Formation référencement naturel – Devenir premier sur Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Comment référencer un site / blog sur internet ?

Ciblez des mots clés : ils doivent être un bon compromis entre volume de recherche et faisabilité. Les
volumes se mesurent à l’aide de l’outil gratuit de Google : le planificateur de mots clés
Optimisez la structure du site : un site se doit de s’adapter à l’écran du visiteur et être rapide. Il existe de
nombreux autres critères, détaillés dans les conseils aux webmasters (cf ressources en fin de page)
Créez des contenus éditoriaux de qualité sur la thématique ciblée : c’est de loin la partie la plus délicate !
Vous devez faire en sorte que votre contenu tourne autour de votre mot clé (et ses déclinaisons) et soit
meilleur que les contenus de vos concurrents. Si vous écrivez de manière intéressante, vos visiteurs auront
une bonne opinion de vous et pourront partager vos contenus, voire leur faire un lien (voir ci-dessous)
Développez votre notoriété : les moteurs de recherche évaluent la notoriété d’un site en regardant quelles
sont les pages qui vous font un lien, un “backlink” dans le jargon des référenceurs. Plus votre site reçoit de
liens (qualité et quantité, dans cet ordre !) plus il se classera haut dans les pages de résultats des moteurs de
recherche.
Mesurez le trafic : même si vous n’avez pas besoin de le faire chaque jour, un point hebdomadaire ou
mensuel vous permettra de voir par quelles pages de votre site rentrent vos visiteurs en référencement
naturel
Comment avoir un bon référencement naturel sur les mobiles ?

Aujourd’hui le trafic depuis les smartphones représente de 10 à
30% du trafic naturel et ne cesse de croître.
Il est donc logique de comprendre ce que Google attend
techniquement pour pouvoir s’y adapter.
Si votre site ne propose pas un redimensionnement adapté (on
parle de “design responsif”) ou même une version dédiée aux
téléphones, vos classements sur les smartphones seront
mauvais.
La bonne nouvelle est que la plupart des sites modernes sont
dès le départ responsifs. Sinon, il vous faut envisager d’investir
de ce côté !
Comment choisir les mots clés de son
référencement naturel ?
Vous devez cibler des mots clés utilisés par vos futurs clients,
qui reflètent précisément le vocabulaire qu’ils utilisent lorsqu’ils
cherchent vos produits. Sélectionnez des mots clés précis,
spécifiques.
Évitez les mots clés les plus concurrentiels : vous aurez du mal
à vous positionner.
Utilisez alors l’outil gratuit du Planificateur de mots clés de
Google pour pouvoir arbitrer.
Comment optimiser le contenu d’un site pour
le référencement naturel ?
Produisez un contenu éditorial de qualité (sous la forme d’un blog par exemple). Tous les sites ou presque peuvent
tenir un blog qui permettra de recevoir un trafic additionnel. Le secret est simple : régularité ET qualité.
Utilisez une mise en forme séduisante pour améliorer l’expérience utilisateur : Google tend de plus en plus à
mesurer comment les visiteurs perçoivent un site, vous devez donc faire en sorte que votre contenu donne envie
d’être lu.
Rédigez en limitant les mots techniques : utilisez un langage simple et clair ! Chaque expert tend à utiliser un
vocabulaire complexe. Adaptez-vous au niveau des visiteurs que vous voulez cibler.
Structurez le contenu (utilisez des balises h1, h2 à h6) : c’est simplement l’outil adapté pour donner une hiérarchie à
vos textes : titre, sous-titres, sous-sous-titres, etc. C’est un signal de qualité en référencement naturel.
Comment référencer son site internet ?
(point par point)
Balises “Titre” des pages
Créez des titres de pages uniques et ciblés (balise <title>). Ils doivent : contenir des mots clés, être attractifs (ils
seront vus par les visiteurs), et courts (environ 50 caractères, au-delà ils sont tronqués par Google)
Balise “meta description” des pages
Rédigez des balises meta descriptions efficaces, différentes d’une page à l’autre, contenant des mots clés,
attractives et longues de 150 caractères environ.
Améliorez vos Urls
Utilisez des mots clés dans vos urls. Rédigez des urls réécrites courtes et explicites. Elles ne doivent pas être trop
imbriquées dans des sous-sous-répertoires.
Utilisez le maillage interne
Le maillage interne sert à créer des liens au sein même de votre site, en travaillant la pertinence des liens. Liez
depuis des pages de la même thématique et utilisez des ancres de liens explicites (préférablement des mots clés).
Améliorez la navigation sur le site
En plus de permettre à vos visiteurs de mieux naviguer au sein de votre site, un webmaster sérieux contribuera à
améliorer le référencement de son site !
Utilisez ainsi des ancres de liens explicites dans les menus : préférez un petit texte à une image cliquable.
Enfin, rendez les liens visibles au sein de vos contenus. Un visiteur doit voir rapidement qu’il lien cliquable est
présent.
Optimisez les images
Même si Google lit assez mal les images (c’est effectivement plus délicat que du texte), elles facilitent la
compréhension et agrémentent le contenu.
Pour optimiser le référencement naturel de vos images, utilisez des noms détaillés qui comportent eux aussi
quelques mots clés. Renseignez le champ alt de l’image avec une description de son contenu sous la forme d’une
phrase simple.
Enfin, faites en sorte si possible que cette image soit au sein de contenus textes, qui serviront à lui donner sa
thématique.
Optimisez la vitesse du site
Demandez – gentiment – à votre webmaster de voir comment il peut rendre le site plus rapide. “Mise en cache”,
“compression”, “concaténation”, “réduction des css” sont des mots que vous devriez entendre. Si vous n’avez pas le
temps de comprendre, dites oui !
Utilisez une page 404 personnalisée
Un détail, mais l’impact sur votre référencement naturel de votre site internet existe : une 404 personnalisée, c’est
aussi l’occasion d’améliorer l’expérience de vos visiteurs.
Chassez les pages en 404
Malgré vos efforts, vous aurez toujours des pages en erreur 404 (page “non trouvée”). Dès que vous en voyez une,
corrigez-la. Vous pouvez aussi utiliser Xenu, gratuit et plutôt efficace. En payant, vous avez Screaming Frog (voir la liste des outils en fin de page).
Comment la notoriété de mon site web augmente mon référencement naturel ?
Chaque fois qu’un site fait un lien vers le vôtre, Google assimile cela à un vote. Plus vous recevez de liens (de
bonne qualité) plus vos classements en référencement naturel.
Tous les liens ne se valent pas : les meilleurs liens proviennent de sites de qualité dans votre thématique.
Ces liens ont un poids considérable dans l’amélioration de votre référencement naturel Google : faites en sorte
qu’on parle de vous !
Ce que vous NE DEVEZ PAS faire en référencement naturel (sous peine de lourdes
pénalités)
Générer du contenu automatique : du texte aléatoire par exemple. Source : Google
Dupliquez des pages très similaires : par exemple une page qui présente votre offre pour chaque ville de
France. Vous allez générer des doublons qui seront mal perçus par Google ! Source : Google
Cacher du texte ou des liens : l’idée consiste à écrire du texte blanc sur fond blanc. Oubliez, il y a bien
longtemps que Google détecte et sanctionne ces pratiques ! Source : Google
Utiliser en grande quantité des mots clés sans rapport avec le contenu : cette technique fonctionnait… Il y a
plus de 20 ans ! Source : Google

1. Optimiser son contenu pour le référencement
1.1. Le choix des mots-clés, le fondement de votre stratégie de
référencement
Le choix des mots-clés est une étape indispensable dans votre stratégie de référencement. L’analyse
de l’univers sémantique d’un site doit tendre vers un seul et unique objectif : se positionner sur des
mots-clés qui génèrent du trafic et du ROI.
Cette étape consiste à dresser une liste des mots-clés sur lesquels vous souhaitez vous positionner,
en tenant compte de trois critères :
– la popularité de la requête ou son volume de recherche
– la concurrentialité de la requête ou le nombre de résultats dans les moteurs de recherche
– les éventuelles positions du site sur cette requête
Cette première étape nécessite de bien connaître sa cible pour pouvoir identifier ses attentes, ses
habitudes de recherche, son langage… de manière à pouvoir proposer à vos internautes un contenu
qui lui correspond.
Voici quelques sources à exploiter pour vous aider à définir votre liste de mots-clés :
Votre propre expérience
Commencez par lister les expressions-clés représentatives de votre activité et de votre offre de
produits ou services. Les intitulés de vos produits et catégories de produits, vos slogans publicitaires,
votre expérience dans la vente de produits ou services, le vocabulaire utilisé par vos clients… sont
autant de sources d’inspiration pour dresser une liste de vos mots-clés stratégiques.
Outil de suggestion de mots-clés de Google
Keyword Tool est un outil incontournable dans toute analyse sémantique, il fournit des données
intéressantes tels que le volume de recherche d’un mot-clé ou sa concurrentialité et propose des
suggestions de mots-clés apparentés. (Vous devez disposer d’un compte AdWords afin de vous y
connecter)

Les recherches apparentées
Les recherches apparentées Google ou « related searches » suggèrent des requêtes populaires,
connexes à la requête saisie dans le moteur de recherche.

Google Suggest
Cette fonctionnalité de Google propose des termes de recherche similaires à ceux saisis (ou en train
d’être saisis) dans le champ de recherche en fonction des recherches les plus populaires :
Recherche en référencement naturel
Une simple recherche dans Google permet d’identifier les mots-clés sur lesquels sont optimisés les
titres des pages des principaux concurrents.
Outil de Web Analytics
Google Analytics ou tout autre outil d’analyse d’audience permet d’identifier les mots-clés qui ont
généré du trafic sur votre propre site. Repérer les mots-clés ou les constructions qui génèrent
actuellement un trafic faible peut vous permettre de détecter de nouvelles opportunités.
Moteur de recherche interne au site
Le moteur de recherche interne constitue une véritable mine d’or puisqu’il recense tous les termes
saisis par vos cibles. Des requêtes à ne pas négliger !
Conseil : Tenez compte de votre cible professionnelle mais aussi de l’internaute
lambda !
Ne dites pas solution de gestion pour TPE mais logiciel comptabilité entreprise
Ne dites pas pisciniste mais vendeur piscine
Ne dites pas publicité sur lieu de vente mais stand salon
1.2. L’approche « mots-clés », indispensable mais pas suffisante
Toute stratégie de référencement repose sur une liste des mots-clés stratégiques, des mots-clés
génériques représentatifs de l’activité du site. Si cette approche est indispensable, elle n’est pas
suffisante puisqu’elle ignore une large majorité du trafic potentiel du site.
Les internautes spécifient de plus en plus leurs requêtes, l’essentiel du trafic issu des moteurs
reposant aujourd’hui sur une importante variété de requêtes rares. Ces requêtes de micro-trafic
représentent en moyenne 80 % du trafic d’un site. D’où l’importance de travailler la longue traîne au
travers de ces requêtes spécifiques.
En effet, limiter sa stratégie de référencement aux mots-clés stratégiques, c’est ignorer 80 % du
trafic. Ainsi, pour positionner efficacement son site dans les moteurs de recherche, il faut envisager
le champ lexical et sémantique du site dans sa globalité.
Les différentes sources vous permettant de définir votre liste de mots-clés vous auront
probablement donné les principales pistes pour exploiter la longue traîne.
Conseil : Exploitez la longue traîne !
Travaillez sur le mot-clé et la racine du mot-clé
Ex : Tourisme – touriste, touristes, touristique, touristiques…
Travaillez les synonymes du mot-clé
Ex : Voiture – véhicule, auto, automobile…
Travaillez l’univers lexical du mot-clé
Ex : Immobilier – maison, appartement, terrain, T1, T2, T3…
1.3. Une méthode de travail efficace pour bien exploiter ses
mots-clés
Une fois votre liste de mots-clés déterminée, il s’agit de répartir les mots-clés sur les différentes
pages de votre site. Voici quelques conseils à suivre pour mener à bien cette étape :
Faire preuve de bon sens
Répartir tout simplement les mots-clés qui correspondent à la thématique abordée sur la page.
Travailler 2 à 3 mots-clés par page
Travailler un mot-clé concurrentiel et un ou deux mots-clés complémentaires par page. Il est
important de créer des univers thématiques sur votre site et ainsi d’avoir des pages qui respectent ce
principe.
Respecter un principe d’entonnoir
Les pages les plus hautes de l’arborescence ont un potentiel de réactivité plus important que les
pages profondes. Aussi, il est préférable de travailler les mots-clés concurrentiels dans les pages les
plus hautes de l’arborescence en respectant la logique : du générique au spécifique.

1.4. Quelques règles de rédaction optimisée pour le
référencement
Les moteurs de recherche sont très sensibles à la présence des mots-clés dans le texte visible de vos
pages. Travailler vos mots-clés dans les « zones chaudes » de la page vous garantit ainsi une bonne
prise en compte du contenu par les moteurs.
La densité des mots-clés
La densité d’un mot-clé – rapport entre le nombre d’occurrences du mot-clé et le nombre total de
mots du contenu – est prise en compte par les moteurs de recherche dans le calcul du
positionnement.
Tout l’enjeu consiste donc à trouver le juste équilibre entre l’optimisation pour les moteurs et la
lisibilité pour l’internaute.
La priorité aux titres et sous-titres
Le langage HTML permet une structure éditoriale qui repose sur les balises HN. Il existe 6 niveaux de
titres (de H1 à H6) qui permettent aux moteurs de recherche de comprendre et d’analyser le
contenu.
Soignez vos titres et sous-titres ! Ils constituent des éléments primordiaux pour le robot comme pour
l’internaute. Profitez-en pour insérer vos mots-clés.
Conseil : Respectez un indice de densité des mots-clés optimal
Travaillez deux à trois mots-clés principaux en vous concentrant sur une thématique
unique
Rédigez vos pages en respectant une densité comprise entre 2 et 3 % pour les mots-clés
prioritaires et de 1 % environ pour les mots-clés secondaires
Les expressions « le ; la ; les ; et ; etc. » ne doivent pas être prises en compte dans les
calculs d’occurrence
Equilibrez les occurrences de mots-clés en veillant à ne pas tomber dans le spamdexing
(méthodes de référencement abusif que nous évoquons plus en détail à partir de la
page 26)
Conseil : Soignez vos titres et sous-titres !
Rédigez un titre de 7 à 10 mots, représentatif du corps du texte
Placez-y de l’information essentielle. Evitez les « bienvenue sur notre site web »…
Différenciez vos titres d’une page à l’autre
Trouvez une formule marketing ménageant vos impératifs d’e-business et l’efficacité de
votre référencement

Le principe de proéminence
Les moteurs de recherche accordent de l’importance aux premiers mots de la page et analysent la
proéminence d’un mot-clé pour positionner une page.
La proéminence d’un mot-clé est le ratio utilisé dans les algorithmes des moteurs de recherche pour
déterminer la position du mot-clé par rapport aux autres mots de la page. Exprimée en pourcentage,
la proéminence est d’autant plus grande que le mot-clé est placé haut du texte.
Conseil : Soignez vos titres et sous-titres !
Rédigez un titre de 7 à 10 mots, représentatif du corps du texte
Placez-y de l’information essentielle. Evitez les « bienvenue sur notre site web »…
Différenciez vos titres d’une page à l’autre
Trouvez une formule marketing ménageant vos impératifs d’e-business et l’efficacité de
votre référencement
Conseil : Ayez recours au chapô !
Faites apparaître les mots-clés dans les 30 à 50 premiers mots de la page !
Pour cela, le recours au chapô est une excellente méthode. Cette introduction qui
reprend les idées clés développées dans le texte met naturellement en exergue les mots-
clés
Pensez toutefois à rester synthétique, gardez à l’esprit que le chapô reste une
introduction.

1.5. Une structure de contenu optimisée pour les moteurs
Voici un exemple concret de structure de contenu optimisé pour les moteurs de recherche :
<h1>Titre incluant le mot-clé principal</h1>
[chapô] : introduction reprenant les principales idées développées dans le contenu et incluant
les mots-clés.
<h2> Sous-titre incluant un mot-clé secondaire</h2>
§ 1 : paragraphe développant une première idée et incluant les mots-clés mis en évidence
à l’aide des balises Strong
<h2> Sous-titre incluant un mot-clé secondaire</h2>
§ 1 : paragraphe développant une deuxième idée et incluant les mots-clés mis en
évidence à l’aide des balises Strong

1.6. L’optimisation des balises Title et Meta
La balise Title
La balise Title reste un élément d’information majeur pour l’internaute comme pour le moteur de
recherche.
La balise Meta Description
Si les moteurs de recherche n’accordent plus d’importance à la balise Meta Description dans le calcul
du positionnement, elle reste un élément important de votre stratégie webmarketing.
Résumé synthétique du contenu de la page, elle s’affiche en effet dans la page de résultats et a donc
pour vocation d’inciter l’internaute à cliquer sur le résultat.
Conseil : Optimisez vos balises Title !
Rédigez une balise Title unique pour chaque page de votre site
Reprenez les mots-clés représentatifs du contenu de la page
Rédigez une balise Title d’environ 80 signes espaces compris, soit environ 7 à 10 mots

Conseil : Incitez au clic en rédigeant une Meta Description efficace !
Rédigez une balise représentative du contenu de la page d’environ 160 signes
Reprenez les mots-clés : ils apparaîtront en gras lorsqu’ils correspondent à la requête
Personnalisez autant que possible les balises Meta Description de votre site
Optez pour un ton marketing, valorisez vos avantages concurrentiels !

La balise Meta Keywords
La balise Meta Keywords n’a aujourd’hui plus d’importance pour le référencement. Ne perdez pas de
temps à la renseigner !

2. L’animation éditoriale
Mettre en place une véritable dynamique éditoriale, en mettant à jour votre site et en enrichissant
régulièrement votre contenu, comporte un double enjeu : fidéliser vos visiteurs et satisfaire les
attentes des moteurs de recherche pour intensifier la fréquence de leur passage.
2.1. Mettre en avant son actualité
Relayez sur votre site les actualités :
– de votre site (nouveaux produits ou services, nouvelles pages, promotions, plus grosses
ventes…)
– de votre entreprise ou groupe (nouveaux magasins, nouveau gros client, présence sur un
salon, communiqué de presse…)
– de votre domaine d’activité (études, salons, innovations…)
Ces actualités seront développées sur une page dédiée, mais seront mises en avant dès la page
d’accueil, sous forme de brèves. Il est en effet très important que les internautes voient dès la page
d’accueil les nouveautés qui se trouvent sur votre site, mais il est aussi stratégique de montrer aux
moteurs de recherche que votre page d’accueil évolue de façon régulière. Autre façon de relayer ces
informations : le flux RSS, la newsletter, les médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.). Un internaute
abonné à l’un de ces outils reviendra ainsi visiter votre site à chaque fois qu’un contenu présentera
une information attrayante pour lui.
Une fois périmées archivez ces actualités dans une rubrique spéciale, afin quelles restent disponibles
pour les internautes mais aussi pour Google qui les aura indexées.
Astuce : Si vous n’avez pas le temps de rédiger vous-même des actualités, vous pouvez aussi afficher
un fil RSS (pertinent bien évidemment) sur votre page d’accueil.

2.2. Créer de nouveaux contenus
Outre les actualités, il y a toujours possibilité d’enrichir un site, en créant des articles de fond. Créer
et enrichir régulièrement un glossaire, un guide d’achat, des pages conseils… A vous de trouver ce
qui pourrait intéresser vos visiteurs. Pour vous faire une idée, vous pouvez faire un tour sur les sites
de vos concurrents bien sûr, mais aussi sur les forums, regarder les requêtes fréquemment tapées ou
tout simplement décortiquer les commentaires laissés par vos visiteurs eux-mêmes.
Là encore, mettez en avant ces nouveaux contenus dès la page d’accueil.
2.3. Mettre à jour son site
Rien de plus irritant qu’un site qui présente des informations périmées. Veillez à faire les
modifications nécessaires au fur et à mesure.
Mais ce n’est pas tout ! Le web évolue et un site en place depuis plusieurs années doit être
régulièrement revu et repensé. Peut-être que certains éléments présents sur votre site sont
dépassés… Un petit tour sur d’autres sites (concurrents ou non) vous donnera déjà des pistes. Pensez
là-aussi à jeter un œil aux commentaires de vos visiteurs : ils vous donnent peut-être des idées pour
améliorer votre site.
2.4. Relation blogueur
Aujourd’hui, il est important d’établir des partenariats avec des blogueurs influents dans votre
domaine d’activité. D’une part, cela va permettre un échange réciproque de liens et d’articles, et
d’autre part contribuer à la bonne réputation de votre marque, de votre site, et votre visibilité sur les
moteurs de recherche.
Il s’agit de proposer un contenu attirant pour les visiteurs et intéressants à partager et relayer pour
les blogueurs. En effet, votre article devra intéresser les lecteurs du blog et être dans sa thématique.
Conseil : Animez votre site !
Vous vendez des produits capillaires ? Pourquoi ne pas proposer sur votre site des
conseils de coiffure tendance ? Ou encore des tutoriels vidéo qui sont très en vogue
actuellement
Vous proposez des crédits immobiliers ? Mettez en place une rubrique dédiée à
l’immobilier avec des conseils pour trouver un bien, et des actualités sur le marché

En résumé, 3 principaux points à respecter :
– Proposer un contenu attirant pour les lecteurs du blog mais aussi pour les blogueurs eux-
mêmes
– Rédiger des contenus de qualité et « frais » (quelque chose de nouveau et unique)
– Penser à la viralité, votre article devra être partagé, liké, tweeté…
Pour ce qui est d’instaurer une véritable relation avec des blogueurs influents, mettez en place une
vraie stratégie et ne pensez pas uniquement à pouvoir « acheter » les blogueurs avec des cadeaux.

3. Les différents supports web
Vous serez probablement amené à travailler sur différents supports web. D’abord parce qu’un site
est lui-même composé de pages de différentes natures ; ensuite parce qu’il est rare qu’il puisse
fonctionner en électron libre. Votre communication online s’appuiera très probablement sur un
ensemble de supports, qui serviront à promouvoir votre site.
Chacun de ces supports présente ses propres caractéristiques, auxquelles il faudra s’adapter pour
une communication efficace. Cependant, il va sans dire que votre communication devra être
cohérente sur l’ensemble de ces supports.
3.1. Les pages du site web
Intéressons nous d’abord aux pages présentes sur le site lui-même. La très grande majorité des sites
se présentent selon une arborescence en pyramide inversée :
Page d’accueil
Rubriques
Sous-Rubriques
+ Générique
+ Spécifique
Articles

La page d’accueil
La page d’accueil d’un site est généralement la page vers laquelle pointent le plus de liens. C’est donc
celle qui a le plus de potentiel du point de vue du référencement : c’est là que vous travaillerez vos
mots-clés les plus génériques.
C’est aussi la page sur laquelle arrivent la majorité des internautes. Elle doit donc contenir un texte
de présentation clair et attractif pour permettre à l’internaute de comprendre :
– Que propose le site ? Votre page d’accueil présente probablement des images de vos
produits et votre site a peut-être même un nom explicite, mais rien ne vaut quelques lignes
de présentation. Expliquez clairement l’objectif du site : proposer des produits, des services
ou de l’information ? De quelle nature ?
– Qui en est l’émetteur ? Rassurez votre internaute : il a besoin d’être sûr que votre site est
fiable et légitime et qu’il pourra y trouver un service ou des informations de qualité.
– Qu’est-ce qu’il a de plus que ses concurrents ? Pourquoi votre internaute devrait-il vous
choisir vous plutôt que votre concurrent ? Là encore, indiquez sans tomber dans le style
marketing votre valeur ajoutée : le prix, la qualité, l’originalité, l’expérience…
Le texte de la page d’accueil vous permet ainsi de faire d’une pierre deux coups : vous accrochez vos
internautes et vous travaillez le champ lexical propre à votre domaine d’activité.
La page d’accueil du site Gemmantia est trop épurée : elle
ne permet pas à l’internaute de comprendre
immédiatement les différents métiers de l’enseigne.
Le site Web Guide Auto propose un contenu concis,
qui explique clairement ce que le site peut offrir :
s’informer, comparer et acheter une voiture.

Les pages de catégories
Créer une page d’introduction pour chaque catégorie c’est un peu comme exposer sa gamme de
produits ou de services devant un client. Votre internaute sait qu’il recherche une télévision, mais ne
sait pas encore quelle technologie choisir : LED, LCD ou plasma ? En cliquant sur la catégorie « TV », il
cherche à affiner son choix. Aidez-le ! C’est le moment de lui présenter les différentes possibilités
qui s’offrent à lui et leurs avantages.
Pour rédiger ce texte, mettez-vous à la place de votre internaute et imaginez les questions qu’il
pourrait poser au vendeur du rayon s’il était en magasin (ou au conseiller qui le recevrait). Dans le
cas d’une boutique e-commerce, le texte de la page catégorie ne doit toutefois pas être trop long
pour ne pas éclipser les produits
Cette page présente également un intérêt pour le référencement en vous permettant de travailler
des mots-clés plus spécifiques (par exemple « TV écran plat »).
Vous pourrez ensuite créer trois pages de sous-catégories, sur le même principe, pour présenter
votre choix de télévisions écran plat LED, LCD et plasma.
Les pages produits
Ca y est, votre internaute a choisi : ce sera une TV LED de la marque X. Il entreprend donc de
regarder les différentes fiches produit de la marque pour faire son choix. Là encore, il a besoin de
vous pour déterminer si le produit qu’il a repéré est bien celui qui lui convient. Ne vous contentez
pas de lister les caractéristiques du produit : mettez en avant ses particularités et avantages. Mieux
encore, indiquez pour quels usages il est recommandé :
– « Cette TV LED marque X offre un rendu des couleurs époustouflant. Idéal pour les amateurs
de grands films ! »
– « Simple et didactique, ce livre sur le scrapbooking est parfait pour les débutants. »
– « Une petite robe légère à porter l’été avec des ballerines. Sa coupe ample met
particulièrement en valeur les silhouettes les plus généreuses. »
Le descriptif produit, un vendeur virtuel
Le problème des boutiques en ligne, c’est qu’elles ne permettent pas à leurs clients de toucher et
d’essayer les produits, ni de repartir avec immédiatement. Résultat : nombre d’internautes
glanent des idées sur le net puis se rendent en magasin pour acheter. Le descriptif produit doit
donc jouer le rôle du vendeur et répondre à toutes les questions qu’un acheteur pourrait poser
en magasin.

Les pages informatives
Qu’il s’agisse de pages de présentation, d’articles de fond ou de guides d’achat, les pages
informatives présentent l’avantage d’être riches en contenu. Un très bon point pour l’internaute et
pour les moteurs de recherche, à condition toutefois que ce contenu soit clair et bien organisé.
Commencez toujours par les informations essentielles (au-dessus de la ligne de flottaison pour que
les internautes voient ces informations sans avoir besoin de faire défiler verticalement le contenu
du site) pour finir avec ce qui est accessoire, selon le fameux principe de la pyramide inversée. Un
internaute qui ne lirait que le titre et le chapô doit avoir une idée précise de ce qui est développé sur
la page.
Quelques pistes pour rédiger vos pages informatives :
La page « Qui sommes-nous » :
Elle présente l’entreprise ou la marque et a souvent pour objectif de rassurer l’internaute (en
mettant en avant les garanties, l’expérience, les méthodes proposées par le site). C’est aussi sur cette
page que vous devez développer ce qui vous différencie de vos concurrents. Attention : cette page
est centrée sur l’émetteur, mais ce n’est pas une raison pour oublier à qui vous vous adressez !
La présentation d’un service :
La présentation d’un service doit là encore commencer par le besoin éprouvé par votre cible. Pour
élaborer ce service, vous avez certainement étudié le profil de votre cible, alors montrez-leur : « Si
nous vous proposons ce service, c’est parce que nous savons que vous en avez besoin. »
Développez ensuite tout ce que comprend votre service de la façon la plus claire possible. Pensez à la
liste à puce.
Le guide d’achat :
Presque indispensable pour un site e-commerce, le guide d’achat se substitue au vendeur physique.
Pour savoir quoi mettre dans ce guide d’achat, répertoriez les questions que pourrait poser un client
dans une boutique. Vous pouvez aussi faire un comparatif entre deux produits, pour aider
l’internaute à choisir celui qui lui correspond le mieux.
Conseil : Animez votre site !
Vous vendez des vêtements ? Rédigez des fiches conseils pour choisir son jean en
fonction de sa morphologie. Donnez des conseils pour créer une tenue adaptée à une
journée de travail ou à un rendez-vous galant.
Vous vendez des poussettes ? Faites un article sur la poussette citadine et un autre sur la
poussette tout-terrain

3.2. Le blog
En parallèle à votre site, il peut être intéressant de tenir un blog professionnel. Régulièrement
enrichi, le blog est un support qui plait aux internautes comme aux moteurs de recherche. Par
ailleurs, il vous permettra de faire des liens de qualité vers votre site.
Créez une complicité avec vos lecteurs
Vous pourrez y aborder des sujets relatifs à votre site, à votre entreprise, à votre domaine d’activité,
ou même, bien plus largement, des sujets qui ne vous touchent pas directement mais qui intéressent
votre cible.
Le site Yves Rocher propose des produits de beauté, pas de vêtements… Sur son blog, la
marque publie pourtant des conseils mode : l’une des préoccupations de ses lectrices.
L’avantage du blog, c’est que vous pourrez traiter tous ces sujets sur un ton moins sérieux que sur un
site institutionnel. Osez l’humour, le ton décalé : le blog se prête particulièrement à ce type
d’écriture car il sert à établir une complicité avec le lecteur.
Fidélisez vos lecteurs
Pour que votre blog soit suivi, il doit répondre à plusieurs règles :
Publier régulièrement des billets (au moins une fois par semaine), sans creux. Il peut donc
être nécessaire de prévoir plusieurs rédacteurs : il y aura ainsi toujours quelqu’un susceptible
de publier un billet.
Traitez de sujets qui ont vraiment un intérêt, et avec un regard qui vous est propre. Une fois
encore, intéressez-vous aux questions que se pose votre cible en vous rendant sur les forums
et sur les autres blogs.

Variez les sujets mais aussi les genres éditoriaux (brèves, articles de fond, interviews, photos,
vidéos…)
Assurez l’interactivité en ouvrant vos articles aux commentaires (élémentaire…), incitez vos
lecteurs à donner leur avis et pensez à y répondre. Mettez aussi en place des quizz,
sondages, concours, etc.
3.3. La newsletter
Envoyée de façon régulière à vos abonnés, la newsletter permet de créer et de maintenir un lien avec
vos clients, prospects et plus largement avec les personnes qui manifestent un intérêt pour votre
entreprise, votre marque, votre domaine d’activité. Mais pour être efficace, votre newsletter doit
remplir un certain nombre de critères :
Rédigez une newsletter ni trop courte, ni trop longue. L’idéal est de prévoir entre 4 et 7
articles par newsletter, afin d’apporter suffisamment d’informations, tout en veillant à ce
que votre envoi reste digeste.
Variez les sujets et les formats de vos articles pour donner du dynamisme à vos newsletters
et ainsi fidéliser vos lecteurs. L’idéal est de garder un équilibre entre information et
promotion.
Créez des rubriques récurrentes : par exemple, « actualité » (de l’entreprise et/ou de votre
domaine d’activité), « témoignage » (de clients ou de professionnels), « le chiffre du mois »,
« l’image de la semaine », « focus sur un produit ou service », « bonnes affaires » (présentez
vos promotions, vos bons plans), « sondage », ou des rubriques thématiques sur les
différents aspects de votre métier.
Faites des liens vers votre site : votre newsletter doit ramener vos lecteurs vers votre site.
Envoyez votre newsletter de façon régulière : une fois par mois, une fois par semaine ou
toutes les deux semaines par exemple. Mieux vaut ne pas vous fixer un objectif trop élevé si
vous n’êtes pas sûr de pouvoir vous y tenir.
Réfléchissez bien à l’objet de votre mail : attisez la curiosité du lecteur en jouant sur le
teasing, en posant une question, en mettant en avant une exclusivité… Attention toutefois,
certains termes et procédés peuvent vous faire tomber dans les filets des filtres anti-spam
(« gratuit », « gagnez », les ponctuations trop appuyées, les répétitions, les majuscules, les
termes à caractère sexuel…)
Et surtout, comme pour tous les supports présentés ici, n’oubliez jamais à qui vous vous
adressez. Votre newsletter doit correspondre aux attentes de vos internautes. N’hésitez pas
non plus à les inviter à participer : en donnant leur avis via un sondage, en devenant le
prochain témoignage, ou le prochain cas-client, etc.

4. Les techniques à proscrire
Le décideur à la recherche d’un référencement durable doit scinder les techniques de référencement
en deux groupes : les pratiques « saines » et encouragées par les moteurs de recherche – le white
hat et les pratiques abusives – le black hat. Les pratiques abusives sont considérées comme telles
dès lors qu’elles vont à l’encontre des règles édictées par les moteurs de recherches.
En utilisant ces techniques de « tricherie », les webmasters s’exposent au risque que les moteurs de
recherche détectent l’abus. La sanction est immédiate et se traduit par une non-indexation des pages
du site dans les résultats et même par un bannissement du site pour plusieurs mois. Inutile donc de
jouer avec le feu : déployez des méthodes de rédaction éditoriale « propres » pour donner des
bases saines à votre référencement en rédigeant un contenu destiné en priorité aux internautes.
Certaines pratiques sont à éviter impérativement si vous souhaitez faire de votre référencement un
levier incontournable de votre stratégie web d’entreprise.
Le spamdexing en fait partie, il recouvre des méthodes de référencement abusif dont certaines
portent directement sur le contenu. En voici donc quelques unes, à éviter absolument :
Les pages satellites
Une page satellite est une page web qui a été réalisée spécifiquement pour un mot-clé ou une
expression donnée, parfois même pour un moteur de recherche précis. Il s’agit d’une page, par
exemple, proposant un logo, un texte, et une indication de type « Pour aller sur le site X, cliquez
ici ». Et ce lien amène vers la réelle page d’accueil du site. Technique abusive et peu qualitative en
termes d’éditorial, les pages satellites sont de plus en plus décelées par les robots des outils de
recherche qui les sanctionnent sévèrement.
Le cloaking
Le cloaking1
consiste à dissimuler un texte sans intérêt à l’internaute et à le rendre visible aux seuls
moteurs de recherche. Le principal objectif de cette dissimulation consiste donc à tromper le moteur
en lui procurant une page spécialement conçue et optimisée pour lui (répétition de mots-clés non
affichés pour les visiteurs).

Le texte caché
Les pratiques consistant à proposer du texte visible pour les robots des moteurs mais invisble pour
les internautes sont considérées comme des pratiques abusives. La détection de ce type de méthode
entraîne une désindexation des pages concernées ou des pertes de positionnement observées sur le
site. Le texte caché peut prendre différentes formes : texte en ton sur ton, texte caché derrière une
image, texte en taille de police 0…
La duplication de contenu
On parle de contenu dupliqué2
lorsque l’on retrouve sur des pages indexées distinctes (URL
différentes) un contenu strictement similaire. Attention également aux contenus très proches,
notamment dans les textes qui utilisent les techniques dynamiques et pour lesquelles seules les
variables changent d’une page à une autre…
La mise à jour de l’algorithme Google Panda, arrivée en France depuis août 2011, pénalise
principalement la duplication de contenus.
En somme, il est préférable de rédiger des contenus personnalisés, qui ne seront pas « passe-
partout”, qui permettront de vous différencier et d’éviter le déjà vu, aussi bien de la part des
internautes que des moteurs de recherche.
La répétition abusive des mots-clés
Le keyword stuffing3
consiste à insister trop lourdement sur les mots-clés. S’ils doivent être présents
dans la page, une répétition trop élevée nuit à la lecture et se voit sanctionnée par les moteurs de
recherche.

Laisser un commentaire

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin