Formation référencement naturel – Devenir premier sur Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Autres Techniques pour le référencement naturel

Google Shopping & les places de marché – [15]
Google Shoppping était au départ un outil gratuit, maintenant c’est payant…
Ce comparateur de prix qui vous permettra surtout d’avoir des liens, et peut être quelques clients.
Vous n’aurez pas des millions de visites grâce à ce comparateur, mais c’est quand même
intéressant, car c’est simple à mettre en place et la plupart des sites d’e-commerce ont des liens
vers Google Shopping.
Après vous avez tous les comparateurs de prix sur le marché et les solutions comme ShoppingFlux
ou IziFlux qui permettent de publier votre catalogue sur les plate-formes et places du marché
comme Amazon, Rueducommerce ou eBay.
Ça vous permet d’avoir de la visibilité, car ces plateformes ont du trafic, génèrent des ventes et vous ne les
payez qu’à la transaction effectuée.
Ce ne sont pas des liens aussi valorisants que sur un super site sur votre thématique, mais ça vous
place dans un carrefour de ventes.
N’hésitez pas à utiliser ces solutions pour être présent, et avec des solutions comme ShoppingFlux ou
IziFlux vous avez la possibilité de filtrer votre catalogue et de ne mettre en ligne que les articles les plus
vendeurs et sur lesquels vous faites des efforts de prix, et pas ceux que tout le monde vend et que vous
n’êtes pas moins cher par rapport aux autres.
Après il y a des outils de Google qui permettent d’être visible comme Google Actualités (News).
Pour être visible sur Google Actualités il y a des contraintes : il faut en particulier avoir une équipe
éditoriale (voir ce règlement https://support.google.com/news/publisher/answer/40787).
La demande se fait sur ce formulaire
https://support.google.com/news/publisher/troubleshooter/3179220?rd=1#ts=3179198 de demande
d’inscription.
Google Actus permet d’avoir une bonne visibilité et d’avoir vos actus référencées sur Google… et
surtout d’obtenir des liens !

Il faut savoir qu’il y a des contraintes, car Google ne référence pas n’importe quel blog :
– il faut être multi-auteurs,
– il faut publier régulièrement du contenu,
– etc.
Généralement il y a très peu de blogs qui sont référencés, à part les grands blogs.
Une petite astuce peut être d’avoir plusieurs utilisateurs différents qui publient sur le site.
Ensuite d’autres astuces peuvent consister à publier avec une équipe de rédacteurs des données, faire un
blog collaboratif.
Autrement vous pouvez tout simplement créer des utilisateurs virtuels et les faire intervenir alors que c’est
vous qui écrivez.
Une dernière astuce consiste à lister dans Google Actus les sites et les blogs référencés et
proposer d’écrire un article (mais ce sont des gros sites comme challenges, le monde, capital…),
d’obtenir un lien ou d’être rédacteur régulier.
Néanmoins si vous y arrivez, vous pourrez obtenir un lien indirect qui fera ensuite un lien de plus vers vos
produits à vous.

Référencement via les jeux concours et les bons de
réductions – [16]
On va voir différentes méthodes pour obtenir des liens.
On a vu le référencement local, il y a également les concours qui permettent d’obtenir des liens.
Il y a deux sortes de sites qui publient les concours :
— ceux qui autorisent à annoncer un concours
— ceux qui font payer pour cela, ce qui donne en général accès à une annonce dans la newsletter
et souvent à un lien en dur.
Ce qui est intéressant c’est d’avoir le lien (si possible en « do follow », car c’est mieux qu’un lien en « no
follow »), car mettre juste un concours sur un site cela a peu d’intérêt, car c’est peu vu ou cela attire
beaucoup de concouristes…
Pour vérifier si un lien est « do follow » il y a plusieurs méthodes :
– afficher le code source de la page (clic doit « afficher la source) sur une page dans votre
navigateur, et regarder si le lien est do follow ou pas.
– utiliser des plugins comme META SEO Inspector sur Google Chrome
(https://chrome.google.com/webstore/detail/meta-seo-inspector/ibkclpciafdglkjkcibmohobjkcfkaef),
NoDoFollow sur Firefox (https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/addon/nodofollow/), SEO for
Chrome sur Google Chrome (https://chrome.google.com/webstore/detail/seo-for-
chrome/oangcciaeihlfmhppegpdceadpfaoclj)… voir notre liste sur http://bit.ly/1x68dUK
A noter : sur les sites payants de concours, il y a généralement une liste de diffusion et une vraie audience,
la cerise sur le gâteau sera d’attirer des prospects privés, et donc de cibler des sites de concours ayant des
listes assez importantes.
A noter : lorsque vous organisez un concours vous êtes obligé de payer 250 à 300€ pour les frais
d’huissiers (dépôt du règlement)… donc vous devez avoir un budget minimum avant de vous lancer.
Pour que votre concours soit un minimum attractif, il faut des lots intéressants, mais proposez surtout des
produits à vous, ou alors des lots ayant une valeur faciale importante (mais que vous pouvez acheter
moins cher) ou mieux encore des produits qui n’intéresseront que vos prospects types (et pas des
concouristes).
Vous pouvez proposer aussi des «échantillons », des gadgets, des éditions limitées… pour compléter votre
dotation.
Pour savoir comment organiser un jeu concours, rendez vous sur :
http://www.conseilsmarketing.com/e-marketing/4-regles-incontournables-pour-lancer-un-jeu-concours-rentable
http://www.conseilsmarketing.com/promotion-des-ventes/comment-organiser-un-jeu-concours-2
http://www.conseilsmarketing.com/referencement/organiser-un-concours-viral-cas-pratique-avec-regioneo-et-albert-le-
cochon%E2%80%A6
Pour référencer votre concours, vous devrez utiliser des sites comme
– ToutGagner.com,
– Concours-Du-Net.com,
– Concours.net,
– Jeu-concours.biz
– DémonDuJeu.com
– MisterGagnant.com
– Concours.fr
– BonsPlansDuNet.com
– Butineo.fr
etc.
Ne perdez pas du temps à faire tous les sites de concours, car au final on se rend compte qu’ils
n’ont pas tous autant de valeur.
Dans le même style, il y a les sites de codes de réduction comme :
radins.com.com
Clubpromos.com
codepromo.com
pricereduc.com
codereduc.com
ma-reduc.com

Ils qui permettent de déposer des bons de réduction et votre objectif est d’avoir de la visibilité,
d’essayer de valoriser vos produits et si possible d’avoir un lien vers votre site.
L’objectif est d’attirer des prospects ciblés et d’obtenir un lien pour améliorer votre référencement.
Faites votre promo intelligemment.
N’offrez pas sans limites, offrez juste des frais de port pour un certain montant de commande,
offrez un petit cadeau (échantillon…) ou quelque chose comme ça.
N’offrez pas n’importe quoi, car généralement ceux qui achètent sur les codes-promo sont quand même
des acheteurs et cherchent juste à avoir une réduction de prix supplémentaire.

Les articles sponsorisés et les plugins, widgets, addons…
gratuits – [17]
Dans les moyens de récupérer des liens, il y a le contenu créé spécifiquement.
J’ai parlé des applications iPhone permettant d’être présent et référencé sur le site iPhone, mais on
peut aussi créer des add-ons, des widgets, etc.
Par exemple dans le domaine du blogging, il y a des sites qui ont développé un add-on pour WordPress,
des plugins, afin d’obtenir des liens (ex: Yoast).
Avec ces plugins, ils ont réussi certes à faire du contenu, mais également à obtenir des liens et à être
référencé sur des sites de référence comme le plugin directory de WordPress et ils ont pu en faire la
promo auprès des autres blogs et ainsi être référencé.
À vous de voir si vous avez les moyens de développer des plugins ou logiciels permettant
d’apporter de la valeur et de référencer plus efficacement votre site.
En complément, si on veut présent sur un site internet il y a toujours le guest-posting ou l’article
sponsorisé (voir cet article).
Cela peut être une idée pour faire parler de son jeu concours dans un ou deux sites majeurs et ainsi
amorcer la pompe du trafic.
L’article sponsorisé c’est payer un blogueur pour qu’il fasse un article.
Ça coûte entre 60 et 500€ voire 1000€ pour un gros blog.
Vous pouvez passer par des plate-formes comme eBuzzing (Teads Labs http://fr.labs.teads.tv/top-blogs)…
qui ont des réseaux de bloggers qui acceptent de faire de la publicité.
Le principe est simple : vous, annonceur, vous proposez votre campagne.
Ensuite la plate-forme l’envoie à des blogueurs dans le réseau.
Le blogueur choisit si c’est dans sa thématique ou pas.
Ensuite vous imposez des mots clés, des ancres, des images, etc., et le client rédige le texte et le soumet
à la relecture pour qu’il soit publié pendant une certaine durée.
L’intérêt pour vous est que vous avez l’article qu’il vous faut, sachant que pour que ce soit bien fait
il ne faut pas que ce soit auto-promo.
L’intérêt est d’obtenir des liens en payant un montant relativement marginal pour être présent dans
des blogs très thématiques et pointus et d’avoir une communication maîtrisée contrairement à
d’autres outils.
C’est quelque chose qui vous permet de valoriser, car ça fait du contenu.
En échange l’auteur doit marquer « article sponsorisé », ce qui nuit un peu à votre image, car on voit que le
blogueur a été payé pour ça et que ce n’est pas 100 % naturel.

Sites de bons plans, place de marchés, comparateurs de
prix, affiliation… – [20]
Nous avons déjà vu Google Shopping, maintenant nous allons nous intéresser aux moyens
d’optimiser un site d’e-commerce et générer du trafic ciblé via les places de marché, comparateurs
de prix…
La première chose c’est tout ce qui est sites de coupons, de bons de réduction, etc., mais
également les places de marché.
Ce sont des outils qui vous permettront de positionner et de donner de la visibilité à vos produits.
Voici quelques-unes des places de marchés les plus connues:
— eBay.fr
— Amazon MarketPlace
— PriceMinister.com
— RueduCommerce.fr
— C le Marché de CDiscount.fr
— PixPlace (Pixmania)
— Fnac.com
— LaRedoute.fr
— Brandalley.fr (mode)
— Green republic (Bi0)
— MonEchelle.fr (bricolage)
— 2xmoinscher (neuf et occasion)
— …
Et là les comparateurs de prix :
— Shopalike.fr
— Achetezfacile.com
— Achetezmoinscher.com (avec produits neufs reconditionnés)
— Shopmania
— Leguide.com
— Kelkoo.fr
— Shopping.com
— Shopzilla.fr
— Comparer.fr
— Cherchons.com
— Idealo.fr
— Nextag
— Pricerunner.fr
— Icomparateur
— Ciao (avis)
— Twenga
– BébéAchat
— Côtébébé
— Addict2Sport
— Equishopping
— Kelbike.fr
— Gmieux.com
-SonicPrice.fr
— Guitariste.com
– shopoon
— Soldissimode
— Sibalo
Eccevino (vin)
— FrancePrix
— …
Néanmoins, plutôt que tout gérer à la main, nous vous conseillons de passer par des outils pour
automatiser le travail comme ShoppingFlux ou IziFlux.
Vous pourrez ainsi mettre à disposition vos produits dans ces différentes bases de données de prospects,
mais également donner de la visibilité à vos produits sur un canal de ventes où il y a beaucoup de
personnes qui visitent et peuvent être intéressés par vos produits en utilisant le moteur de recherche
interne, et en plus ça améliore (un peu !) votre référencement naturel.
À noter qu’en complément des places de marché, vous pouvez aussi utiliser les sites d’affiliation
pour trouver des prescripteurs pour vos produits.
Voici quelques-uns des sites d’affiliation :
— Tradedoubler
— Affilinet
— Commission junction
— Netaffiliation
— Zanox
— Public-idées
— Effiliation
– …

Le Guest Posting dans les gros Blogs – [22]
On continue dans le guest-posting pour améliorer son référencement naturel.
Comme je le disais précédemment, le but est de repérer des blogs importants ou de petits blogs.
L’intérêt des blogs influents est que vous récupérerez beaucoup de visites et des liens significatifs.
Le problème est que les gens qui ont de gros blogs sont souvent débordés avec beaucoup de de mandes
de guest-posting.
Avec un petit blog pointu dans un blog thématique, vous avez plus de chances d’avoir des articles
en guest-posting car ils sont moins débordés.
Le tout est d’avoir une méthode et un programme de guest-posting.
Par exemple, vous pouvez prévoir de faire tous les mois un ou deux guest-postings, en demandant
en avance à des blogs d’écrire un article pour eux et en ayant ainsi un planning de publication.
C’est intéressant pendant les trois premiers mois de la sortie de votre blog d’en avoir deux ou trois guest-
postings toutes les semaines, car vous pourrez comme ça obtenir rapidement des liens de qualité et donc
des visites.
Voici quelques conseils pour avoir des articles dans les gros blogs.
Pour les gros sites le mieux est d’aller d’abord faire un tour dans les top blogs eBuzzing
http://fr.labs.teads.tv/top-blogs et de faire la liste des blogs susceptibles d’être intéressés par votre
thématique.
Commencez par faire des commentaires sur les nouveaux articles des blogueurs, rentrez en
contact avec la personne via Twitter ou Facebook, mais ne demandez pas d’articles de guest-
posting ou quoi que ce soit dès les premiers échanges.
Participez juste à la conversation (c’est très important de nouer une relation de confiance).

Tenez ensuite un fichier Excel dans lequel vous indiquez le site que vous avez contacté, quand
vous avez commencé à faire des commentaires et à entrer en contact, et l’e-mail de la personne qui
tient le site.
Après la prise de contact, qui peut durer jusqu’à deux mois si c’est un gros blog, une fois que vous
connaissez la personne vous pouvez proposer d’écrire un article.
Indiquez dans le fichier Excel la date où vous avez fait cette demande, le contenu que vous proposez, etc.,
et passez au suivant.
Le but est d’avoir une planification des contenus et ne de pas redemander aux mêmes personnes
une nouvelle fois un guest-posting (ce qui peut vous donner mauvaise réputation !).
Il est important de publier son meilleur article sur ces blogs, ne publiez pas un article “moyen”.
D’une part, vous devez donner envie aux personnes d’aller sur votre blog, et ensuite par déontologie vous
devez donner un bon article à la personne qui vous reçoit sur son blog.
Vous devez faire des liens vers un ou deux de vos propres articles, au début et à la fin par exemple,
cela permet de récupérer des liens.
Vous pouvez même dire que vous avez sorti un e-book téléchargeable (et le proposer en téléchargement à
un moment de l’article) et ainsi vous allez récupérer des e-mails et des prospects.

Le Guest Posting dans les petits blogs – [23]
On a vu précédemment la tribune ou comment obtenir des liens via un point de vue.
J’ai parlé aussi du guest-posting qui consiste à proposer à un blogueur ou à un site d’actualité d’écrire un
article.
Le plus simple est de proposer un article direct, mais on peut également le faire de manière
indirecte sous forme d’interview.
Vous allez envoyer un e-mail à un blogueur pour proposer une interview avec votre DG, spécialiste dans
un domaine d’actualité et qui peut parler d’un challenge actuel.
C’est important de se baser sur une actualité, un évènement externe, un salon… pour avoir une
raison de proposer une interview.
Par exemple une sortie de produit gratuit que vous offrez, un salon majeur dans votre secteur d’activité ,
une crise, etc.
Ne prenez pas uniquement votre actualité à vous, mais quelque chose qui vient de l’extérieur, auquel les
gens peuvent penser, comme les soldes d’été.
Prenez un élément externe majeur dans votre secteur d’activité pour l’utiliser comme levier pour en parler
et communiquer.
Après vous allez proposer cette interview par e-mail par exemple, mais ce qui marche le mieux c’est
de proposer un déjeuner ou un dîner, ce qui permet d’avoir un meilleur retour de concrétisation.
Après vous avez le fait d’avoir l’interview avec la personne. C’est important de se préparer à l’interview.
On va maintenant parler du guest-posting classique sur les “petits blogs”.
On ne va pas proposer une interview, mais prendre contact avec le blogueur ou le site d’actualité.
Généralement, on commente via Facebook ou Twitter en laissant de petits messages et en
apportant un point de vue complémentaire.
Ensuite, vous allez tout simplement proposer de participer et de faire un article invité. Vous allez ainsi
pouvoir proposer à votre blog préféré le meilleur de vos articles.
Le but est de proposer un article top par rapport à ce que vous faites habituellement, il faut de la qualité.
Vous pouvez proposer vous-même un sujet.
Généralement il faut proposer des liens vers son propre site histoire d’améliorer son référencement
naturel.
La promo via le contenu selon ses talents dans les sites non
liés à votre thématique– [25]
Pour attirer des liens et améliorer son référencement, il existe énormément d’astuces pouvant être basées
sur le contenu ou la création de produits & services liés à son activité.
La première chose c’est créer du contenu ou des produits ou des services original :
– Si on est développeur, ça peut être par exemple de créer un plugin WordPress.
Ça peut avoir de la valeur en SEO, car ce plugin peut être hébergé sur WordPress.org, et ainsi obtenir des
liens importants.
Généralement quand on a un plugin de qualité on peut obtenir des liens sur d’autres blogs si on envoie son
plugin en test à des blogueurs.
– Si vous êtes designer, vous pouvez mettre des modèles de pages HTML ou de templates
WordPress.
C’est un moyen d’obtenir des liens sur les sites de graphiques, sur les blogs liés au graphisme…
– Si vous êtes musicien, vous pouvez offrir de la musique en total libre de droits, en la proposant
sur des sites de musique libre de droits.
– Si vous êtes dessinateur, vous pouvez offrir des dessins sur des sites ou des blogs, ou proposer
de faire des caricatures.
À vous de voir selon vos talents ce que vous pouvez faire.
– Si vous êtes marketeur, vous pouvez proposer de faire une analyse concurrentielle ou marketing
d’un blog, comme nos check-listes.
– …
Le but est de créer vous même un contenu original qui va attirer des liens depuis les sites de votre
communauté.
Lié à cela il y a une chose très simple qui est le guest-posting dans les sites non liés à votre
thématique.
Il s’agit d’aller sur un blog qui n’est pas dans la même thématique que le vôtre ou un blog et donner un
point de vue de sa thématique à lui, mais lié à votre expertise.
Par exemple, vous pouvez être dans le marketing et proposer de parler d’un sujet sur un blog sur le
tourisme en parlant de l’évolution du marketing dans le secteur du tourisme.
Cela peut être aussi sur un site sur le sport de parler de l’impact des marques dans le monde sportif…
Par exemple, si vous avez un Blog sur le marketing, vous pouvez faire un article sur le green marketing et
contacter un blog écolo.
L’objectif est de relier votre thématique et de montrer votre expertise au travers de cet article qui
doit avoir la meilleure qualité possible.

Attention : les récents algorithmes de Google pénalisent les sites qui font trop de guest postings
dans des sites non liés à leur thématique… Vous ne devez donc utiliser cette technique que de
manière ponctuelle… Vous avez eu le cas de l’agence 1min30 http://www.visibilite-
referencement.fr/blog/la-penalite-1min30-mon-avis-tranche-sur-le-sujet.
A noter : le Guest Posting peut se faire dans l’autre sens. Vous invitez des personnes sur votre blog, et
ainsi vous obtenez du contenu rapidement et simplement… Mais attention, c’est vraiment votre image qui
est en jeu à chaque guest posting, et à force d’inviter des gens sur votre site vous risquez de perdre votre
âme et votre lectorat.

Les images et les infographies – [30]
On va maintenant reparler des images pour améliorer son référencement.
Il y a plusieurs possibilités pour améliorer son référencement via les images.
Imaginons que vous ayez déjà une image classique du produit, il faut savoir que Google privilégie
les images de grande taille.
Vous avez donc tout intérêt à mettre des grands formats.
Si vous voulez vous positionner sur une photo d’une fiche-produit, ne faites pas de petites images, mais
mettez en ligne de grandes pour être mieux positionné (en mettant une image en plus faible taille sur le site
pour ne pas trop le ralentir).
Il faut aussi optimiser le nom du fichier de l’image, les balises des images, les images alternatives,
les descriptions, éventuellement une légende, etc.
Voici un exemple :
Ensuite, il faut que les images soient linkées, c’est-à-dire qu’il faut mettre un lien d’une image par exemple
sur un autre article (ou à défaut une version plus grande de l’image).
De manière plus générale, dans une page optimisée pour une expression, il faut qu’il y ait des liens
internes ou externes sur ces pages.
En effet quand vous faites une page pour optimiser une expression ou un mot clé, vous allez faire un
« l’article parfait pour le SEO » :
du texte,
– une image
– une vidéo.
Il est important de faire un article équilibré en termes de typologie de contenu.
Vous devez vous assurer que cette image ait une bonne description.
En effet si vous avez une image achetée sur une banque d’images, il y a généralement déjà une
description intégrée.
Mais en plus de cela, il faut avoir une image originale…
Car ce n’est pas en mettant sur votre site une image qui existe déjà que vous allez pouvoir être bien
positionné grâce à cette image,vue et revue sur des dizaines d’autres sites…
L’astuce consiste à refaire soi-même les images, c’est-à-dire que vous allez prendre un PowerPoint, des
photos de vacances…
Ainsi, vous allez créer vous-même un schéma pour avoir une image inédite.
Vous pouvez utiliser WordArt qui permet de faire des graphiques et schémas de manière simple.
Je le fais régulièrement avec ConseilsMarketing et ça permet de réaliser des images inédites sur une
thématique, comme celle ci :
Vous pouvez aussi vous lancer dans la création d’infographies
.
Il s’agit de rassembler plein de chiffres que vous recevez dans vos newsletters et de les
transformer avec une infographie.
Par exemple, vous avez Visual.ly qui permet de transformer facilement vos chiffres

Livres blancs, rapports et études – [32]
On va parler de tout ce qui est livres, études, etc.
Les livres blancs sont des livres faits pour être non-commerciaux, ils font en général au minimum
50 pages de conseils impartiaux sur une thématique donnée.
Ce livre peut être écrit tout seul, ou à plusieurs.
Il peut être brandé par une marque (la vôtre ou une marque qui sponsorise le livre) et vous avez
généralement à la fin un appel à l’action (essaie d’un produit, promotion spéciale…).
Vous pouvez aussi acheter un livre blanc ou un contenu existant ou faire rédiger du texte par un
expert.
C’est important de se dire que ce n’est pas une brochure commerciale : on apporte du conseil et de la
valeur ajoutée, et c’est uniquement à la fin qu’on propose d’aller plus loin et d’acheter le produit.
Mais comme dans un magazine, le livre blanc peut être brandé ou faire l’objet de publicités à l ’intérieur des
pages.
Une idée pour aller vite, c’est de demander à quelqu’un qui a déjà un livre blanc de sponsoriser le contenu
ou de reprendre tout ou partie du livre blanc (ou des articles de blogs existants).
Ainsi, quand les gens parleront de ce livre ils diront « ce livre blanc édité par telle marque » ou « avec le
sponsoring de telle marque ».
Après il est possible de faire des rapports et des études.

Il faut avoir au minimum 300 à 400 répondants, respecter toute la déontologie et avoir un minimum
de sérieux pour faire l’enquête, ne pas trafiquer ses chiffres, etc.
Il faut être plutôt connu, car si vous êtes un petit blogueur ou une petite entreprise ça n’aura pas beaucoup
de poids…
C’est important d’avoir une notoriété, d’indiquer comment on a réalisé son étude, etc. pour lui donner plus
de poids.
Ensuite il faut l’envoyer à tous les influenceurs, faire un communiqué de presse et bien sûr faire un
rapport sur les études et le diffuser.
Vous pouvez mettre un formulaire pour recevoir les résultats de l’étude.
Dans le cadre du SEO, l’objectif est d’avoir des liens donc évitez de mettre des formulaires à remplir pour
obtenir les résultats de l’étude. Mettez le rapport en PDF directement accessible sur votre site, et
éventuellement dans un second temps sur Slideshare.
L’étude interne sur vos clients est intéressante si vous avez une base client de plusieurs dizaines voire
centaines de milliers de clients.
Quand vous avez un volume important de réponses, vous allez pouvoir attirer du trafic, voire transformer
ce résultat dans une infographie.
Cela donnera une deuxième vie à votre étude, et pourquoi ne pas faire une vidéo derrière avec une
adaptation vidéo de vos différents résultats.

Les interviews et l’impact pour le SEO – [34]
L’intérêt d’interviewer des gens c’est certes d’avoir du contenu, mais il y a souvent un problème sur la
pertinence du contenu réalisé…
En effet ces interviews sont parfois trop génériques et pas assez pointues (on effleure le sujet sans donner
des conseils pratiques…).
Mais en SEO, même une interview moyennement intéressante pour vous aider, si vous interviewez
un influenceur dans votre secteur d’activité.
Donc pour éviter le problème de valeur ajoutée d’une interview au niveau du contenu, il faut poser de
bonnes questions et que la personne soit préparée pour répondre immédiatement sans tourner
autour du pot.
C’est ce que j’essaye de faire en posant des questions très pointues et en évitant de rester dans le
générique.
Mais même une interview de qualité moyenne est intéressante avec un influenceur, car vous
pouvez obtenir des liens (Twitter, blog…), car il relayer l’information sur sa communauté, et donc
vers votre blog car l’interview est sur votre site.
Si vous êtes dans une soirée avec des experts, vous avez le choix entre volume (interviewer de
nombreux experts avec des questions simples) et valeur ajoutée (interviews longues et qualitatives)…
Dans l’optique du volume, votre intérêt est de prendre des gens connus et leur proposer une courte
interview très cadrée.
Ce principe peut être repris par des interviews écrites (c’est-à-dire que les questions sont envoyées
par email, et non pas en face à face).
J’avais fait de courtes interviews « 5 questions à » ou « 10 questions à », c’étaient des interviews écrites
de community manager ou de blogueurs vainqueurs du Golden Blog Awards.
Il y avait une trame de questions :
L’intérêt est simple : en interviewant ces personnes, vous aurez une chance qu’ils tweetent votre
message et ils vont peut-être en parler sur leur blog, etc.
Vous récupérerez ainsi du lien, du trafic et souvent du contenu de qualité.
Vous pouvez aussi faire ces miniinterviews à la chaîne lors d’évéments physiques.

Les Apps Mobiles et concours – [37]
On a vu précédemment qu’on pouvait créer des jeux et des applications en ligne.
On peut également créer des applications directement sur iPhone, Android ou Windows 8.
Votre objectif est encore d’obtenir des liens.
On en parlait auparavant avec les plugins WordPress qui suivent le même principe :
– Je propose développer une application Windows, iOS ou Android qui va aider mes clients »
– Je propose gratuitement l’application sur mon site.
Elle est bien sûr téléchargeable sur les market place, mais pour en savoir plus on va sur mon site
internet pour obtenir des manuels, des trucs et astuces, des tutoriaux..
Votre intérêt est de voir quelles sont les applications mobiles pourront aider votre communauté.
Par exemple, j’ai vu un expert-comptable qui avait mis en place un plan comptable sur iOS.
Ce plan comptable c’était un peu sa vitrine et grâce à ça il a obtenu des liens vers son site web et vers son
application.
C’est aussi le cas de cet éditeur de logiciel de gestion qui propose son App pour ses prescripteurs (experts
comptables, étudiants…) :
Ces applications peuvent également être basées sur Windows ou être disponibles en SaaS.
Par exemple, vous avez une application qui fait de la correction d’orthographe, et vous proposez une
version en ligne pour en savoir plus.

L’objectif est d’être visible au maximum de places de marché et de carrefour d’audience.
On peut également le faire au travers d’animations interactives, jeux, quizz, etc.
Par exemple, vous avez le mercator qui a mis en place un quizz marketing pour tester ses connaissances
:
Vous pouvez faire une animation sur votre site internet qui peut vous aider à attirer des gens.
Si vous êtes doué pour le dessin, vous pouvez vous amuser à faire des dessins intéressants que vous
allez mettre en ligne.

On va passer à autre chose : offrir des cadeaux, organiser des séminaires ou des heures de
coaching en échange d’un j’aime ou d’un Tweet.
Vous pouvez dire par exemple « je vais coacher trois personnes ce week-end, laissez-moi un commentaire
ou envoyez moi un email si vous voulez faire partie de mes élèves».
Vous pouvez aussi attirer des liens avec une super offre gratuite.
Par exemple :
– celui qui fera le plus de retweets sera coaché ou gagnera quelque chose
– le 1000e j’aime recevra un produit
– parrainez une personne et recevez un cadeau
– …
Rappel : N’oubliez pas que tous les concours doivent être validés par un huissier (coût minimum de
250 €/concours).

Images et Infographies – [39]
On a vu précédemment qu’on pouvait faire des infographies à partir d’études faites :
– soit sur son parc de clients,
– soit sur les lecteurs de son blog,
– soit en récapitulant des données qui existent sur internet
– …
Par exemple, j’ai un fichier Excel dans lequel je rassemble toutes les différentes statistiques/sources
d’information de mon secteur d’activité (récupérés tous les jours au gré des newsletters, lecture de
blogs…).
Il m’est déjà arrivé de faire une infographie faisant une synthèse des informations, voici l’exemple du CRM :

Pour réaliser des infographies il y a des outils comme
– Visual.ly
– Easel.ly
– Info.gram
– PickToChart
-vizualize.me
-charts.hohli.com
– easel.ly
-venngage.com
– …
Vous pouvez également créer vous-même des images (ou au moins faire des schémas ou des maquettes
pour ensuite confier le travail à un studio PAO) pour ensuite attirer du trafic ou des liens.
Vous pouvez également reprendre un article de blog et le mettre sous forme graphique.
À vous de voir comment exploiter ces données de manière graphique.
Vous pouvez prendre un article que vous avez réalisé et de le mettre en ligne sous forme de
SlideShare, de vidéo, d’infographie, etc.
Vous pourrez ainsi consolider le temps passé à écrire un article pour réutiliser le contenu sous différentes
formes.
Vous pouvez également faire de l’humour, c’est-à-dire prendre des images et les détourner à votre secteur
d’activité.
La création d’un Forum – [43]
On va parler de création de contenu pour attirer des liens.
On a vu dans les précédents articles qu’il y a différents outils pour créer du contenu (vidéo, texte,
images, ppt…), mais c’est souvent à vous de créer le contenu que ce soit des articles, des apps, etc.
L’objectif est donc de déléguer la création de contenu et ne pas devoir tout faire vous-même.
C’est pourquoi il faut à un moment mettre en place un endroit d’expression où vos clients, vos
prospects… pourront créer du contenu.
Cet endroit c’est un forum.
Avec un forum vous déléguez la création du contenu, car les gens poseront des questions.
Les outils pour créer un Forum sont nombreux :
– Simple Press, un plugin pour WordPress
– Buddy Press, une version spéciale réalisée par l’équipe de WordPresss
– PhpBB une solution de forum
– Simple Machine Forum
Voici comment installer un forum avec simple press :
Intégrer le Forum plugin Simple Press dans… par hp_infofree
Evitez absolument les solutions de forums gratuits auto hébergés, car non seulement vous n’allez pas
améliorer votre référencement, ni le monétiser, mais en plus cela sera un nid de Spams…
Au début vous allez devoir alimenter cette communauté et créer vos propres contenus, mais très
vite vous pourrez déléguer la gestion de votre communauté à des membres qui veulent s’investir et
maîtriser cette communauté parce que eux aussi ont un intérêt, des produits à vendre, etc.
Ce n’est plus vous qui créerez les questions et les réponses, mais votre communauté.
J’ai commencé à le faire avec ConseilsMarketing, mais généralement ça réclame un peu de temps et
de modération et au départ il faut savoir que ça va vous prendre plusieurs heures par semaine rien
que pour attirer les gens, les spécialistes, etc.
Ensuite il y a un travail d’animation pour répondre et surtout pour modérer les spams.
Généralement si vous utilisez un outil communautaire classique vous verrez qu’il y a beaucoup de gens qui
spamment, qu’ils soient Français, Anglais, Russe, etc.
Mais si vous arrivez à créer une communauté, vous pourrez déléguer ces créations de contenus et faire en
sorte que ce n’est plus vous qui créez ce contenu, mais vos clients et vos prospects.

L’audit du contenu existant – [44]
On va voir maintenant comment améliorer son référencement grâce à du contenu.
La première chose est de faire un inventaire du contenu que vous avez chez vous, dans votre entreprise.
Généralement on a du contenu qui dort depuis longtemps : des présentations PowerPoint, des
fiches produits, etc.
Votre objectif sera de raviver ce contenu pour créer des pages spécifiques sur certains mots clés grâ ce à
ces contenus.
Par exemple sur ConseilsMarketing.fr c’est ce que j’ai fait pour améliorer mon référencement sur certains
mots clés et expressions.
J’ai tout simplement fait le tour des vieux articles que je n’avais jamais finis, et j’ai ajouté rapide ment du
contenu supplémentaire, et j’ai publié ces contenus sur le site pour mieux me positionner sur des
expressions.
Bien entendu, j’ai repris ces contenus et j’en ai créé du contenu supplémentaire pour le rendre
“acceptable”.
En revanche comme ce sont des articles “moyens”, je ne les ai pas tous publiés à la date de jour,
mais j’ai mis une date antérieure (par exemple, il y a 1 mois) afin que cela n’apparaisse pas sur la
homepage.
Ensuite pour être sûr que Google puisse bien les référencer, j’ai publié la nuit des Tweets afin que
cela soit “discret”.
Google l’a ainsi référencé sur cette expression et ça m’a permis d’améliorer le référencement sur ces
quelques mots clés.

Vitesse du site internet l’impact sur le SEO – [47]
Pour améliorer le référencement d’un site internet, y a des facteurs concernant le “on page” (le contenu qui
est sur la page) qu’il est important de travailler.
Cependant de plus en plus la vitesse du site et les vieux liens morts prennent de l’importance.
Les liens morts concernent surtout sur les sites anciens qui n’ont pas été actualisés et optimisés depuis
leur création.
La vitesse du site, c’est quelque chose de plus en plus important pour Google.
Le fait d’avoir un site qui se charge lentement est pénalisant pour Google.
Vous pouvez analyser l’évolution de la vitesse de votre site internet avec Google Analytics.
Il suffit d’aller dans Contenu > Vitesse du Site, et de comparer différentes périodes.
Si vous constatez une baisse des performances (ex : votre trafic qui progresse fortement), vous allez
devoir agir avant que Google ne vous sanctionne.
Vous pouvez aussi obtenir un indicateur de la qualité du temps de chargement de votre site web via
Adsense et les indicateurs de qualité d’un site Web

Le plus simple pour améliorer le temps de chargement c’est de changer d’hébergeur.
Par exemple, il suffit de passer d’un hébergeur mutualisé à un serveur dédié.
C’est la solution la plus efficace pour améliorer son temps de changement.
On l’a fait sur ConseilsMarketing.fr récemment en passant d’un hébergement mutualisé sur HostGator
(99 $/an, très bien jusqu’à 2000 visiteurs/jour) à 1and1.fr avec un serveur dédié (100 €/mois).
Grâce au passage à un serveur dédié pour Conseilsmarkeing.Fr les temps de chargement ont été divisés
quasiment par deux.
Google apprécie ce changement, mais aussi les internautes, car ils n’attendent pas que le site charge…
Car c’est prouvé, les internautes quittent parfois votre page parce que c’est lent…
Vous pouvez faire une analyse de votre site via les utilitaires de Google comme Page Speed
Il existe aussi Yslow;
Si vous avez un compte AdSense, Google vous indique les pages sur lesquelles vous avez beaucoup de
trafic et qui ont du mal à se charger (et qui ont un maximum de trafic).
Vous n’avez plus qu’à voir grâce à Google Page Speed ce qu’il faut améliorer.

Souvent il y a des améliorations simples à faire comme les images trop grosses… donc il faut réduire la
résolution ou la compression de l’image, ou les deux.
Pour les fonds d’écran, qui sont généralement de grosses images il faut les réduire.
Une autre solution est de mettre en place un cache (wpsupercache sur WordPress) qui permet
d’éviter d’avoir à charger tout le site tout le temps.
Ou alors il y a des plugins qui ralentissent beaucoup les sites, comme Relative Post, et donc une
solution est de les désactiver…

Quel CMS choisir pour son site – [55]
Une question qui arrive souvent, c’est de savoir s’il faut utiliser un CMS, ou faire ses pages à la main
via un éditeur HTML classique.
C’est très simple : si vous êtes un pro du référencement, vous allez préférer utiliser de l’HTML pur, car
vous pourrez tout optimiser : les liens, les follow, les ancres, etc.
Mais l’expérience montre que ce ne n’est pas si simple, il y a plein de choses à remplir et on a tendance à
oublier, et il faut quand même avoir de bonnes connaissances pour réaliser un site qui soit à la fois beau et
optimisé… et même moi je trouve que ce n’est pas facile !
Donc la réponse est simple : il vaut mieux utiliser un CMS.
Un CMS un outil qui vous permettra de créer facilement du contenu sans vous soucier de la partie
technique.
Vous utilisez cette application comme si c’était Word, et vous ajoutez vos textes, vos images, vos vidéos…
De plus, les nouveaux CMS (Drupal, WordPress…) ont l’avantage de proposer
— des plugins qui vous permettent d’ajouter des fonctions sans rien toucher au code,
— de bénéficier de mises à jour pour éviter les failles de sécurité (très important !)
— d’utiliser des thèmes (modèles de sites) qui vous permettent d’obtenir en 1 clic un modèle de site qui
réponde déjà à 90 % de vos demandes de base (les 10 % étant soit à personnaliser, soit à abandonner, à
confier à un développeur).
Vous avez une liste très complète de thèmes sur http://themeforest.net avec des prix abordables (environ
30 € le thème personnalisable).

La question suivante est de savoir, lequel il est mieux d’utiliser…
C’est là que souvent il y a un dilemme…
Les gens se demandent quoi utiliser plutôt WordPress, Drupal, SPIP, Joomla, DNN…
Pour un blog, la réponse est simple, c’est WordPress, comme le montre ce Top 100 des CMS
utilisés par les Top Blogs US :
Si vous ne voulez pas créer un Blog, mais un forum, un site e-commerce, un site communautaire, un site
d’emploi… d’autres CMS sont bien plus adaptés…
Une autre question pourrait être de savoir s’il faut utiliser par un CMS auto-hébergé (dans ce cas,
vous ne gérez pas la partie technique, et vous n’avez qu’un accès limité à la personnalisation) comme sur
WordPress.com ou Blogger.com, Blogspirit, typepad… ou avoir son propre serveur (c’est-à-dire installer
soi-même son thème, pouvoir le personnaliser…).
La réponse est qu’il vaut mieux avoir son CMS sur son propre serveur (mutualisé ou dédié), par
exemple, installer WordPress sur un serveur mutualisé qui ne vous coûte que quelques euros/mois.
Le serveur (dédié ou mutualisé) vous permettra d’avoir plus de liberté dans la gestion du blog,
d’améliorer le référencement d’un site institutionnel/e-commerce…
Mais ce n’est pas tout le temps vrai…
Vous pouvez choisir un CMS autohébergé si :
— vous ne connaissez vraiment rien à l’informatique,
— vous souhaitez tester un marché/une niche avant de vous lancer
— vous voulez créer un site rapidement, pour un mini projet qui ne va pas durer

Et parfois ce n’est pas un mauvais choix, car on voit que parfois Google privilégie des blogs sur
Blogger.
En effet si vous créez un blog sur Blogger, il aura tendance à être bien positionné sur le départ au niveau
référencement…
Mais après quelques mois d’utilisation, et surtout des besoins plus importants en personnalisation,
SEO, monétisation… vous verrez les limites de Blogger ou de WordPress.com.
En effet vous avez moins de possibilités de personnaliser le thème (bien qu’il existe des thèmes Pros à
acheter), d’ajouter de plugins, de faire du développement de petites fonctions, etc.
Bref, vous serez à l’étroit…
Mais pour un débutant, Blogger.com peut se révéler un bon choix au départ, si vous venez de commencer
et que vous ne savez pas quoi faire avec votre blog. Vous aurez la possibilité de tester sans risques et
sans coûts.
Et pour le SEO, Blogger, WordPress… peuvent aussi vous aider à créer des « mini sites » de
contenu satellites afin d’optimiser le SEO de votre site principal (à condition de le faire intelligemment,
de créer du contenu original, de faire vivre le site, d’obtenir des liens… bref de faire un vrai travail de
SEO !).
Mais si vous voulez passer à la vitesse supérieure, il vous faudra utiliser un vrai CMS qui va vous simplifier
la vie et qui sera nativement optimisé pour le référencement naturel.
De plus les hébergeurs comme 1&1, OVH, hostgateur… ont des outils « clic & build » qui permet de créer
en quelques secondes un WordPress, Drupal… sans aucune connaissance en informatique (voir l’article
sur comment créer un blog).
Un dernier mot : avec Blogger on peut s’amuser à faire des micro-sites de contenu selon ses passions, ses
envies… et cela permet de réutiliser du contenu.

L’optimisation des images – [62]
On a dit dans les Walkcasts précédents qu’il était bien d’optimiser ses images pour le
référencement et de les créer soi-même.
Si vous avez des images trouvées sur internet, vous pouvez faire une capture d’écran de l’image, puis la
redimensionner.
Par exemple, vous faites une capture d’écran de votre site ou une photo de vous en soirée, vous pouvez
faire une capture d’écran pour ensuite la modifier.
L’autre exemple est d’aller sur Amazon, et refaire une capture écran d’une photo produit :
Cela vous permettra d’avoir une image unique et originale.
Attention : le but n’est pas non plus de « voler » des images, et d’en faire siennes… Le but est de faire
des visuels uniques ! En effet les images trouvées sur internet ne sont PAS libres de droits, et donc vous
ne pouvez pas les copier comme vous le voulez…
Voici un article sur le sujet, http://www.entreprise-marketing.fr/lepineux-probleme-des-droits-sur-le-web/
Ensuite il va falloir commencer le travail d’optimisation : renommer le fichier en faisant en sorte qu’il
contienne vos mots clés.
Par exemple si vous parlez de voitures d’occasion, ce sera « voiture-renault-d-occasion.jpg ».
Ensuite vous allez utiliser la balise « alt » qui sert à mettre des mots clés alternatifs.
Le minimum à faire est de remplir le titre, le texte alternatif et la description.
Pour gagner du temps (si vous avez beaucoup d’images !), c’est de copier/coller les mêmes éléments.
Néanmoins si vous avez peu d’images, vous remplir avec des informations différentes.
Le texte alternatif est particulièrement important si vous faites un e -mailing, cela permettra de
mettre un fichier alternatif si l’image ne s’affiche pas.
Par exemple, vous pouvez mettre « voiture-renault-occasion-R5 ».
Donc dans l’e-mail quand l’image n’apparaît pas, il y aura une photo du produit avec une croix avec le nom
que vous avez indiqué.
C’est important aussi pour le référencement, car ça permet d’indiquer à Google à quoi correspond le
fichier.
Le but n’est bien sûr pas de bourrer de mots clés, mais d’optimiser une image pour un mot clé, et si
possible faire un mot clé descriptif.
Pour le titre de l’image, c’est le même principe, le but n’est pas de remplir de mots clés, mais de
mettre une phrase très courte de description.
Bien sûr c’est un mot clé optimisé pour une image et il faut faire différent pour chaque image.

Essayez d’avoir à chaque fois une image unique pour chacun des mots clés (comme les captures-
écrans qui illustrent cet article !).
À noter qu’il est recommandé d’utiliser des grosses images qui sont mieux référencées que les
petites.
Si vous le pouvez, privilégiez les images d’au moins 300 à 500 pixels.
En revanche, faites attention à ne pas mettre d’images trop lourdes.
Elles doivent être certes de grande taille, mais ne pas prendre trop de temps de chargement, car les temps
de chargement trop longs sont pénalisés par Google.
Faites des grandes images et compressez pour qu’elles puissent se charger rapidement.
Vous pouvez le faire via des outils gratuits comme PhotoFiltre, mais pour un meilleur taux de compression
vous pouvez utiliser « PhotoShop Elements » (99 € sur Amazon) qui est bien plus performant et qui
devient rapidement indispensable.
À noter que vous avez aussi le plugin Smush It de Yahoo qui permet de compresser automatiquement
les images d’un site internet, ou automatiquement lors du téléchargement sous WordPress.

3 réflexes basiques pour la mise en ligne d’un site – [66]
On va parler à nouveau de Google Webmasters Tools.
Dès que vous avez créé votre blog, n’oubliez pas de cocher les cases qui sont d’ailleurs cochées par
défaut, comme quoi votre site peut être découvert par Google (Paramétrages > Lecture > Visibilité sur les
moteurs de recherches).
Cela a l’air d’une évidence, mais parfois certains débutants oublient cette option fondamentale…
Ensuite vous pouvez modifier la structure des permalinks.
C’est en fait la structure des URL, car pour indiquer à Google à quelle thématique ou expression appartient
une page, le minimum est d’optimiser votre URL.
Au lieu de « conseilsmarketing.com/article283 », vous mettrez par exemple
« conseilsmarketing.com/categorie-toto/nom-de-l-article ».
La deuxième est chose est d’aller dans Google Webmaster Tools et de déclarer la paternité de votre site
pour commencer à le référencer auprès de Google, voir s’il y a des erreurs d’exploration, etc.
Pour cela c’est très simple : allez dans votre compte Google Webmaster Tools et cliquez sur
« ajouter un site ».

Il vous sera alors proposé de valider votre site avec plusieurs méthodes.
Le plus simple est de télécharger le fichier HTML donné puis de le mettre sur votre serveur, à la racine de
votre blog.
Une fois que vous avez fait ça, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « valider » et votre blog sera associé
à votre compte Google Webmaster Tools et vous pourrez faire un certain nombre de choses.
Vous pourrez par exemple choisir si votre site doit être par exemple www.conseilsmarketing.fr ou juste
conseilsmarketing.fr.
Personnellement je préfère sans les 3 « w », car c’est plus court.
Vous pouvez gérer ça dans Google Webmaster Tools.
Vous pouvez aussi ajouter des balisages v ia les “marqueurs de données” afin de mettre en valeur
des éléments de votre site Web :
— Avis utilisateurs
— Adresses
— Articles
— Produits
Pour cela, mettez vous dans votre site dans Google WebMaster Tools, puis “Apparences dans les résultats
de recherches”, puis “Marqueurs de données”.

Sélectionnez ensuite la page (ou les pages) que vous souhaitez mettre en valeur, et le type de mise en
avant :
Surlignez les éléments à prendre en compte avec votre souris (ex. : une photo, un avis…), puis via
un clic droit vous indiquez à quoi cela correspond.
Continuez ainsi de suite jusqu’à avoir sélectionné tous les éléments.
Puis cliquez sur “Publier” pour publier les informations concernant votre produit.

La recherche universelle de Google – [73]
On a vu précédemment qu’il fallait désormais utiliser Google Plus pour améliorer son référencement :
— se mettre en “auteur” de son site via le “Google Authorship”
— créer une page entreprise pour avoir plus de visibilité avec un résultat sur la droite de l’écran
— …
Il faut en plus travailler son référencement local et géographique via son adresse avec Google Address (et
donc Google Maps) !
Le but est d’apparaître sur la carte Google Maps quand les gens taperont par exemple ‘Conseils Marketing
sur Paris’.
Le but est de bien sûr afficher sur la carte sur toutes les entreprises ayant dans leurs mots clés et leur
intitulé ‘conseils marketing’.
Dans notre exemple sur la carte Google Maps, trois entreprises apparaissent quand on tape ‘conseils
marketing’ et qu’on va dans la partie ‘cartographie’.
C’est intéressant, car ça vous donne de la visibilité supplémentaire pour toutes les personnes qui
recherchent une entreprise proche de leurs domiciles.
Ces résultats complémentaires” deviennent de plus en plus importants du fait de la “recherche universelle
de Google”.
Il est donc essentiel de créer quelques vidéos avec vos mots clés ou votre marque (ou votre propre
nom et prénom).
Quand les gens taperont dans Google le mot clé, si vous avez mis votre nom ou le nom de votre société
dans plusieurs vidéos, ce sont elles qui apparaîtront et ça vous donnera de la visibilité supplémentaire.
J’ai récemment discuté avec Hervé Bloch qui me disait que ses clients lui parlaient beaucoup de
ConseilsMarleting.fr parce que quand on tape son nom dans Google dans les premières pages une vidéo
d’une de ses interviews apparaît dans Google.
En effet si vous tapez son nom, vous verrez que 2 vidéos sont disponibles sur la 1re page, et d’autres
encore sur les pages d’après !
Encore une fois c’est un moyen d’être plus visible.
Pour cela, faites des vidéos, et ajoutez dans le titre (en premier) et dans les mots clés votre nom.
Ce n’est pas forcément ce qui sera le plus cliqué, mais ça permet d’avoir une meilleure visibilité et de
gagner quelques petits espaces sur le site (par exemple pour mettre en seconde page un ou deux
concurrents…).
Voici le mini guide d’optimisation des vidéos sur Youtube :
https://www.youtube.com/yt/playbook/fr/optimization.html
J’en profite pour rappeler que vous ne devez pas mettre en home page tous les extraits d’un article d’un
Blog WordPress.
Vous devez utiliser la balise “more” pour couper le texte à 1/3 ou 25 %… sinon Google peut considérer ça
comme un duplicate content.

Un autre moyen d’inciter Google à améliorer la visibilité d’une page (ou une page Google + de profil ou
d’entreprise) est d’inciter vos lecteurs à écrire des commentaires… car plus vous aurez de commentaires,
plus il y aura de texte dans la page et donc de vitalité sur la page.

Faire rester plus longtemps les internautes sur votre site –
[77]
La première chose est d’apprendre à bien chercher ses mots clés qui sont recherchés par les internautes.
On a vu qu’on pouvait utiliser le moteur de recherche et taper ses mots clés et voir ce qui tombe avec la
Google Suggestion,utilisé le générateur de mots clés de Google AdWords…
On peut également explorer des synonymes et antonymes via les sites dédiés :
http://www.synonymes.com/
http://www.crisco.unicaen.fr/des/
http://www.le-dictionnaire.com/
http://dictionnaire.reverso.net/francais-synonymes/
http://www.dictionnaire-synonymes.com/
http://www.antonyme.org/
Mais également via Word :
Ça peut être intéressant quand vous avez besoin de mots clés supplémentaires pour enrichir votre
catalogue.
Vous allez entrer dans des mots clés génériques ou des blogs génériques.
Imaginons que vous cherchez en fait des blogs génériques pour un échange de liens, du guest-posting,etc.
En faisant une recherche sur « e-marketing » dans Google vous allez voir tous ceux qui sont liés à l’e-
marketing ou aux thématiques proches.
Ça peut être un moyen de diversifier vos sources de liens.
De plus, il faut savoir que plus les gens resteront sur vos pages, plus ils partageront des
informations et plus votre page sera notée.
Il y a quelques principes simples : qui bien sûr, rendre très visibles les boutons de partage sur les
réseaux sociaux.
Soit vous mettez un bouton en haut en bas, soit vous mettez une barre qui apparaît le long de la sidebar et
qui descend en même temps que votre blog.
Faites plusieurs essais.
J’ai essayé plusieurs barres, il y en a qui s’intègrent bien donc, essayez-en plusieurs.
Voici une petite liste :
http://wordpress.org/plugins/floating-social-bar/
http://wordpress.org/plugins/sharebar/screenshots/
http://bufferapp.com/diggdigg
Il y aussi les icônes pour créer et fédérer votre communauté, comme celles-ci :
http://wordpress.org/plugins/social-stickers/screenshots/
https://developers.facebook.com/docs/plugins/like-box-for-pages
L’autre solution est de permettre aux lecteurs de laisser des commentaires sur un blog, et surtout de
s’abonner pour recevoir les mises à jour (et ainsi les faire revenir).
Voici des plugins pour les commentaires :
https://disqus.com/admin/signup/
http://wordpress.org/plugins/facebook-comments-plugin/
Et là un plugin pour s’abonner aux commentaires :
http://wordpress.org/plugins/subscribe-to-comments-reloaded/

Récupérez votre vieux contenu avec Archive.org – [86]
Nous allons voir l’utilisation de quelques outils, en particulier archive.org qui permet de retrouver les
anciennes versions d’un site.
Cela peut servir à récupérer l’ancien contenu de votre site.
Par exemple si vous avez changé de site Web, vous pouvez récupérer le contenu créé il y a 2,3 ou 4
ans pour en faire un contenu SEO pour votre site actuel.
Il suffit de taper l’ancienne URL ou l’URL de votre site, et de chercher des versions il y a plusieurs
d’années :
Souvent ce contenu n’est pas un contenu fait pour les lecteurs, mais il sera mis dans les pages les plus
profondes du site pour optimiser le SEO, et faire remonter vers les pages supérieures via le maillage
interne.
Il y a également d’autres utilités.
Imaginons que vous ayez fait un guest-posting sur un autre blog ou un autre site internet et que ce site ait
disparu ou changé tout le contenu…
Le contenu qui vous ramenait des liens a complètement disparu.
Le but avec archive.org sera de récupérer ce contenu et de le mettre sur votre site à vous.
Souvent vous devrez le réécrire, car le contenu est souvent dépassé, et il faut le différencier pour
que Google ne le prenne pas pour un copier-coller.
Attention : copier-coller le contenu d’un site web, même s’il n’existe plus, n’est pas efficace pour le
SEO… Google ayant déjà « attribué » ce contenu.
Voici un exemple de ré-exploitation de contenu.
1 – Faites une recherche de liens brisés (par exemple via WP Broken Links Checker)
2 – Analysez les liens brisés, et vérifiez que ce n’est pas du contenu que vous avez écrit pour
d’autres sites.
3 – Si le site en question a supprimé le contenu (faites une recherche sur ce contenu sur le site, par
exemple via site:http://www.NomDuSite.com), notez l’URL qui n’existe plus.
4 – Tapez cette URL dans Archive.org et récupérez le texte sur l’ancienne page.
5 – Modifiez légèrement le texte, et créez une page spécifique sur votre site.
Nous l’avons fait pour cette URL qui avait disparu du site :
http://www.go-referencement.org/social-media/optimez-votre-referencement-avec-les-reseaux-sociaux.html
Nous avons retrouvé le contenu sur Archive.org :
Vous avez le contenu original sur ce lien.
Après faites attention à toutes ces manipulations… reprendre du vieux contenu qui ne vous appartient pas
peut être pénalisant.

L’estimation de l’intensité concurrentielle sur internet – [90]
Si vous voulez vous attaquer à une niche ou un marché, il est important de vérifier que le marché n’est
pas trop saturé (ou plutôt que les mots clés généralistes que vous visez ne sont pas déjà squattés par des
spécialistes), ou que la concurrence n’est pas trop forte pour vos moyens.
Si l’expression ou les mots clés sont trop concurrentiels, vous devrez choisir une niche plus précise, et
cibler des personnes avec des besoins plus précis.
Par exemple au lieu de choisir de vendre des vêtements, vous pourrez vous concentrer par exemple sur
les chaussettes de luxe made in France comme Archidusse.
Dans les loisirs créatifs au lieu de cibler un marché généraliste vous pouvez cibler uniquement les
perforeuses comme Ma-Perforatice.
L’analyse concurrentielle vous permettra de voir si le marché que vous ciblez est déjà bien occupé ou s’il y
a encore des opportunités…
Il y a plusieurs outils pour vous aider dans cette analyse.
Le premier et le plus simple est d’aller taper dans Google votre mot clé entre crochets et de regarder
combien de résultats arrivent.
Par exemple [chaussettes femmes], donne 8 320 000 résultats… ce qui est relativement important.
À noter : en tapant cette expression entre guillemets, vous pourrez voir aussi s’il y a beaucoup de sites
avec ces mots clés dans le nom de domaine. Si beaucoup de sites avec ces noms de domaine, alors c’est
que la concurrence est forte !
Après vous allez taper dans Google intitle:[chaussettes femmes].
Ici c’est 312 000 / 8 320 000 = 3,75 % des sites
Cette recherche vous permet de chercher toutes les pages des sites qui ont cette expression dans
les titres des pages (donc si les webmasters ont optimisé leurs sites pour cette expression).
Dernier point : faites cette fois inurl:« chaussettes femme” et vous verrez tous les sites ayant optimisé leur
nom de domaine ou l’URL de leur page.
Ici c’est 170 000/ 8 320 000 = 2 % des sites :
Bien sûr plus il y aura de résultats, plus la concurrence sera importante…
À noter : en complément, faites aussi une recherche avec des guillemets (ex. : « chaussettes femmes »).
La recherche avec des guillemets permet d’avoir des résultats plus larges.
Une dernière requête sera de rechercher les mots liés à l’achat :
— [acheter chaussettes femme]
— [chaussettes femmes pas chères]
— …
Cela vous permet de voir s’il y a beaucoup de sites avec ces mots clés.
Pour cette analyse, regardez les premiers sites qui apparaissent sur les deux ou 3 premières pages,
afin de voir si les contenus sont optimisés (textes, images…).
Après vous allez utiliser Open Site Explorer qui est un service de Moz permettant de voir le nombre
de liens externes (et de différents noms de domaines) pointant vers les principaux sites qui arrivent
dans les premières pages.
Plus il y aura de liens, de nombre de pages, de contenus… plus ça veut dire que la niche est optimisée.
Si vous n’avez que quelques milliers de liens, ce n’est pas beaucoup.
Si vous en avez plusieurs dizaines de milliers, ça veut dire que les sites actuels sont super optimisés pour
ces mots clés.
C’est la même chose que pour le nombre de pages sur le site internet.
Cependant pour analyser la concurrence, il y a certes l’analyse des backlinks, des sites avec le mot
clé dans le titre… ce qui permet de voir ce que font vos concurrents.
Mais il faut surtout analyser s’il y a de la demande (donc des recherches par les internautes).
Il y a un moyen simple qui est d’analyser les mots clés via Google Adwords.
Pour cela vous allez lancer une simulation de campagne Google Adwords, d’estimer le budget d’une
campagne et le niveau de concurrence.
Sélectionnez l’outil de prévisions de trafic :
Tapez ensuite vos mots clés et sélectionnez la zone géographique :
Vous sélectionnez le volume d’impression par jour (et non pas les clics), afin d’avoir la liste des recherches
par jour sur l’expression.
Par exemple, on voit qu’il y a au maximum 142 recherches par jour au maximum (ce qui est peu).
Si on veut avoir un maximum de recherches, il faudrait payer 8 € / clic pour 6 clics (ce qui est peu de
clics !)….
Si on analyse le coût au clic, on peut voir qu’avec une visibilité moyenne, on peut atteindre 5 clics… Donc
même en augmentant le budget, on plafonne en nombre de clics / jour.
Vous verrez ensuite le coût au clic proposé et le nombre de clics / jour.
Ce qui est intéressant c’est que vous aurez un petit graphique permettant de voir selon le prix que vous
allez mettre pour ce mot clé votre positionnement.
Vous pourrez ainsi voir si une niche est profitable ou pas.
Si pour un mot clé très concurrentiel, mais qu’il a que 50 visites, ce n’est pas la même chose s’il y
en a 1000.
Ce volume de clics vous permet de voir si les mots clé que vous avez choisis vous permettant de satisfaire
suffisamment de clients.
Imaginons que vous ayez 2000 clics pour un mot clé, vous pouvez essayer d’en capter 25 %, via un budget
Adwords ou via le référencement naturel, et ça fait en gros 500.

Sur les 500, combien pouvez-vous en convertir ?
Par exemple avec un taux de conversion de 10 %, ce qui est déjà pas mal, ça fait 25 commandes par jour.
Est-ce qu’à 25 commandes sur ce mot clé vous pouvez vous en sortir ou pas ?
Vous pouvez ainsi faire de petites estimations relativement fines de votre marché.
Ça permet de faire une estimation du business, du volume et de la commande sur ce genre de mots
clés.
Ainsi avec Google Adwords, et les recherches dans Google, vous estimez votre trafic potentiel.
Vous pouvez aussi utiliser Google Trends qui permet de voir la tendance pour ces mots clés.
Par exemple pour notre recherche, on peut voir qu’avant 2011 il n’y avait du tout de recherches sur ce mot
clé.
Après 2011 il commence à y avoir des recherches (surtout au moment de fin d’année, au moment des
fêtes).
À partir de fin 2012, en revanche il y a des recherches plus régulières.
Cela vous permet de voir si la tendance est plutôt à la croissance ou en déclin…
Dans notre cas, on peut constater que le marché de la chaussette pour femme commence à émerger, mais
qu’il n’y a pas une explosion de la demande, mais que les internautes commencent à s’intéresser à l’achat
en ligne de manière plus régulière.

Comment se faire sanctionner par Google à coup sûr ? – [96]
Et ne pensez pas que cela n’arrive qu’aux autres… On peut facilement faire des erreurs en essayant
de bien faire.
1 – Acquérir trop rapidement des liens
La première chose à éviter c’est le rythme trop élevé d’acquisition de liens.
Si tout d’un coup vous avez 1000 back links dans forums, Blogs… qui ne sont pas liés à votre
thématique (forums Russes, site en en anglais… alors que votre site est en français)vous allez à coup sûr
vous faire shooter par Google.
Quand vous faites des liens, faites-le de manière naturelle.
Ce n’est pas possible naturellement qu’un site obtienne 100 liens une heure, par contre c’est possible
d’avoir 100 liens en 1 semaine.
En revanche on peut admettre d’avoir 100 tweets en une heure si c’est un tweet très viral, et pour un site
assez connu.
Et encore, il faut une cohérence entre le temps passé sur le site par les visiteurs, les sources des tweets…
Bref, il faut être cohérent !
L’acquisition de liens doit donc être planifiée dans le temps.
Vous pouvez prendre une journée pour faire de l’acquisition de liens, mais n’en faites pas 1000 ou 2000
dans des sites en 1 jour comme on le voit trop souvent dans les offres low cost…
Voici quelques pratiques à éviter.
Par exemple l’achat en low cost de liens avec la promesse d’avoir des dizaines de commentaires de
blogs :
Ou encore l’inscription automatique dans des annuaires gratuits par des robots :
Demandez-vous que si vous étiez quelqu’un de normal et que vous obteniez des liens, combien de
temps il vous faudrait pour le faire « à la main ».
Il vous faudrait aller dans un forum poster une annonce, puis créer un profil sur les médias sociaux, 10-20
tweets, ça prend un peu de temps donc vous devait faire en sorte que ce soit réalisable.
Si vous déléguez cela à une agence SEO, à un stagiaire… assurez-vous que cela soit bien fait…
Il faut donc plutôt miser sur la qualité, et être présent dans les sites majeurs de la thématique, car il y a
toujours des blogs ou des annuaires qui sont la référence dans le domaine.
2 – La sur-optimisation des liens (ancres, mots clés…)
Un autre point est de n’avoir que des liens en do follow alors qu’on sait très bien que ce n’est que 5
à 10 % des sites.
C’est aussi de n’avoir que des ancres optimisées pour les liens alors que c’est très rare « en vrai ».
D’ailleurs, Google a sanctionné les sites qui optimisaient trop ses ancres comme ci-dessous :
Cette sur-optimisation concerne aussi la répétition à outrance des mots clés dans le texte.
Par un exemple « La sur-optimisation des mots clés est importante. En effet la sur-optimisation des mots
clés consiste à répéter des mots clés trop souvent. »
3 – Le contenu dupliqué
Une autre erreur c’est d’avoir du contenu dupliqué ou volé, ou du contenu trop proche de ses
autres articles existants.

4 – Les réseaux de sites en anneau
Une erreur est de créer un réseau de sites pour obtenir des liens, mais en faisant pointer tous ces
sites vers votre site principal…
Désormais, cela ne fonctionne plus aussi bien…
Il faut faire des liens directs et indirects, c’est-à-dire faire des liens vers le site principal, mais aussi
des liens vers des sites « secondaires » qui pointent ensuite vers le site principal.
Rien que ces quelques éléments font que vous allez vous faire shooter à chaque fois.

Le référencement d’un site international (Partie 1) – [97]
Dans ce walkcast on va voir le cas des sites multilingues.
C’est souvent le cas lorsque vous voulez vous lancer dans un business à l’étranger ou toucher de
nouveaux clients partout dans le monde.
1re étape : La traduction simple
La première chose est de traduire son site mot à mot et de mettre une version sur internet.
C’est une traduction vraiment littérale.
On fait appel à un traducteur ou quelqu’un dans l’entreprise qui traduit tout ou une partie du site.
Il faut généralement dupliquer le site dans un autre répertoire du serveur, sinon tout va être mélangé pour
Google.
2e étape : L’adaptation du site
Après si on veut aller plus loin, il ne faut pas se contenter de traduire, mais en faire du contenu
véritablement adapté pour les personnes du pays, et donc créer un nouveau contenu (voire un
nouveau site).
De plus, au lieu d’avoir juste quelques pages, on va mettre en place une stratégie SEO pour l’autre
pays.
La première chose est de ne pas faire juste une traduction approximative en interne.
Vous devez absolument passer par une personne native du pays.
C’est important, autrement vous aurez des traductions approximatives qui ne va pas faire « vrai ».
Vous devez accepter lors de ces traductions de ne pas avoir une traduction littérale, mais quelque
chose qui soit un peu rephrasée pour que ce soit compréhensible par tout le monde.
Votre second travail va être simple : cela va être de lister les mots clés sur lesquels vous positionner
(utilisez votre liste de mots clés traduits « littéralement ».
Ensuite vous devez lister les mots clés majeurs (les plus recherchés) et ceux du « long tail » c’est-à-dire
les mots clés rares et peu recherchés.
Vous devrez demander en interne sur quels mots vous devrez être présent.
Pour ça, il existe différentes méthodes.
La première étape est de prendre un fichier Excel et de lister les mots clés littéraux que vous
connaissez.
Ensuite, si vous avez déjà eu des demandes de prospects, si vous avez un distributeur dans le
pays… le but sera de l’interroger et de savoir selon lui quels sont les mots clés les plus importants.
Faites bien sûr du qualitatif : pas la peine de demander à 60 personnes un entretien téléphonique, moins
d’une dizaine suffit !

Demandez à votre contact un quart d’heure ou une demi-heure au téléphone et essayez de repérer les
mots clés, les expressions, les besoins, les demandes…
Bref ce que tapent les gens quand ils recherchent quelque chose, quels sont carrefours d’audience
(les sites sur lesquels ils recherchent de l’information), comment ils recherchent (si c’est avec Google ou
Baidu en Chine, ou Yahoo ou Bing aux États-Unis).
Pour trouver les mots clés pour votre site international, vous allez bien entendu utiliser les outils classiques
que vous utilisez déjà en France pour repérer les mots clés :
— Google AdWords avec le keyword generator pour repérer les mots clés à l’étranger,
— Des outils comme SEM Rush (essai gratuit ICI) pour analyser les sites de vos concurrents, voir
les mots clés majeurs qui leur apportent du trafic et quels sont les mots clés majeurs dans ce secteur
d’activités.
— Des outils de recherche de mots clés comme SEO Cockpit (version de démo ICI).
Vous irez également à la recherche de blogueurs et regarderez sur les blogs thématiques quelles sont les
articles les lus, les questions les plus fréquemment posées….
Vous devez aussi analyser les sites des concurrents et analyser leurs mots clés, liens… par exemple via
Open Site Explorer.
En plus de ça vous pouvez passer par un entretien avec un blogueur.
Ça peut être utile par exemple si vous voulez connaître un pays et que vous ne maîtrisez pas encore le
secteur.
Suite à tout ce travail de recherche de mots clés, vous devez avoir une belle liste, mais il ne faut
pas demander à votre traducteur natif de travailler tout de suite sur les traductions.
Au contraire, il faut commencer par trouver un référenceur local pour vous aider dans les choix de
mots clés.
Avec votre première analyse, vous avez déjà listé les mots clés erreur, les synonymes, les
antonymes, le problème…
Le référenceur devra vous aider en travaillant sur la liste de mots clés que vous avez déterminée.
Une fois que ce référenceur a analysé ces mots clés, vous allez le faire travailler avec votre traducteur.
Il faudra créer deux types de pages :
— le premier type de pages concerne les pages faites uniquement pour le référencement.
Ce sont des pages faites uniquement pour se positionner sur un mot clé ou une expression.
Ces mots clés seront là pour faire remonter des pages ou pour se positionner sur une expre ssion de
recherche.
— Le second type se compose des pages qui seront à 100 % vues par les clients et qui sont
essentielles à travailler.
Ce sont les home pages, les pages d’achats, etc. Ces pages doivent être extrêmement bien travaillées
puisque vous n’allez pas optimiser pour un mot clé, mais vous allez vraiment faire de la conversion.
Il faut également faire attention aux différences culturelles entre les pays.
Par exemple en Asie on ne dit par « Mercedes », mais « Benz »…

L’impact du Le Not Provided dans le SEO [99]
On va parler du not provided dans le SEO car c’est une tendance de Google depuis un certain temps : les sources
de mots clés c’est-à-dire les mots clés entrants sur votre site n’apparaissent plus.
Avant, Google indiquait pour quels mots clés les gens arrivaient sur votre site, ce qui permettait de voir si on
était bon sur chacun des mots clés à optimiser.
Depuis quelque temps ces mots clés ne sont plus fournis… c’est la hausse du “not provided” :
Il y a plusieurs solutions pour lutter contre cette censure de Google.
La première c’est de compenser et de regarder quelles sont pages qui attirent le trafic.

Si ce sont les pages que vous avez optimisées pour une expression c’est que ça marche…
Si vos pages optimisées pour vos mots clés stratégiques n’attirent pas suffisamment de visites par rapport au
potentiel du mot clé, c’est que ça ne va pas…
L’autre solution c’est d’aller dans Google Webmaster Tools.
Une fois que vous avez un compte Google Webmaster Tools, vous pouvez voir vos statistiques sur vos mots clés.
Il suffit d’aller dans “Trafic de Recherche” > “Requêtes”.
C’est bien entendu pour une durée limitée, environ une trentaine de jours.
Une autre solution est de lier votre compte Google Analytics avec votre compte Google Webmaster Tools.
Enfin il existe en plus d’autres outils comme SEO Cockpit qui vous permettent aussi d’analyser vos mots clés
principaux et vos sources de trafic.
Il y a également SEM Rush qui permet d’analyser ces mots clés et de faire un suivi de votre positionnement dans
Google.

Dans un contexte plus large, souvent les WebMasters se plaignent de leur trafic, mais cela vient souvent d’erreurs
menées à l’origine du site…
De plus il faut savoir que le référencement d’un site n’est pas immédiat, il faut environ 3 à 6 mois pour voir les
premiers résultats.
Il faut se dire que votre site sera bien positionné qui si vous avez bien positionné vos pages sur des mots clés liés à
votre thématique et attirant des prospects “chaud” ou “tièdes”.
Il faut choisir à la fois des mots clés qui “convertissent” (prospects chauds”) et des mots clés plus en amont
de l’acte d’achat (afin de généré des prospects “froids” que vous devrez réchauffer).
Vous n’aurez pas beaucoup de visites si ce sont des mots clés peu recherchés mais très ciblés… sauf à utiliser la
méthode de la “bombe à fragmentation” et vos positionner sur de nombreux mots clés synonymes/ dérivés /
expressions à plusieurs mots / …
Ensuite il faut que vous ayez des liens vers les pages optimisées via ces mots clés… sachant que c’est de
plus en plus difficile, car les sites font de moins en moins de liens “naturels” (les petits blogs ont disparus et ils se
sont transférés sur Twitter et Facebook, les liens de référence sont devenus des Tweets ou des pages sur
Scoop.it…).
Pour cela il faut utiliser les outils de “linkbaiting” :
– Création ou réutilisation de contenus
– Guest posting
– Créer un événément (web séminaire, livre blanc collaboratif…)
– …
Mais aussi toutes les autres techniques de création de liens (commentaires, forums, CP, achats de liens…), mais
qui nécessitent bien entendu de grosses précautions dans leur mise en application… Car à vouloir “rouler” Google, on
apprend vite que tôt ou tard il s’en rendra compte…
Comment savoir si mon site a été pénalisé ou blacklisté par
Google ? [100]
Il existe plusieurs types de sanctions par Google, avec tout particulièrement :
– La baisse du positionnement d’un site sur un ou plusieurs mots clés, par exemple si le site ne vit plus, si
d’autres sites remontent mieux…
Cette descente aux enfers est lente, et petit à petit votre trafic baisse.
Le problème vient du Webmaster qui ne produit plus de contenu, ou plus suffisamment, ou sur d’autres thématiques
que celle du site.
– Le Changement d’Algorithme qui pénalise un ensemble de site selon des critères définis par Google, avec
un effet à une date donnée et qui s’étale sur quelques semaines.
Le problème touche le plus souvent les sites qui sont à la limite des règles de Google, et qui font de la sur-
optimisation.
– La pénalité qui touche un site en particulier, que cela soit via une dénonciation, une pénalité manuelle (par
l’équipe de Google qui pénalise manuellement les sites), du contenu dupliqué…
Dans ce contexte vous disparaissez des résultats pour un ou plusieurs mots clés ou une ou plusieurs pages (selon la
nature du problème, vous pouvez corriger le problème et demander une ré-examination).
A noter : il ne faut pas confondre la SandBox qui touche les nouveaux sites, et qui sont mis dans un bac à sable avant
que Google « fasse confiance » et commence à vous positionner sur certains mots clés.

Comment savoir son site a été sanctionné par Google ?
Pour détecter si votre site a subit une pénalité, il faut :
1 – Tapez dans Google site: MonNomDeDomaine.comet vérifiez qu’il sort toujours
S’il ne sort plus, c’est que vous avez été blacklisté par Google : vous n’apparaissez plus dans les résultats de
Google… c’est la sanction la plus grave !
2 – Regardez dans Google WebMaster Tools si vous n’avez pas eu un message de Google vous avertissant
de la pénalité.
Pour cela rendez vous sur http://www.google.com/webmasters/ :
Cela vient souvent d’un problème important sur votre site : contenu illicite, contenu dupliqué…

En même temps, vérifiez s’il n’y a pas eu une action manuelle contre votre site dans les messages de Google
Webmasters Tools
C’est arrivé, par exemple lorsque Google a sanctionné tous les sites qui ont fait appel à Buzzea pour des
articles sponsorisés.
3 – Regardez vos statistiques sur Google Analytics.
Vérifiez que votre trafic n’est pas en train de baisser régulièrement depuis une date, alors que vous n’avez rien
changé dans votre rythme de publication.
Pour cela vous devez comparer le trafic de votre site sur la même période l’année passée (attention à comparer des
jours similaires, et non pas simplement les dates d’un an avant).
Vous devrez vérifiez si la baisse de trafic vient de Google, ou d’autres sources de trafic, ainsi que les articles
qui sont touchés par cette baisse :
Pour ne pas être pris au dépourvu, vous utilisez un logiciel de suivi de positionnement afin de savoir si vos 20 mots
clés principaux si vous êtes en croissance ou décroissance de positionnement.
Par exemple vous pouvez utiliser SEM Rush, qui vous permet de voir les mots clés sur lesquels vous avez
gagné ou perdu des positions, mais aussi le même constat pour vos concurrents.
L’autre solution est manuelle : c’est de voir pour les mots clés si vous êtes toujours dans les premiers, ou si vous êtes
relégué aux pages d’après (3,4,5 ième pages, c’est-à-dire devenir invisible !).

Et la suite ?
Si le diagnostic est simple, le plus dur sera de corriger le problème…
Généralement quand la chute est rapide, les sources de la sanction sont évidentes, vous avez sur-optimisé votre site
ou fait une erreur :
– Achats / ventes de liens
– L’obtention de liens de mauvaise qualité, alors qu’il faut privilégier les sites de qualité, des sites de la
même thématique, des liens dans des sites de confiances (voir cet article sur Google Pingouin ou
encore cet annuaire).
– Pas assez de contenus ou du contenu dupliqué (ex : un ancien et un nouveau site, ou un copieur qui
duplique votre contenu (vérification via http://www.copyscape.com/)).
– Trop de commentaires spams
– De la sur-optimisation de liens, d’ancres…
– Un problème technique (restriction d’accès, problème de sitemap, structure du site, migration de nom de
domaine…)
– La publication de contenu illicite (X, racisme…)
– La sur-optimisation du CMS (trop d’utilisation de la balise H1…)
– Un site qui devient trop lent (plugins ralentisseurs, images trop lourdes…)
– Un virus sur votre site Web (dans ce cas un message apparaît, en particulier sur Google Chrome)
– Un plugin WordPress qui nuit à votre site
– …
Il est aussi possible que ce soit des concurrents qui vous ont joués un tour, par exemple en créant des liens
vers votre site sur des forums X, sur des blogs… de manière automatique.
Dans ce cas il faut corriger le problème, et faire une demande de réexamen à Google.
Si la chute est lente, alors le problème est plus compliqué : vous avez des problèmes de liens, d’attractivité
du contenu, de fraicheur de nouveaux contenus…
Dans tous les cas, généralement la bonne méthode reste de produire du nouveau contenu, d’obtenir des nouveaux
liens et de ne pas continuer des pratiques « limites ».
En attendant la réparation du problème, vous pouvez toujours mettre une annonce Google Adwords sur votre nom de
domaine et votre nom de marque, cela vous permettra d’avoir le minimum de visibilité…

Mettez votre blog en NO FOLLOW [101]
L’attribut “nofollow” permet d’indiquer à Google de ne pas suivre les liens sur une page ou sur un lien en
unitaire… et dans le cadre d’un blog Pro, mieux vaut tout mettre en « no follow ».
Après tout ce que vous avez lu, ce dernier conseil peut être un peu paradoxal, car le « lien idéal »
est un lien « do follow ».
Cependant, pour ne pas prendre de risque (ex : guest posting, liens promo…), mettez l’ensemble de votre
blog en « No follow », cela vous évitera de prendre une sanction Google sans l’avoir anticipée…
Pour cela il existe de nombreux plugins qui vous le font en quelques secondes…
Voici quelques plugins pour le faire en 1 clic :
– https://wordpress.org/plugins/nofollow/ pour choisir lien par lien
– https://wordpress.org/plugins/nofollow-for-external-link/ pour tout mettre en no follow. Cela peut être
bien utile, par exemple si vous souhaitez prioriser certaines pages par rapport à d’autres, ce plugin
vous permettra d’indiquer à google quel est le lien le plus important.
– https://wordpress.org/plugins/wp-nofollow-post/ pour mettre en no follow les articles de blogs ou de
pages.
Et si jamais vous avez besoin d’avoir des liens en do follow, vous pouvez toujours rajouter man uellement
un attribut « do follow » dans un lien via ce paramètre :
<a href=”http://www.MonLienQueJeVeuxValoriser.com” rel=”dofollow”>C’est un super site</a>
A noter : certains vous diront qu’un Blog en “no follow” n’incite pas à commenter… c’est vrai e t faux… car
si les commentateurs viennent uniquement pour un lien, ce ne sont pas des lecteurs mais des spammeurs,
et donc cela nuit aussi bien à vous qu’à eux de faire des commentaires Spam…

Laisser un commentaire

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin