. Ceci réduira
le taux de rebond ce qui améliore votre SEO. C’est un détail, mais c’est l’objet même de ce guide sur le
référencement naturel de WordPress !
Avec mon thème, cette option se décide sous dans les réglages globaux soit page à page :
Désindexez les pages inutiles
Ce point est incontournable pour référencer WordPress !
Désindexer une page consiste à dire à Google de ne pas la mettre
dans son index. Il la verra, mais ne la proposera pas dans ses
pages de résultats.
Pourquoi ne pas mettre des pages dans l’index de Google ?
L’idée est surtout de ne pas mettre des pages sans valeur, des
pages qui sont sans réel intérêt en terme de contenu, mais surtout
des pages qui provoquent du contenu dupliqué interne !
Quelles pages peuvent provoquer du contenu dupliqué
interne sous WordPress ?
Il y en a quelques-unes : pages de catégories, pages d’archives,
pages des auteurs, même la page d’accueil si elle renvoie les derniers articles !
Elles ont en commun de reprendre des articles pour les réorganiser ou les filtrer. Au final, c’est le même contenu :
des articles dans un ordre variable…
Je conseille des méthodes assez radicales : n’indexez que les pages, les articles, les
catégories.
Tout ce qui est archives, tags (« étiquettes »), posts par auteur et des types de posts spécifiques sans intérêt en
terme de contenu (« project attributes », comme le fait mon thème, par exemple) doit être mis en « noindex, follow ».
Comment désindexer ces pages ?
Deux possiblités, toutes les deux avec le plugin WordPress SEO de Yoast :
1. au niveau global : pour cela allez à SEO / Titres & Métas / Types de contenu, puis taxonomies, puis
archives. Cochez la case « Méta robots, Noindex, Follow »

2. page à page ou post à post : pour des pages spécifiques (comme des pages accessibles après un
formulaire validé, par exemple), vous pouvez utiliser les réglages de Yoast WordPress SEO pour les
désindexer :
La séquence à suivre pour désindexer un post ou une page spécifique
Note : laissez le paramètre Méta Robots Folow à « Suivre »
Comment détecter un problème de contenu dupliqué interne ?
1. Vérification rapide : faites la requête suivante « site:votresite.com » dans Google et regardez le nombre de
pages indexées. Si ce nombre est significativement supérieur à votre nombre de pages+articles, vous avez un
problème. Par exemple :
Sur cet exemple, Google indexe 336 pages pour Refeo.com
Ici le nombre est décent (moins de deux fois le nombre de posts) donc c’est raisonnable.
2. Vérification par un outil externe : Siteliner.com propose d’analyser votre contenu. L’outil n’est pas parfait,
mais si vous avez un pourcentage de contenu dupliqué supérieur à 20 %, continuez à analyser, au-delà de
50 %, c’est signe que vous devez agir !

3. Google Search Console : le meilleur outil mais aussi le plus complexe à anaylser. Les graphique vont vous
permettre de voir quand le contenu a fortement varié et en déduire ce qui a provoqué cela (dans l’exemple ci-
dessous, le pic est lié à la modification du fichier robots.txt) :
L’évolution dans le temps des pages indexées par Google, depuis la Google Search Console
Travaillez le maillage interne
Le maillage interne est une des optimisations SEO de WordPress les moins utilisées et pourtant vous pouvez obtenir
de bons résultats avec !
Qu’est ce que le maillage interne ?
C’est le simple fait de faire des liens entre les pages de votre site.
En quoi c’est utile pour le référencement naturel de mon site WordPress ?
Vous pouvez travailler l’importance de votre page et sa thématique sémantique en pointant vers elle des liens
internes optimisés (c’est à dire avec des ancres qui sont des mots clés !). Si vous restez raisonnable, Google aura
tendance à mettre en avant la page ainsi pointée.
Par contre n’en abusez pas !

Difficile de dire à quel moment Google va détecter une sur-optimisation seo. Une bonne mesure consiste à faire
ces liens à l’unité et de ne faire que des liens qui ont un sens.
Comment faire un lien ?
Insérer un lien interne sans risque d’erreur dans WordPress
Je vous conseille d’utiliser l’outil intégré à la boîte de rédaction de WordPress et de faire des liens vers des contenus
en les recherchant. L’intérêt est d’éviter les fautes de frappes qui créent des liens cassés :
Sources :
http://marketinghack.fr/referencement-Wordpress/
http://blogbuster.fr/seo/bien-referencer-un-blog-Wordpress-sur-google-plugins-et-reglages.htm#8
Liez vers des sources de qualité
Vous le constaterez à travers ce guide sur le référencement avec WordPress, je fais l’effort de citer mes sources et
de les lier (en « dofollow », sauf exception).
Liez vers d’autres contenus de qualité hors de votre site.
Visez des contenus qui ont un lien réel et pertinent avec ce que vous écrivez.
Dois-je faire des liens vers mes concurrents ?
Oui, je sais c’est un crève-coeur… Techniquement, oui, c’est mieux. Mais psychologiquement, c’est un traumatisme.
A voir avec votre psychologue préféré.
Préparer un chapeau optimisé

Les optimisations spécifiques à la page d’accueil de wordpress
Ne pas mettre les posts par défaut
La première des optimisations que vous devez faire est de ne pas lister par ordre chronologique vos posts
sur la page d’accueil. C’est hélas le réglage par défaut de WordPress et il est contre-productif… Simplement
parce que la page la plus importante d’un site est la page d’accueil est que vous commencez par la truffer de
contenu dupliqué éventuellement multithématique.
Afficher un call to action en tête de page
Ce conseil n’est pas un pur conseil d’optimisation du SEO de WordPress. C’est plutôt une pratique que je
recommande aux agences de création de sites avec lesquelles je travaille.
Le call to action (CTA pour les intimes) est un élément de la page qui va inciter un visiteur à effectuer une action
(généralement, cliquer sur un bouton ou remplir un formulaire).
Aujourd’hui un internaute moyen va à l’essentiel, autant faire en sorte que cet essentiel soit utile au site.
Pour moi, sur un site vitrine sous WordPress, le haut de la page d’accueil doit contenir les éléments suivants :
Un visuel (le « hero shot ») qui met en image votre offre
Un titre (souvent le h1) et un sous titre (h2) qui définit en quelques mots bien précis la valeur ajoutée de
votre offre. Grosso modo, pourquoi faire appel à vous plutôt qu’un autre. En marketing, c’est le concept de
« Unique Selling Proposition ».
Un call to action, qui se démarque visuellement. En général, on utilise la couleur complémentaire de la
dominante de la page.
Comment rédiger une « Unique Selling Proposition » accrocheuse ? Elle doit :
1. être Unique : vous êtes différents des autres
2. être Désirable : votre lecteur doit avoir envie d’en savoir plus
3. être Courte : pas de longue phrase. Quasiment un titre de journal !
4. être Spécifique : pas de promesse vague. Le bénéfice de votre offre doit être clair
5. avoir le « X-Factor » : quelque chose en plus, un truc qui accroche plus le coeur que la tête.
Prévoir du contenu sous la ligne de flottaison en page d’accueil
Le référencement d’un site wordpress requiert du contenu et la page d’accueil n’échappe pas à cette règle !
Sans aller aussi loin que je peux le faire pour Refeo.com, je vous conseille de présenter votre offre dans un
texte de 300 mots minimum (c’est un chiffre sur lequel s’accordent la plupart des SEO, mais il n’a jamais été
prouvé !).
Placez ce texte où vous le pouvez et essayer d’en faire un contenu utile commercialement parlant. Vous pouvez
par exemple dire en quoi vos produits sont utiles pour vos clients…
Pour le référencement naturel de la page d’accueil de WordPress, l’essentiel reste de bien exploiter tout le
champ sémantique.
Ne suroptimisez pas ! Ecrivez un texte cohérent en bon français sans abuser des mots clés.
Optimiser la balise titre de la page d’accueil
Le titre de la page d’accueil s’optimise de la même manière que celui de toutes les autres pages. Il a cependant
une particularité cruciale : si un internaute cherche votre marque ou nom de domaine, Google va renvoyer la
plupart du temps votre page d’accueil et donc son titre comme réponse !
Les recherches « Brand » (liées à la marque) sont fréquentes et réalisées par des internautes intéressés par
votre entreprise. Vous devez faire bonne figure !
Optimiser la balise meta description de la page d’accueil
Ici aussi et pour les mêmes raisons que le titre de la page d’accueil vous devez faire un effort de rédaction !
Optimiser le titre h1 de la page d’accueil
Le titre h1 de la page d’accueil de votre site WordPress a une double vocation : optimiser le référencement
naturel de WordPress et résumer en quelques mots votre « Unique Selling Proposition ».
Prenez le temps de le soigner, il sera forcément lu à un moment ou un autre par vos visiteurs.
Eviter les urls non racine
Sauf contrainte technique majeure, l’url de votre page d’accueil WordPress doit ressembler à
http://www.refeo.com ou http://refeo.com. Les variantes du type : « monsite.com/accueil » sont à proscrire. C’est
anti ergonomique, cela oblige à faire des redirections, bref, on peut s’en passer !
Pour modifier cela, l’accès se fait par Réglages / Général / Adresse Web de WordPress . Pour la très grosse
majorité des sites, la configuration se résume à celle-ci :
Optimiser les catégories de WordPress
Quand utiliser des catégories ?
Les catégories ont pour vocation d’organiser un blog riche ou multi-thématique. Vous pouvez les afficher pour
l’utilisateur ou les utiliser uniquement pour une gestion dans le backoffice de WordPress.
Pour des petits sites mono thématique, je pense que ce n’est pas nécessaire de les rendre visibles pour le
visiteur. Au final, en terme d’ergonomie c’est plus simple.
L’avantage SEO d’utiliser des catégories est de structurer le site. Si votre WordPress parle de beaucoup de
choses différentes, l’usage des catégories va permettre de structurer le site en silo.
Un silo (je en parle plus loin dans ce guide sur le seo de WordPress) est un sous ensemble de pages du site
relativement étanche : les silos sont peu liés entre eux alors qu’à l’intérieur du silo, les pages sont très liées (et
hiérarchisées). C’est typiquement l’optimisation utile pour des blogs WordPress multithématiques
(imaginez un blog WordPress traitant des sujets suivants : mode, santé, beauté, voiture, par exemple).
Notez enfin que les pages n’ont pas de catégorisation, elles peuvent seulement être hiérarchisées entre
elles.
Identifiants des catégories
Pour optimiser les permaliens WordPress des catégories, donnez-leur un identifiant court mais lié à votre thématique. Pour refeo.com, lorsque j’utilisais des catégories dans mes urls, j’avais « seo », « sea »,
« webmarketing », etc.
Le nom complet de la catégorie peut être plus explicite, ce n’est pas un problème.
Pour paramétrer cela, allez dans Articles / Catégories / [la catégorie à modifier] :
Supprimer category dans l’url
WordPress est un CMS absolument extraordinaire, certes, mais de temps à autres il a de mauvaises habitudes…
Par exemple, il ajoute parfois /category/ entre votre nom de domaine et la catégorie en question dans l’url.
C’est moche et inutile.
Bonne nouvelle, si les réglages des permaliens que vous avez choisi dans Réglages / Permaliens ne corrigent
pas le problème, vous pouvez demander à Yoast WordPress SEO, votre plugin SEO préféré, de corriger le
tir : allez dans SEO / avancé / Permaliens et cochez la case : « Retire la base de la catégorie (généralement
/category/) de l’URL de la catégorie. »
Le contenu dupliqué sur les noms des catégories
Autre « bug » méconnu de WordPress pouvant conduire à du contenu dupliqué nocif au seo de votre site
WordPress, l’imbrication de noms de catégories dans les urls.
Comment ce bug se manifeste-t-il ?
Dans certaines configurations, les urls du type monsite.com/cat1/cat2 et monsite.com/cat3/cat2 renvoie toutes
les deux vers la même page, ce qui crée 2 urls pour 1 seule page et donc du contenu dupliqué…
La bonne nouvelle ! 2 solutions existent !

1. Ne rien faire. Sauf si vous observez une montée en flèche de vos pages indexées liées à ce problème.
Alors foncez au point 2.
2. Julio Potier s’est penché avec talent et en détail sur la question et propose un correctif :
http://www.geekpress.fr/wordpress/astuce/duplicate-content-categorie-1416/
Multi catégorie et permalien
Autre petit désagrément à votre programme de référencement de WordPress, les articles appartenant à de
multiples catégories… Si vous pouvez éviter cela, tant mieux. Si malgré tout vous aimez vivre (un peu)
dangereusement, le problème sous-jacent est encore lié à du contenu dupliqué…
Si votre article appartient à cat1 et cat2, il sera accessible par l’url monsite.com/cat1/article et
monsite.com/cat2/article. Ici encore, 2 urls pour une même page. Contrairement au point évoqué
précédemment, celui-ci arrivera fort probablement.
Les solutions ?
1. un article = une catégorie. Mais vous n’avez pas voulu m’écouter.
2. utiliser un plugin
https://fr.wordpress.org/plugins/wp-category-permalink/
Ce plugin va permettre de choisir quelle sera la catégorie principale, le reste sera redirigé.

Optimiser les tags de WordPress
Quand les utiliser ?
Petite remarque de terminologie : les tags WordPress sont désormais appelé des étiquettes. Et comme je n’aime
pas le changement, je mélangerai allègrement les deux.
A la base, conseil d’expert SEO, vous ne devriez pas utiliser les tags. C’est une pratique qui a été tellement
abusée par les référenceurs que Google s’en méfie.
Pourquoi ?
Il suffisait d’y mettre tous ses mots clés pour être sûr qu’il fussent vu sur toutes les pages du site, sans effort.
Alors quand utiliser les tags ?
Si vous pensez que vos visiteurs peuvent bénéficier en terme d’ergonomie des tags, alors utilisez-les. Si ce n’est
qu’afin d’optimiser le référencement de WordPress, oubliez !
Pour ceux qui voudraient apprendre à gérer en finesse les tags de leur site WordPress, voici la meilleure
ressource sur le sujet :
http://www.travelplugin.com/astuces-referencement-blog-voyage-wordpress/
A éviter le nuage de tag disproportionné
Si malgré cela vous mettez en place des tags, lisez cet article :
http://www.instinct-blogueur.com/tag-wordpress/
Toujours motivé ? OK !
Créez un nombre réduit de tags. « SEO », « référencement » et « référencement naturel » sont redondants ou
trop vagues.
Vous devez parcourir l’ensemble de vos tags et voir si vous pouvez en fusionner voire en supprimer ! Si un tag ne
renvoie que vers un article, il y a de forte chance que vous puissiez améliorer cela.
Optimiser le SEO des tags WordPress
Après toutes ces recommandations, si vous avez la possibilité d’optimiser vos tags pour qu’ils correspondent à
vos mots clés, faites-le !
Utilisez vos priorités. Si, par exemple, si « seo » a plus de recherche que « référencement naturel », alors
privilégiez « seo ». C’est dans les faits la seule véritable optimisation SEO que vous pouvez faire sans risque.
Ne pas indexexer les pages des tags
Comme le signalent ces deux excellents posts sur le sujet :
http://www.seomix.fr/problemes-mots-cles-wordpress-en-referencement/
http://blog.axe-net.fr/utilisation-tags-wordpress/
l’inconvénient #1 des tags WordPress reste le contenu dupliqué interne.
Pourquoi les tags posent des problèmes de contenu dupliqué ?
Simplement parce que 1 tag = 1 page créée, qui reprend la liste des posts associés à ce tag. Aucun contenu
addtionnel (tout est déjà visible ailleurs) donc c’est du dupliqué.
Comment éviter le contenu dupliqué lié aux pages de tags sous WordPress ?
La réponse est simple : ne pas les indexer. Ici encore c’est le plugin de Yoast WordPress SEO qui vous en
donne la possiblité.
Cette option se trouve dans SEO / Titres & Métas / Taxonomies / Etiquettes, vous n’avez qu’à cocher la bonne
case.
Si vous n’utilisez aucun tag, cette option n’a aucun impact.
Utiliser un logo wordpress optimisé pour le SEO
Pas de h1 de formatage
C’est une erreur de moins en moins fréquente mais l’utilisation d’un h1 pour le logo est à proscrire. Si votre thème
WordPress utilise ce genre d’artifices, brûlez-le en place publique. Oui, rien que cela.
Comment vérifier que le le logo n’est pas dans une balise h1 ?
Ouvrez simplement une page de votre site qui affiche votre logo. Affichez le code source (CTRL+U ou clic droit et
« afficher le code source de la page ». Ensuite faites une recherche (CTRL+F) sur le texte « h1 ». Si l’url de votre
logo est entre les balises <h1> et </h1>, c’est que votre thème a ce problème.
Ce n’est pas le cas ? Continuez !
C’est le cas, plusieurs solutions :
modifiez en dur le code source du template . Attention, chaque mise à jour du thème peut effacer vos
changements.
créez un thème enfant et effectuer la modification dans le code enfant, cela devrait vous mettre à l’abri
des mises à jour.
changez de thème. C’est la meilleure option.
cassez votre livret d’épargne et faire une proposition de rachat à Google. Une fois la transaction finalisée,
modifiez l’algorithme de Google pour qu’il pardonne ce genre de maladresse de codage.
Et voilà !
Balise alt optimisée
Si vous le pouvez, soignez la balise alt de votre logo, avec votre mot clé prioritaire. Ce n’est pas toujours
simple car cela dépend du thème. En ce qui me concerne, sur Refeo.com, le logo est uploadé par les médias de
WordPress mais la balise alt est renseignée directement par le thème, sans que j’ai la main dessus.
J’ai fait l’essai :
A vous de voir si vous le pouvez. Je ne conseille pas
de modifier en dur le code source car c’est trop
d’effort pour une optimisation à faible impact.
Lien vers la page d’accueil
Ici encore, c’est plus une question d’ergonomie que
de SEO pur et dur.
Liez votre logo à la page d’accueil du site.
L’avantage – minime – pour optimiser le seo de
WordPress est de donner un poids maximal à la
page d’accueil, ce qui aura pour conséquence de
donner aussi plus de jus aux liens qui en partent et de
la faire se positionner plus facilement dans les page
de résultats. Rien de transcendant mais j’aime bien
donner du poid sà la page d’accueil car on peut
ensuite bien la travailler d’un point de vue
commercial.
Léger
Le logo de votre site WordPress être chargé sur
toutes les pages du site. Autant l’alléger au maximum,
c’est un détail qui finit par avoir son importance !
S’il est au format jpg, compressez-le (j’en parlerai
dans la partie qui parle de l’optimisation seo des
images).
S’il est au format png (pour la raison qu’il a des transparence, sinon utilisez du jpg), réduisez-le à la dimension
la plus petite possible, vous ne pouvez pas faire grand-chose de plus…
Favicon
Le favicon est la petite image qui s’affiche dans la barre d’adresse du navigateur. Elle ne sert surtout qu’à mettre
en avant votre identité visuelle.
En terme de seo j’ai tendance à penser que la présence d’un favicon permet d’envoyer un mini signe de qualité à Google. Rien de solide, mais on va dans le bon sens.
Comment insérer un favicon dans WordPress ?
C’est souvent lié à votre thème, donc cherchez de ce côté.
Sur le thème que j’utilise actuellement sur Refeo.com, c’est dans les options du thème :
Optimiser les menus de WordPress
Organiser des menus efficaces
Les menus de WordPress sont très bien faits et faciles à travailler : c’est une opportunité d’optimiser le seo de
WordPress dont on ne va pas se passer !
Comment faire ?
Comme toujours, priorité à l ‘ergonomie du visiteur. Vous pouvez jouer sur deux choses :
1. quelles pages vont être liées : ciblez des pages qui sont elle-même bien optimisées (contenu, mots
clés,etc.) En effet elle vont avoir un poids considérable aux yeux de Google car elles seront liées
depuis toutes les pages du site qui ont le menu (donc toutes ou presque). Cela se traduira par plus de
trafic naturel entrant, au final.
2. l’ancre même des liens : ancrez sur des textes, plutôt que des images et utilisez dans vos ancres des
mots clés. Exemple pour Refeo.com :
Ici, j’ai pu positionner des mots clés (ou des composantes de mots clés) : « seo », « référencement
naturel », « Google Adwords » et même « tarifs », composante qui intervient dans des expressions clés
comme « tarifs référencement naturel ». La navigation reste ergonomique pour l’utilisateur.
Notez par ailleurs qu’en dehors de la page contact (volontairement épurée), les pages qui reçoivent ces liens
sont riches en contenu.
Trop riche ? C’est possible, mais je fais mes expériences !
Les mega menus sous WordPress : pour ou contre ?
Les megamenus sous WordPress sont des menus qui affichent une arborescence très profonde du site.
Les avantages :
+ confort de navigation (tout est visible)
+ moins de clics pour arriver à la bonne page
+ [seo] plus de liens faisables
Les inconvénients :
– beaucoup de lecture pour un visiteur ! Requiert une organisation sans faille
– [seo] dilution du poids des liens
– [seo] réduit l’efficacité du siloing (les thématiques en silo sont moins isolées les unes des autres)
Au final c’est une question de compromis. Sur du e-commerce j’ai tendance à penser que les avantages
ergonomiques pèsent plus que les inconvénients de référencement naturel. Sur un site vitrine, souvent
moins vaste, vous ne devriez pas avoir besoin de ce genre de menus…

Créer des plans de site utiles
Préparer un plan de site html pour le visiteur
Un plan de site html est une page visible par un internaute qui voudrait visualiser d’un coup d’oeil l’organisation du
site. Cette étape n’est réellement à faire que dans les cas suivants :
votre visiteur pourrait en avoir besoin
vous avez des pages orphelines (c’est à dire ne recevant aucun lien) qui ne peuvent pas être référencées
au plan de site xml. Ce serait le cas de pages hors de WordPress. De telles pages seraient par exemple
une application web développée sur mesure, qui ne peut pas être intégrée sous WordPress. Utilisez alors
votre plan de site WordPress pour lier les pages orphelines.
Ces deux cas de figure sont assez rares dans la pratique et vous ne devriez pas avoir besoin d’un plan de site si
votre navigation est correctement conçue. WordPress offre des outils de menus, de widgets, de pieds de page
suffisamment puissants pour organiser correctement votre site.
Tenez à jour le plan de site xml pour les robots
Le plan de site xml est lui très utile… et plus simple à construire ! Il sert à s’assurer que les pages utiles vont être
indexées. De manière générale, vous allez intégrer les contenus suivants : posts et pages. Vous pouvez
aussi indexer vos fichiers joints (images, vidéos hébergées sur votre site WordPress, fichiers pdf…).

Pour commencer la configuration, rendez-vous aux réglages de Yaost WordPress SEO suivants : SEO / Sitemap
XML / Généraux.
Cochez la case : « Cocher cette case pour activer la fonctionnalité sitemap XML ».
Pour ce qui est du nombre d’entrée, si votre site comporte réellement beaucoup d’items, vous devez augmenter
cette valeur en prenant de la marge, au pire votre serveur travaillera un peu plus à chaque insertion d’article.
Ensuite, allez à SEO / Sitemap XML / Sitemaps utilisateurs.
Là, vous pouvez ou non prévoir un sitemap xml WordPress pour les auteurs. Pour moi, cela n’a pas d’utilité : la
plupart des sites sous WordPress sont mono auteur ou présentent un nombre limité d’auteurs.

Ensuite : allez à SEO / Sitemap XML / Types de contenus .
Vous n’aurez pas forcément les mêmes entrées que moi (hormis Articles et Pages), ces entrée dépendant des
types de contenu prévu dans votre site (les miens sont liés au thème que j’utilise). Attention, laissez bien
décoché ce qui DOIT être inclus dans les sitemaps.
Ensuite : allez à SEO / Sitemap XML / Articles exclus .
Vous pouvez ici ne pas faire apparaître un article donné dans le sitemap. Notez que le fait qu’il ne soit pas dans
le fichier sitemap ne vous garantit en rien qu’il ne sera pas indexé, loin de là. Cette option sert éventuellement
à faire en sorte que les petits malins n’aillent pas voir votre sitemap pour WordPress et trouve des article
que vous auriez masqués pour diverses raisons.

Enfin : allez à SEO / Sitemap XML / Taxonomies.
Attention, ici aussi vous cochez ce qui n’a pas lieu d’être indexé. J’ai laissé les catégories, le reste ne
m’intéresse pas.

Optimiser le pied de page
Ouvrir un compte Google MyBusiness
Oui, je sais, dans la partie qui traite de l’optimisation seo du pied de page de WordPress, on peut être surpris d’y
voir Google MyBusiness. Au final, peu importe : ouvrez un compte Google MyBusiness. Rien n’a prouvé
l’impact en terme de SEO mais cela apporte plusieurs avantages :
c’est gratuit
cela reste un signal positif envoyé au moteur
vous affichez des informations complémentaires sur votre entreprise directement dans Google

L’ouverture du compte n’est pas ce qu’il y a de plus simple, mais le jeu en vaut la chandelle. Une fois le compte
ouvert, vous allez recevoir par la poste un courrier avec un code, saisissez-le dans l’interface, cela finalisera votre
inscription. Voici en image ce que cela apporte (j’ai tassé l’image pour ce guide sur le référencement de
WordPress, mais sur un écran d’ordinateur, c’est vraiment visible :
Formater l’adresse postale
Je trouve que le pied de page est un bon endroit pour indiquer vos coordonnées (adresse, téléphone, etc.), en plus d’une page contact dédiée. Utilisez les microformats pour indiquer qu’il s’agit d’une adresse postale.
Si vous avez déjà ouvert un compte Google MyBusiness, vous pouvez vous en passer.
Ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple à implémenter, mais pour les courageux, voici les bons liens :
http://www.seomix.fr/microformats-microdata-wordpress/
http://schema.org/LocalBusiness
Indiquer un numéro de téléphone
Ici encore, rien ne prouve que le fait d’indiquer un numéro de téléphone va améliorer le référencement naturel de
votre site WordPress. Cette optimisation fait partie de la longue liste des signaux positifs que vous pouvez
utiliser sans trop de difficultés et qui ne peuvent pas nuire à votre seo.
Indiquez donc simplement un numéro de téléphone, au pire vos futurs clients vous appelleront !
Lier vers les pages obligatoires
Toujours dans la longue liste des optimisations seo pour WordPress peu complexes mais probablement utiles, le
fait d’avoir des pages d’informations sur votre entreprise (CGV, qui sommes-nous, contact, protection des
données, etc.). Pour affirmer cela je me base sur le fait que dans Google Adwords, la présence d’une
politique de confidentialité est une exigence imposée à la page d’atterrissage de la campagne publicitaire si
elle contient un formulaire.
Deuxième point, ce genre de page est visitée beaucoup plus souvent qu’on ne le croit et une réelle volonté de
transparence vous aidera à rassurer vos visiteurs.
Liens vers le plan de site html
Profitez aussi du pied de page de WordPress pour lier votre plan de site html (si vous avez choisi d’en avoir un !).
Cela lui donnera un poids seo plus important par la simple conséquence du maillage interne.

Le choix du nom de domaine pour votre site wordpress
Les bons réflexes
Il fut un temps, pas si lointain, où le fait d’avoir des mots clés dans son nom de domaine accordait un bonus SEO
conséquent. De manière générale, ce n’est plus vrai.
Alors comment choisir un nom de domaine optimal ?
Commencez par penser à vos visiteurs ! Un bon nom de domaine :
se retient facilement
est assez court (deux ou trois syllabes idéalement)
s’écrit facilement (un visiteur l’écrira sans faute du premier coup)
… est disponible !
Enregistré pour longtemps
Petite astuce : si vous êtes sûr de conserver votre site pour plusieurs années, réservez le nom de domaine pour
plusieurs années !
Pourquoi ?
Simplement parce que les spammeurs ne le font pas, pour des questions de coût. Ce qui est un premier critère de
qualité d’un site. Rien ne prouve réellement que Google en tienne compte, mais c’est un premier pas dans la bonne direction !
Whois non anonyme
Sauf cas exceptionnel, vous ne devez pas anonymiser complètement le whois de votre site. Utiliser un mail de
redirection (comme le propose OVH) pour éliminer le spam, oui, mais une anonymisation complète reste à
proscrire.
Source :
https://www.ovh.com/fr/domaines/service_owo.xml
Extension adaptée
Choisissez les bonnes extensions : .com et .fr. A la limite : .net, .org, .eu. Toutes les extensions trop exotiques
(.travel, .pro…) sont à éviter tant pour Google (qui s’en méfie parfois) que pour les internautes, peu avides de
changements technologiques.
Dans le même ordre d’idée vous devrez utiliser l’extnesion géographique d’un pays que si votre clientèle s’y
trouve. Un site (wordpress ou autre) en .fr aura énormément de mal à se positionner en dehors de la France.
Si vous avez des visées internationales, le .com reste de loin la meilleure des options. La véritable difficulté
étant de trouver un nom de domaine correct… Qui soit libre !
Pas de domaine miroir
En voulant bien faire, certains webmasters achètent toutes les variantes d’un nom de domaine (avec ou sans tiret,
en .fr, .net, .com, etc) et redirigent tout vers le site principal.
Pourquoi éviter les domaines mirroirs ?
Simplement pour ne pas avoir de problème de contenu dupliqué externe. Google déteste cela !
Ne soyez pas votre propre concurrent !
Avec ou sans www ?
Les www en sous domaine sont une pratique archaïque qui n’a plus réellement d’intérêt… Si vous avez envie d’un
adresse du type www.monsite.com plutôt que monsite.com, libre à vous ! Assurez-vous de gérer le paramétrage
correctement, sous peine de contenu dupliqué interne…
Ma préférence va au non www, plus court.
Ce que Google aime à peine moins que le contenu dupliqué externe.
3 choses à faire pour bien paramétrer le www ou non d’un site :
1. Choisissez entre www et non www

2. Faites une redirection 301 de l’un vers l’autre pour toutes les urls (cela se fait par le fichier htaccess)
* Rediriger du www vers le non www :
RewriteEngine On
RewriteCond %{HTTP_HOST} !^my-domain\.com$ [NC] RewriteRule ^(.*)$ http://my-domain.com/$1
[R=301,L] * Rediriger du non www vers le www :
RewriteEngine On
RewriteCond %{HTTP_HOST} !^www\.
RewriteRule ^(.*)$ http://www.%{HTTP_HOST}/$1 [R=301,L]
3. Indiquez à Google Search Console le paramétrage retenu :
Source :
http://dense13.com/blog/2008/02/27/redirecting-non-www-to-www-with-htaccess/
Contenu préalable au lancement
Grosse astuce de professionnel du seo : avant d’installer votre site, entre le moment où vous avez réservé le nom
de domaine et le moment où vous installez votre site wordpress, mettez un contenu d’attente.
Que mettre comme texte ?
Décrivez votre métier, l’idée est de fournir à Google un contenu qui indiquera la thématique de votre site.
Vous gagnerez autant en terme d’ancienneté une fois le site en place…
Si vous êtes pragmatique, vous pourrez sans problème laisser ce texte en fin de page d’accueil.
Rien ne se perd en SEO !

Optimisez la rapidité du site
Réduisez le temps de réponse du site
Google veut rendre le web rapide. Un site lent est pénalisé, vous devez donc travailler la rapidité du site. Pour faire
l’état des lieux, allez dans le Google Search Console (https://www.google.com/webmasters/tools/home?hl=fr) et
dans le sous menu « Exploration / Statistiques sur l’exploration ». Le dernier graphique vous donne les temps mis
pour afficher les page. Plus c’est bas mieux c’est.
Pour apprécier si votre site est rapide ou lent, naviguez dessus avec un navigateur dont vous avez vidé le cache préalablement. Soyez objectif, même si vous aimez votre site, vous devez être capable de déceler de la
lenteur.
Vous pouvez aussi utiliser WebPageTest.org (http://www.webpagetest.org/) en configurant l’outil depuis Paris si
vous êtes français. Au delà-de 4 à 5 secondes pour le premier chargement, vous devez prendre tout ou partie
des mesures que j’indique par la suite.
Enfin, vous pouvez demander à Google : https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights/ ce qu’il en
pense…

Pour moi c’est juste moyen, je pense pouvoir faire mieux, c’est un de mes chantiers à venir.
Vous voulez voir ce qu’est un site rapide en terme de navigation ? Suivez le guide :
http://www.thinkrosystem.com/accueil . Et pourtant PageSpeed le note assez mal !
Utilisez la mise en cache
La mise en cache, sur le papier c’est simple. Vous préchargez une page et renvoyez cette page aux visiteurs
jusqu’à ce qu’elle change. Le chargement est plus rapide simplement car il y a moins de ressources à mobiliser,
notamment les appels en base de données.
Le gros problème de tout ce qui est mise en cache est finalement de configurer cette gestion du cache. Plusieurs possibilité existent, en voici deux :
1) W3 Total Cache : l’usine à gaz mais gratuit. Prévoyez quelques heures pour le configurer en détail si vous
n’avez pas l’habitude. (https://fr.wordpress.org/plugins/w3-total-cache/)

2) WP Rocket : nettement plus simple d’accès mais payant. C’est celui que j’utilise et il me satisfait. Parfois
j’aimerais quelques options de plus, mais le plugin est efficace (http://wp-rocket.me/fr/).
Source :
http://www.memoclic.com/1862-wordpress/18606-wordpress-plugins-seo.html
Choisissez un hébergement adapté
C’est souvent le premier réflexe pour optimiser la rapidité d’un site que de remettre en cause l’hébergement. C’est
vrai, mais c’est loin d’être la seule cause de ralentissement !
Difficile a priori de prédire les performances d’un hébergement. En général, les hébergement peu chers sont aussi
peu efficaces. Investissez un peu et choisissez des offres où la vitesse est mise en avant. Oubliez les
hébergements gratuits, c’est VRAIMENT une perte de temps.
Nettoyez les bases régulièrement
Chaque page affichée génère de nombreuses requêtes en base de données. Sur un petit site, l’impact est modéré,
mais sur des sites WordPress anciens et riches, les bases peuvent se remplir et ralentir le site.
Objectivement, il est difficile de faire le ménage dans les bases. Vous pouvez agir sur deux ou trois tables :
1. les commentaires en attente (notamment pour le spam), ce point sera détaillé
2. les révisions des articles et des pages : à chaque sauvegarde WordPress conserve une version en
base… Et ne l’efface jamais !
Pour corriger cela un plugin permet de nettoyer les vieilles versions :
https://fr.wordpress.org/plugins/better-delete-revision/
Sélectionnez le bon thème
Je suis fan des thèmes premiums. Pour quelques dizaines d’euros vous avez un thème qualitatif optimisé et
souvent éprouvé.
Pour améliorer le référencement naturel de WordPress un bon thème se doit avant tout d’être un thème
rapide. Ne vous fiez pas à celui que j’utilise (pour combien de temps encore) sur Refeo.com, Salient, je le trouve
un poil lent (il est excellent par ailleurs !).
Alors comment savoir si un thème est rapide avant de l’acheter ?
Regardez si on vous parle de rapidité. Plus c’est placé haut dans le liste mieux c’est !
Simple, non ?
Ne multipliez pas les polices
Les meilleures polices sont celles du web par défaut, ne cherchez pas à les multiplier. Une police en plus, c’est un
téléchargement en plus. Faites simple, une police de base et éventuellement une pour les titres. Pas plus !
Désactivez les plugins inutilisés
Si vous avez des plugins dont vous ne vous servez pas, désactivez-les !

Si vous avez des plugins dont vous vous servez peu, trouvez comment faire sans et désactivez-les.
Sur Refeo.com, je tourne avec environ 34 extensions activées, dont 17 pour le front office. C’est beaucoup, mais
j’essaie encore de les réduire…
Ayez un serveur stable
Là je ne parle plus de performance brute, uniquement « d’uptime». Un bon serveur ne doit pas être hors ligne .
Un site qui n’est pas accessible pose un problème de qualité à Google et cela peut impacter sur le référencement
naturel du site WordPress (ou de tout autre site).
Comment surveiller la stabilité du serveur de mon site ?
Il y a différentes solutions :
1. Ecoutez vos visiteurs : si l’un d’eux à la délicatesse de vous signaler que votre site a un problème,
remerciez-le et enquêtez immédiatement.
Enquêter ? Mais je ne suis pas technicien !
Certes, mais essayez déjà de reproduire l’erreur. Pour cela, utiliser un navigateur identique à votre
visiteur et videz votre cache.
Pour ma part j’ai déjà demandé plusieurs fois à des captures d’écrans…
En ce qui me concerne, je fonce toujours voir le formulaire de contact et je fais un essai complet
2. Ouvrir un compte Google Search Console : Google pourra si votre site est trop hors ligne vous envoyer
une aleter par mail. C’est gratuit et la Search Console sert à beaucoup, beaucoup d’autres choses.
3. Mettre en place un service de « pings » vers votre serveur. Pour faire simple un autre serveur va venir
visiter votre site très régulièrement et vous alerter si le site ne répond pas normalement. La plupart de ces
services sont américains, voici une liste pour vous y aider :
– https://uptimerobot.com/
– http://www.monitor.us/
– https://www.pingdom.com/
– https://www.statuscake.com/
– https://www.siteuptime.com/
– http://www.internetseer.com/
– http://www.uptrends.com/
– http://basicstate.com/
– http://www.montastic.com/
– http://www.aremysitesup.com/
– http://site24x7.com/index.html
– http://100pulse.com/
Dois-je payer pour un service de monitoring de site ?

Réponse courte : non pour un site normal, oui pour un site critique.
Réponse longue : si vous avez un site vitrine avec quelques visiteurs par jour, les versions gratuites des services
de monitoring suffiront largement : une vérification toutes les 15 ou 30 minutes reste utile. Si vous avez un site
« critique », vous devez avoir une analyse plus fine, toutes les minutes, par exemple. Pour moi un site critique est
un site à fort trafic ou un site e-commerce avec des commandes en nombre (plusieurs dizaines par jour).
Utilisez la minification et la concaténation des fichiers
La minification consiste à compacter les éléments de code pour réduire leur poids (en supprimant les sauts de
lignes, les commentaires, etc.). La concaténation sert à fusionner des fichiers, ce qui limite les téléchargements.
Sous WP Rocket, vous disposez des options suivantes :
Pour résumer l’avertissement en rouge, cela peut provoquer des problèmes de conflit. Activez les options une à
une jusqu’à constater des problèmes (menu qui ne s’affiche pas, images mal placées, formulaire hors
service…).
Essayez au final de tout utiliser, pour gagner quelques précieuses millisecondes.

Optimisez le flux RSS du site
Cannaître l’impact d’un flux RSS sur le seo de WordPress
Un flux rss est généré par défaut sous WordPress à l’adresse suivante : votresite.com/feed . Le flux rss sert à
beaucoup de chose, notamment :
informer des lecteur abonné à votre flux WordPress de l’existence nouveaux articles (c’est la fonction de
base)
reprendre des contenu pour les publier en partie ailleurs
certains annuaires indexent vos flux rss et vous envoient plus de backlinks
A titre personnel, je ne m’en sers pas, mais l’optimisation du seo de wordpress passe aussi par la gestion du
flux rss.
Eviter le duplicate content externe
Ce que vous devez savoir est le risque de contenu dupliqué. Si un site reprend (sans vous le dire en général)
votre flux et le republie intégralement, vous risquez de le voir devant vous dans Google alors que vous avez fait
tout le travail ! Frustrant !
La solution la plus simple est de n’envoyer dans le flux rss que l’extrait.
Ce paramètre se configure à Réglages / Lecture, choisissez l’option « extraits » :
Ceux pour qui ce point est important peuvent aller plus loin et découper leur flux RSS :
http://pix-geeks.com/creer-flux-rss-coupe/
http://pix-geeks.com/flux-rss-paperblog-backlinks/
http://www.geekpress.fr/wordpress/extension/backlinks-flux-rss-1827/
Recourir à la balise more
Même si je tends à oublier de le faire, l’usage de la balise « more » (« lire la suite ») va permettre de couper vos
contenus après le début (l’idéal étant juste après le chapeau). L’idée est de donner envie de lire la suite. En
terme de SEO, l’intérêt est de couper le contenu que vous aller envoyer dans le flux RSS et limiter ainsi les
problème de contenu dupliqué… Cette balise forcera l’extrait envoyé dans le flux rss à être coupé au niveau de la
balise more et pas comme WordPress le voulait. Editorialement, c’est mieux !
Intégrer des backlinks
Si vous savez que votre flux rss WordPress est repris par d’autres sites ou votre site est inscrit dans des
annuaires permettant l’ajout de flux rss, autant ajouter des liens vers votre site.
Méthode douce : un lien vers le post en lui-même. J’utilise le réglage par défaut de Yoast WordPress SEO, qui
me suffit amplement. Vous y accédez par SEO / Avancé / RSS .

Méthode brutale : injecter dans le flux pour un article des liens vers d’autres articles : c’est plus de backlink sans
effort ! Utilisez le plugin Yet Another Related Posts Plugin (https://fr.wordpress.org/plugins/yet-another-related-
posts-plugin/)

Optimiser le site
Autoriser l’indexation du site par les moteurs
Un réglage permet à wordpress d’indiquer aux moteurs de recherche de ne pas indexer le site. Dans un guide sur
le seo de WordPress, vous pensez que je vais vous dire de décocher cette case (à laquelle vous accédez par
Réglages / Lecture)
Evidemment, cette option doit être décochée quand le site est en production.
Qu’en est-il pendant le développement du site ?
Soit vous avez suivi mon conseil et mis du contenu en attendant et vous devez laisser Google indexer le site.
Soit vous n’avez pas de contenu (le lorem ipsum n’est pas considéré comme du contenu !) et vous devez le
désindexer le temps que du contenu arrive.
Evitez les plug-ins obligatoires
Si vous avez décidé que les vidéos que vous affichez requièrent un plug in additionnel autre que Flash, (tel
Silverlight), c’est mal.
Hormis le Flash, qui finira bien par mourir, vous ne devez pas demander à votre visiteur d’installer des
plugins. D’un point de vue SEO, ce sera meilleur.
Zéro malware
Si votre site est touché par un virus, les conséquences peut aussi impacter les référencement naturel de
WordPress. Evidemment vous devez nettoyer ce qui doit l’être et protéger votre site contre ces attaques.
Si vous voulez savoir si votre site est touché, Google Search Console vous l’indiquera.
Autre solution : le tester sur https://www.google.com/transparencyreport/safebrowsing/diagnostic/ :
Attention, ce résultat signifie que Google ne voit pas de virus, pas que vous n’en avez pas !
Paramétrez le fichier robots.txt
Le fichier robots.txt est un outil fort efficace pour optimiser le seo de WordPress.
Il y a deux écoles : le fichier restrictif, qui vise à désindexer certains fichiers dont Google ne devrait pas avoir
besoin.
Le fichier robots.txt de WordPress se modifie avec Yoast WordPress SEO par cet accès : SEO / Outils / Editeurs
de fichiers
Si cette option ne fonctionne pas pour vous (elle ne fonctionne pas pour moi…), il existe un plugin léger : WP
Robots txt.
La modification se fera alors par Réglages / Lecture :
Dans ce cas, le contenu sera proche de celui-ci :
User-agent: *
Disallow: /cgi-bin
Disallow: /wp-login.php
Disallow: /wp-admin
Disallow: /wp-includes
Disallow: /wp-content/plugins
Disallow: /wp-content/cache
Disallow: /wp-content/themes
Disallow: /category/
Disallow: */trackback
Disallow: */feed
Disallow: */comments
Disallow: /*?
Disallow: /*.php$
Disallow: /*.js$
Disallow: /*.inc$
Disallow: /*.css$
Disallow: /*.gz$
Disallow: /*.swf$
Disallow: /*.wmv$
Disallow: /*.cgi$
Disallow: /*.xhtml$

Faites le choix d’un site « responsive »
Essentiel !
Pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu :
Essentiel !
WordPress a cet énorme avantage de pouvoir changer sans trop de mal le thème. Si votre site bénéficie d’un
thème responsive (en Français on parle de thème adaptatif ou mobile), parfait, vous pouvez passer à la suite.
Si vous n’avez pas un site WordPress responsive, faites-vous à l’idée que votre site ne sera pas vu dans les
résultats de recherche de ceux qui utilisent leur smartphone. Cette proportion grandissant avec le temps, votre
trafic va diminuer avec le temps. Triste perspective, non ?
Mettez un thème WordPress responsif et passez à la suite de votre seo pour WordPress !
Si vous avez un site et ne savez pas s’il est mobile friendly, faites ce test :
https://www.google.com/webmasters/tools/mobile-friendly/?hl=fr

Chassez les 404
Evitez les urls en 404. Cela nuit aussi au référencement naturel de WordPress.
Une url en 404 est une url qui renvoie une erreur 404, signifiant que la page demandée n’existe pas.
Je suis soigneux, je n’ai pas de 404
Etes-vous sûr ?
Les 404 peuvent survenir dans pleins de cas de figure :
lorsque vous changez le permalien d’un article déjà indexé
lorsque vous modifiez la structure de vos permaliens
lorsque vous faites des liens internes en dur vers une page qui changera d’url
lorsque vous ne faites rien, Google va quand même en trouver…
Refeo.com n’est pas un modèle du genre, car je n’hésite pas à modifier ce qui doit l’être et Google parfois trouve
« quelques 404 » :
Pour faire le point sur vos erreurs 404 avec votre site WordPress, utilisez Google Search Console et rendez-vous
dans Exploration / Erreurs d’exploration
Comment traiter les 404 ?
Essentiellement par trois moyens :
1. des redirections 301
2. de la désindexation dans le fichier robots.txt
3. du mépris. Si c’est un point de détail, passez à autre chose.
Ayez un certificat SSL valide
Si vous avez fait le choix d’un certificat SSL (notamment parce que Google a indiqué qu’il attribuerait un bonus…),
assurez-vous au moins qu’il soit valide. Ce genre de chose expire, donc soyez rigoureux. Un certificat SSL
non valide ou non signé est probablement pire que pas de certificat du tout…
Assurez-vous d’avoir une IP géolocalisée
L’adresse IP de votre site est liée à votre serveur. Si vous visez un public français, l’idéal est d’avoir un site
géolocalisé en France. Ce n’est pas vital (les calamiteux 1&1 sont en Allemagne), mais c’est toujours un petit
plus.
Là où cela devient critique, c’est pour la rapidité du site. Si vous visez un public américain et que votre
hébergement est en France, vous ne verrez pas que le site est lent. Vos visiteurs, eux, oui !
Mettez en place les fils d’Ariane
Le fil d’Ariane (ou Breadcrumb) permet à l’internaute de se repérer dans l’architecture du site en lui montrant où la
page qu’il visite se trouve dans l’arborescence. Cela prendra souvent la forme d’hyperliens qui pointent vers les
pages supérieures, par exemple Accueil > Catégorie > Sous-Catégorie > Page.
En référencement naturel, on se sert du fil d’Ariane pour densifier et structurer le maillage interne du site. C’est
l’outil de base de la mise en place de silos.
Si votre site est comme Refeo.com (assez petit), je pense que ce n’est pas vital, même avec comme seul objectif
d’améliorer le seo de WordPress.
De même si votre architecture est plate (toutes les pages sont au même niveau), comme l’est Refeo.com, alors,
les fils d’Ariane ne présenteront pas d’intérêt, ni en seo, ni en ergonomie.
Pour activer le fil d’Ariane, c’est soit dans votre thème soit avec Yoast WordPress SEO. Pour Yoast, c’est ici :
SEO / Avancé / Fils d’Ariane
Attention, tous les thèmes ne le supporteront pas forcément.
Si Yoast ne parvient pas à les afficher, il vous faudra modifier le
code source du thème.
Source :
https://www.codeur.com/cms/aide/referencement-wordpress/
Interdisez les urls accentuées
A ma connaissance, WordPress ne supporte pas les urls accentuées (il les convertit à la volée). C’est bien
comme cela, les accents sont à éviter tant en SEO qu’en ergonomie.
Faites les mises à jour
WordPress dispose d’un excellent système de mises à jour, que je conseille vivement d’utiliser en ayant
conscience des avantages et inconvénients suivants :
+ sécurisation du site (c’est là que c’est un bon point pour améliorer le seo de WordPress)
+ fonctionnalités accrues
+ bugs corrigés
– risque d’incompatibilité entre plugins ou même avec le coeur de WordPress

– difficile de revenir en arrière sans une sauvegarde préalable.
Pour Refeo.com, je mets à jour dès que possible, que ce soit le thème, les plugins ou WordPress et j’ai en
parallèle un système de sauvegarde qui fait une copie du site toutes les semaines.
L’intérêt est de faire ces micro mises à jour de manière régulière plutôt que d’avoir à faire de grosses mises à jour
(plus risquées) de temps en temps.
Dans le cas où des failles de sécurité touchent un élément de votre site, vous DEVEZ faire les mises à jour
correspondantes.
Mettez un avertissement « cookies »
C’est la loi.
Oui, je sais, elle est à peu près inutile, voire même lassante tant le fait de devoir systématiquement cliquer sur
« OK, j’ai bien compris que je n’avais pas le choix » est pénible.
Quoi qu’il en soit je conseille malgré tout de le mettre, il n’est pas impossible que Google associe à l’absence de
ce genre d’avertissement un signe de non qualité. Et puisque c’est une obligation légale…
Pour faire cela simplement sous WordPress, utilisez le plugin Cookie Notice :
https://fr.wordpress.org/plugins/cookie-notice/
Structurer en silo
Structurer un site WordPress en Silo va permettre de créer des zones liées à des thématiques bien identifiées.
Des liens viennent ensuite assurer la distribution du jus au sein de chaque silo et même d’un silo à l’autre.
Cet outil SEO avancé est utile pour des sites e-commerce ou des sites éditoriaux riches en contenus et présentant
plusieurs thématiques distinctes.
Sur Refeo.com, je pourrais par exemple avoir un
silo « SEO » et un silo « Adwords ». Au sein du silo
SEO, je pourrais avoir des sous-rubriques telles que
les mises à jour de Google (avec des sous-sous-
rubriques sur chaque mise à jour) et les techniques
de netlinking (avec des sous-sous-rubriques telles
que black hat, white hat, grey hat).
Au final, mon site n’est pas assez vaste pour
justifier une telle mise en place, j’ai préféré travailler
l’ergonomie et le fond plus que l’optimisation seo
maximale.
Notez que si vous voulez tirer profit de la puissance
des silos, vous devrez utiliser les catégories.
C’est une décision lourde à prendre le plus tôt possible dans la vie du site pour éviter de devoir jouer de la
redirection 301 en masse !
L’image ci dessus est extraite de la meilleure référence sur le sujet que j’ai pu toruver :
http://www.ninjalinker.com/strategie-seo-silo-cocon-semantique/
Ajoutez du contenu régulièrement
Essentiel, vital, fondamental, incontournable.
Le contenu c’est le carburant du SEO, c’est avec du texte que Google va pouvoir trouver des expressions
Pas de contenu = pas de visibilité
Oubliez le contenu généré automatiquement, c’est risqué et probablement détectable dans les années à venir
(chaque langue présente des caractéristiques propres en terme de fréquence de mots, l’introduction de mots
français de manière aléatoire, par exemple, se détecte très vite).
Vous pouvez alors jouer sur deux tableaux :
1. le volume : beaucoup de textes rédigés offshore
Avantages :
+ pas trop cher
+ quasiment illimité
+ ciblage d’un maximum de mots clés SEO
Inconvénients :
– les textes ne donneront pas envie de poursuivre la visite
– l’intégration est pas toujours aisée compte tenu du volume
Ce choix permet d’améliorer le seo de WordPress , certes, mais une fois le trafic entré vous devez travailler
pour qu’il soit rediriger vers des pages plus qualitatives, par l’introduction de « call to action »
Sur Refeo.com, j’utilise la barre latérale pour inciter les visiteurs à se rendre sur mes guides gratuits, qui
sont eux beaucoup plus qualitatifs
2. la qualité : peu de textes mais rédigés in-house
Avantages :
+ vous pouvez promouvoir ces contenus (publicité facebook, Twitter, Youtube…)
+ le visiteur sera intéressé
+ vous pouvez travailler l’inscription à une newsletter qui vous donnera un levier additionnel
+ ce genre de contenu se positionne beaucoup mieux dans les premiers résultats de Google
+ un visiteur peut promouvoir vos contenus sur les réseaux sociaux (trafic gratuit)
Inconvénients :
– coût : un guide tel que celui que vous lisez prend plusieurs dizaines d’heures à écrire, sans compter les
coûts des graphistes
– demande des idées intéressantes
– risque d’obsolescence d’un contenu
– moins de volume donc moins de mots clés visées
Il est difficile de poursuivre les deux en même temps (qualité et volume). Vous devez faire un choix.
A l’heure de l’Inbound Marketing, (le marketing de contenu) et du Lead Nurturing (le travail des inscrits à la
newsletter), le choix de la qualité est pérenne.
Je travaille actuellement sur une approche structurée pour faire du volume assez qualitatif (au prix d’une
augmentation des coûts…) : cela fera probablement l’objet d’un guide qualitatif à terme !
Ping sur publication
Bonne nouvelle, cette optimisation du seo de WordPress se fait par défaut. Tout le monde ne le sait pas, mais à
chaque fois que vous publiez ou mettez à jour un contenu (page ou article), WordPress informe un service
(« Ping-O-Matic ») qui va donner à qui le souhaite la nouvelle de votre contenu.
Pour être tout à fait franc, en terme de trafic, en France, c’est assez limité.
L’intérêt reste essentiellement lié au référencement naturel de WordPress :
vous créez une trace d’antériorité. Si un site reprend votre contenu, il « pingera » après vous.
Google fait probablement partie de ceux qui s’intéressent à Ping-O-Matic.
J’ai trouvé une longue liste de services à pinger, dois-je le faire ?
Non. C’est typique des spammeurs.
Si malgré tout vous y tenez voici un post bien fait avec une liste décente :
http://www.alsaseo.fr/differents-services-de-ping/
Si vous voulez gagner quelques minutes dans l’indexations de vos posts, vous pouvez aussi aller pinger directement Google : rendez-vous à Réglages / Ecriture et ajoutez cette ligne sous celle déjà en place :
http://blogsearch.google.com/ping/RPC2
La vraie question que je me pose est de savoir si en changeant trois mots dans un contenu, de mettre à jour sa
date de publication et de repinger Google pourrait générer un bonus de fraîcheur…
Question purement SEO qui mériterait un test…
Evitez les hx dans les barres latérales
Je déconseille de mettre des h1, h2, h3, h4 h5 ou h6 dans les barres latérales. Beaucoup le font par facilité (cela
facilite effectivement la mise en page car dans la plupart des thèmes WordPress les balises H sont déjà stylées
par des fichiers css), mais au final c’est une mauvaise pratique.
En effet, ces balises servent à structurer un contenu. Là, quelque part, avec cette pratique vous fusionnez le
contenu et celui de la barre latérale. Ce qui pourrait prêter à confusion pour un crawler. Même s’il est
probable que Google gère cela finement, autant éviter ces mélanges potentiellement défavorable à votre seo.
Utilisez du gras ou d’autres artifices de mise en page.
Si vous voulez plus de détails sur ce débat :
http://www.notuxedo.com/balises-de-titre-et-referencement-sur-wordpress/
Ajouter les meta données des réseaux sociaux
Si vous avez des pages actives sur les réseaux sociaux, le plugin WordPress SEO de Yoast va ici encore pouvoir
vous aider !
Il y a plusieurs avantages :
formatage des posts avec l’opengraph de Facebook
mise en place des cartes Twitter
vérification de votre site par Facebook Insight et Pinterest
ajout des méta données pour Google+
etc.
Cette partie mériterait un guide à elle seule.
Au final, je vous conseille les éléments suivants :
ne paramétrez que les pages des réseaux sociaux sur lesquels vous êtes actifs
ajoutez les méta données en cochant les cases ad hoc, cela facilitera le partage de vos contenus
Pour paramétrer tout cela, rendez-vous à SEO / Réseaux Sociaux, comme le montre l’image ci-dessus pour
Twitter :

Les exigences minimales d’un thème WordPress SEO Friendly
Des thèmes WordPress, vous en trouverez autant que vous le voudrez !
Des thèmes WordPress optimisés pour le référencement naturel, c’est déjà plus rare !
Voici le cahier des charges pour un thème WordPress :
rapide : critère seo de plus en plus fort
responsif : pour être visible sur les recherches mobiles
mises à jour régulières par l’auteur : pour éviter les failles de sécurité
paramétrable : pour facilité l’intégration des chartes graphiques
payant : le gratuit a toujours un revers. Le seul contre exemple est le thème de base de WordPress. Si
vous ne voulez pas payer, c’est une excellente alternative !
Pour trouver votre bonheur, voici une market place qui peut classer les thèmes en vente par nombre de vente, ce
qui est déjà un premier critère :
http://themeforest.net/popular_item/by_category?category=wordpress

Optimiser les images sous wordpress
Sélectionnez le bon format : jpg ou png ?
Les images sous WordPress comme sur n’importe quel site peuvent être de différents formats : gif, jpg, png, voire
d’autres.
Quel format choisir pour améliorer le référencement de wordpress ?
Le gif n’est utile que dans deux cas de figures : vous avez des transparences complètes sur votre
image ou l’image est une mini vidéo.
Le png a lui aussi deux fonctions : il gère des transparences partielles et conserve les textes.
Le jpg est le format idéal pour des photos : il est léger, on peut le compresser plus ou moins
(moyennant quelques pertes)
Sur ce guide seo WordPress, j’utilise principalement des png pour conserver un maximum de lisibilité à mes
images où le texte est présent. Mais s’il s’agit de visuel d’illustration, je passe sur du jpg.
Réduisez le poids des images
Dans le cas où vous utilisez des fichiers au format jpg, vous pouvez les compresser. Pour le faire, il existe des
services en ligne ou vous pouvez un logiciel de traitement d’image. Nul besoin d’aller jusque sur Photoshop,
XnView le fait très bien, en lot et gratuitement.

Le lien ci-après vous montre comment le faire dans les moindre détail, vous pouvez largement vous contenter de
ne jouer que sur le paramètre de qualité, que vous positionnerez en 30 % et 50 % (pour un tirage sur papier
photo, on ne descend pas en dessous de 90%, pour information)
Source :
http://www.eric-bellot.fr/node/63
Utilisez un CDN
Un CDN (pour Content Delivery Network) est un serveur destiné à fournir vos fichier. L’objectif est double : se
trouver plus près de l’audience (dans le cas d’un site à visée internationale) ou d’alléger la charge du site. Ces
deux effets contribuent à améliorer le référencement naturel de WordPress en rendant votre site plus rapide.
Comment mettre en place un CDN pour WordPress ?
Cela se gère soit depuis des plugins dédiés soit, comme pour Refeo.com, dans les options des plugins de mise
en cache. J’utilise WP Rocket pour sa simplicité et Amazon… Pour les prix. Voici mes réglages :

Renseignez les balises alt des images
A l’origine, les balises alt servent pour les personnes mal voyantes : leur navigateur leur lit ce que contient
l’image. Dans les faits les experts du référencement ont largement détourné cela pour améliorer encore un peu
plus l’optimisation du seo de leur site.

Au final, voici ce que je conseille pour rédiger des balises alt efficaces :
rédigez-les pour qu’elles aient un minimum de sens : ce n’est pas une suite de mots clés
pour vous aider : faites comme si un visiteur pouvait les lire
profitez du fait qu’elle soient masquées (en général) pour utilisez des formes incorrectes de vos mots clés.
Par exemple, référencement naturel s’écrit avec des accès.
ne remplissez les champs alt que pour les grandes images, celles de quelques pixels ne font pas de sens.
Je peux profiter des balises alt pour introduire la version sans accent (referencement naturel). N’abusez pas de
cette astuce !
Sous wordpress, les balises alt se gère dans la bibliothèque. Quand vous uploadez un media, profitez en pour
renseigner le champ appelé « texte alternatif » :
Légendez les images du contenu
Une légende d’image, sous WordPress, est un texte d’accompagnement du visuel. Avant de faire ce qui n’est pas
qu’une optimisation seo, vérifiez que votre thème les affiche, ce n’est pas toujours le cas…
Comme pour les balises, alt, elle se renseignent au niveau du media concerné, dans la bibliothèque,
idéalement à l’upload.
Pour rédiger de bonnes légendes :
contrairement aux balise alt, elles seront lues par votre visiteur, plus que le texte en lui-même. Vous devez
les soigner !
rédigez des phrases courtes mais précises qui apportent de l’information
insérez quelques mots clés, sans excès
Soignez le nom des images

Le nom des images est aussi encore un endroit pour optimiser le seo de WordPress :
ne mettez pas d’accent
utiliser des mots clés
pour m’y retrouver je les fais précéder d’un nombre
utilisez le tiret ( » – ») comme séparateur
Voici un exemple pour les images de ce guide :
Lazy loading d’images et SEO
Le lazy loading (ou « chargement différé ») consiste à
différer le chargement des images quand l’internaute
scrolle à leur hauteur. Derrière cela, toujours l’idée
d’aller plus vite, ce qui améliore le référencement du
site.
Cependant le lazy loading peut rendre certaines
images invisibles pour Google.
Utilisant le lazy loading proposé par WP Rocket, ce
problème ne se pose pas.

Gérer les commentaires sous WordPress
Modérez les commentaires
Un jour, un de mes clients m’appelle pour me dire qu’il ne comprends pas, que son trafic a plongé brutalement.
La première chose dans ces situations est de vérifier si le trafic baisse de façon anormale ou s’il s’agit d’un
problème conjoncturel. Je vérifie ses Analytics, il semble y avoir un réel problème au niveau du trafic issu du
référencement naturel. Le reste est comparable à la situation usuelle.
L’étape suivante consiste à regarder les classements sur les mots clés qui apportent usuellement du trafic.
Presque tous avaient plongé : le site n’était plus visible sur ses meilleurs mots clés !
On analyse alors le site pour constater que les posts de son site WordPress sont spammés : plusieurs milliers de
commentaires publicitaires. Par mégarde ce client avait paramétré les commentaires pour qu’ils soient validé
automatiquement… Le site avait accumulé pas moins de 15000 spams. Après nettoyage (et quelques
semaines), le site est revenu en l’état préalable !
Les commentaires sous WordPress, s’ils son mal gérés, peuvent détruire tout votre référencement naturel. Si
vous laissez les commentaires en auto approuvés, vous allez récupérer du spam au kilomètre (plusieurs dizaines
par jour !).
Ces spams sur votre site sont un signal de mauvaise qualité flagrant et Google va vous déclasser
immédiatement.
Pour éviter cela, soumettez les commentaires à validation, et validez-les à la main (personnellement, j’y réponds systématiquement, c’est une forme de remerciement). Ceux qui vous disent juste que votre blog est sympa sont
eux aussi à supprimer : 99 % des fois c’est du spam, pour récupérer un backlink. Et tant pis pour votre ego.
Pour vous assurer que les commentaires sont bien soumis à validation, c’est dans Réglages / Discussion :
Luttez contre le spam de commentaires
Hélas, la modération manuelle va vite vous fatiguer tant les spam sont nombreux.
La solution passe par le plugin Akismet, redoutablement efficace. Parfois trop, je préfère prévenir, vous aurez
parfois des faux positifs (des commentaires légitimes marqués somme spam)…
Pour ceux qui n’auraient jamais eu la chance de voir un spam :
Notez le bouton qui fait du bien : « supprimer tout ». N’hésitez pas !

Optimiser les pdf sur un site WordPress
Quand indexer les fichiers PDF ?
Attention aux fichiers pdf en téléchargement libre : le vrai risque est le contenu dupliqué de votre site. Une
page reprise sous forme de pdf, c’est deux fois au moins le même contenu sur votre site, à éviter pour améliorer
le seo de WordPress !
Donc si c’est un contenu identique à ce qui est en ligne, ne les indexez pas (utiliser des liens nofollow pour les
lier). Si c’est du contenu additionnel, utiliser un lien normal.
Pour mettre un lien au format nofollow dans WordPress sans plugin, afficher la source dans la fenêtre de
rédaction et transformez le lien du type ancre en ancre.
Pour ceux qui comme moi aiment les plugins, le plugin WordPress Ultimate Nofollow fait le job :
https://fr.wordpress.org/plugins/nofollow/
Intégrer un backlink
Dernière astuce pour les fichiers pdf : intégrez-y toujours un lien votre votre site, si le pdf venait à être
hébergé ailleurs, vous auriez alors un backlink. Il n’y a pas de petit profit.
L’autre intérêt est de donner une source à votre pdf. Si le lecteur le trouver pertinent, il pourra alors visiter la page
ou le site. Ce genre de trafic est rare, mais toujours très qualitatif , simplement parce que le visiteur vient avec
l’idée que vous connaissez votre métier !
Travaillez votre netlinking
Comment obtenir de bons backlinks ?
Le netlinking, c’est le fait de recevoir des liens depuis d’autres sites vers le vôtre (des « backlinks »). Aux yeux de
Google, cela s’apparente à un vote. La conséquence est que vos classements s’améliorent. La création de
backlinks n’est pas à proprement parler une optimisation du référencement naturel de WordPress. Tout site web
profite de backlinks de qualité pour améliorer son référencement naturel.
Attention !
Tous les backlinks ne se valent pas. Si avant 2012, vous pouviez faire comme bon vous semble, Google a
largement modifié la donne avec sa mise à jour Pingouin. Pour résumer cette mise à jour a introduit l’idée que
des liens pouvaient être contreproductif et même que Google pouvait vous sanctionner s’il estimait votre profil de
liens non naturel.
Qu’est-ce un qu’un bon backlink ?
Un bon rétrolien (c’est le terme français) est notamment :
thématique : vous recevez un lien depuis une page (ou mieux : un site) qui parle sensiblement du même
sujet que vous
sur une page elle-même populaire
Comment obtenir des backlinks de qualité ?
Aujourd’hui la solution la plus fiable consiste à effectivement produire un contenu qui mérite le détour et, surtout,
à la promouvoir activement. Comment obtenir des backlinks de qualité ?
Aujourd’hui la solution la plus fiable consiste à effectivement produire un contenu qui mérite le détour et, surtout,
à la promouvoir activement.

Laisser un commentaire

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin