Formation référencement naturel – Devenir premier sur Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

SEO, SES, SEM, SMO et SL

INTRODUCTION
Vous arrive-t-il de repenser aux débuts d’internet ? Les modems, la lenteur de connexion et surtout les
centaines de pages publicitaires qui surgissaient au moindre clic. Ces pop-ups n’étaient à l’époque pas
que des publicités de sites douteux mais des publicités d’annonceurs très sérieux.
Les marques ont peu à peu compris qu’elles étaient allées trop loin et que le web, espace sans
frontières, ne donnait pas le droit de faire n’importe quoi.
Avec le temps et l’experience les marques ont structuré leur approche (fréquence, type de contenu,
ciblage) et ont opté pour plus de discrétion. Cela c’est traduit par la naissance de tactiques de PUSH
marketing. Le PUSH marketing consiste à s’adresser directement aux acheteurs potentiels pour
promouvoir un produit ou un contenu (emailing, retargeting ou encore annonces sponsorisées).
Mais à leur tour les tactiques de PUSH sont arrivées à maturité et les internautes sont saturés de
messages publicitaires et commerciaux.
Les marques doivent une nouvelle fois revoir leur stratégie pour assurer la visibilité de leur marque et
de leur contenu. C’est ainsi que le PULL marketing s’est progressivement démocratisé.
Le PULL marketing consiste à mettre un produit, une marque et son contenu en valeur sur le web
dans le but que les acheteurs potentiels soient attirés par celui-ci.
« SMO, SEO, SEA et SEM » sont des acronymes que nous entendons de plus en plus, mais savez vous
pourquoi ils sont le moteur du PULL marketing et réinventent le PUSH marketing ?

Nous vous expliquons comment tirer profit de vos données pour optimiser votre push et
votre pull marketing. Découvrez aussi les nouvelles techniques pour mettre votre marque et
votre contenu en avant.
Le SEA : Payer pour être visible
Le SEO : Optimiser pour être visible
SEM = SEA + SEO
Le SMO : Optimiser les médias sociaux
Le SL : Avant l’optimisation, l’écoute

Le SEA : Payer pour être visible
C’est le moment de dévoiler le premier acronyme :
il s’agit du SEA qui signifie Search Engine Advertising. Littéralement le SEA consiste à sponsoriser un
résultat de recherche, on l’appelle aussi référencement payant.
Si Juliette cherche un nouveau canapé scandinave pour son studio et qu’elle tape sur Google les mots «
canapé scandinave » elle verra apparaître des résultats divers :
Les premiers que Juliette verra apparaître sont labélisés « annonce ». Cela signifie que les responsables
des marques qui apparaissent en annonce (Boconcept, Menzzo, Alinéa…) ont payé pour que leur
marque apparaisse à chaque recherche des termes « canapé scandinave » sur Google dans un
périmètre géographique précis.
Pour les marques, l’intérêt est double, elles sont plus visibles auprès d’un prospect prêt à acheter, et
augmentent donc leurs chances de concrétiser une vente. Le deuxième intérêt est d’augmenter le trafic
vers leur site internet, tout en favorisant la visibilité de ce même site via le SEO.
Je vous ai perdu ? OK, revenons en arrière, je m’explique :
Lorsque Juliette a tapé « canapé scandinave » sur Google, elle a obtenu en tête de liste plusieurs
annonces (publicitaires) puis en 5ème résultat Cdiscount apparait sans label « annonce ».
Cela signifie que Cdiscount est naturellement classé par Google en tête des réponses pour la recherche
« canapé scandinave » et que la marque n’a pas payé Google pour être placée.

Le SEO : Optimiser pour être visible
Pour obtenir un aussi bon résultat que Cdiscount il faut avoir
mis en place une stratégie de SEO. SEO signifie Search
Engine Optimization.
Pour chaque page de chaque site internet du monde entier
Google attribut un score à partir d’algorithmes maison. Si le
score de Cdiscount est aussi bon sur la recherche « canapé
scandinave » c’est parce que la page qui sort en tête de liste
de la recherche intègre toutes les bonnes pratiques pour
obtenir un bon score.

Tous ces éléments facilitent la lecture de la page par les robots Google qui vont en confirmer la pertinence
lorsqu’une personne recherche un contenu relatif aux termes « canapé scandinave ».
Enfin comme je le disais, le fait qu’une page soit fréquemment vue/visitée, favorise également le score
accordé par l’algorithme Google.
C’est pourquoi j’expliquais plus haut qu’une opération de SEA en dynamisant le trafic d’une page, a un
effet positif sur le SEO de cette même page.

SEA + SEO = SEM
Maintenant que vous avez compris en quoi consistent le SEA et le SEO il est plus facile d’expliquer ce
qu’est le SEM.
Littéralement il s’agit du Search Engine Marketing et concrètement il désigne les activités qui ont
vocation à booster la visibilité organique (SEO) ou payante (SEA).
Le SEM allie donc la capacité de mettre en évidence un produit aux yeux de ceux qui recherchent
activement ce type de produit, et la capacité à faire de la publicité sur une audience très ciblée.
Si tout cela semble plus clair pour vous, cela ne représente en réalité que la deuxième partie du
travail. Optimiser un site internet et ses pages pour qu’il apparaisse en première place des recherches
est une bonne stratégie, étant donnée la montée en puissance de l’inbound marketing, mais encore
faut-il savoir quels sont les mots clés sur lesquels baser l’optimisation du site.
Vous avez tous déjà entendu parler, ou avez utilisé des outils capables de vous indiquer les
combinaisons de mots clés en vogue à partir d’une proposition de départ (Google Trends).
Vous utilisez aussi peut-être des outils qui vous indiquent les performances de votre site sur des mots
clés définis (Google analytics et autres outils).
Le problème est que tout cela implique de connaître au départ vers quel champ lexical vous
souhaitez orienter la stratégie SEM de votre entreprise, or celle-ci dépend du positionnement
même de votre entreprise.
Il y a donc une réflexion et un travail à faire en amont par les marques pour comprendre leurs
consommateurs, et comprendre leur rôle vis-à-vis de leurs consommateurs. Les marques
doivent apprendre à écouter et à analyser leurs discussions, elles doivent anticiper les nouvelles
tendances, comprendre comment elles sont perçues et doivent agir rapidement.

Le SL : Avant l’optimisation, l’écoute
Si une marque de céréales met en place une écoute sur les habitudes de consommation au petit
déjeuner grâce à une solution de Social Listening elle pourra suivre en temps réel les évolutions
des pratiques.

Elle pourra voir émerger des tendances comme celle des
« acai bowls » et pourra accompagner cette demande
croissante en proposant des recettes ou en créant une page
dédiée sur son site internet pour capter une part du trafic
généré par les personnes qui recherchent les mots clés
« acai bowls ».
Elle peut aussi se positionner pour sponsoriser ces termes
émergents qui devraient être plus abordables.

Cette veille pourra également permettre à la marque de découvrir que les consommateurs ont un
usage différent de celui que la marque pourrait imaginer.

Si nous restons dans le secteur alimentaire, on peut imaginer que Nutella découvre via l’écoute de sa
propre marque que certains de ses consommateurs utilisent le produit non pour le goûter comme
elle se positionne, mais dans l’élaboration de desserts.

Nutella peut embrasser cette tendance de consommation et créer des contenus ou mettre en avant
les contenus de ses consommateurs pour optimiser le trafic vers son site internet et ses contenus
Le SMO : Optimiser les médias sociaux
Vous savez tout sur le SEA, SEO, SEM et comment le SL permet d’optimiser l’ensemble, mais qu’en
est-il du SMO ?
Le SMO est le dernier né, il correspond au Social Media Optimization. Il est l’équivalent du SEM
mais appliqué exclusivement aux médias sociaux.
Il consiste donc à l’ensemble des activités qui permettent de favoriser la visibilité d’un contenu,
d’une page, d’un site ou d’une marque sur les réseaux sociaux. Il repose également sur le
référencement naturel (SEO) et le référencement payant (SEA).

Comment fonctionne le SEO sur les médias sociaux ?
Les contenus partagés sur les médias sociaux ne sont pas scannés par les robots Google.
Les publications sur les réseaux sociaux ne remonteront donc pas si un internaute tape une série de
mots clés sur Google. La visibilité de ces contenus se fait de trois façons :
Depuis votre
fil d’actualité
si vous suivez
un compte
Depuis votre
fil d’actualité si un
de vos amis
interagit avec un
contenu
Depuis une
recherche
sur le réseau
directement

Comment fonctionne le SEA sur les médias sociaux ?
Le SEA appliqué aux réseaux sociaux consiste à payer un réseau social pour mettre en avant un
contenu auprès d’un public qui ne fait pas partie de votre audience au départ.

Les réseaux sociaux permettent un ciblage diablement précis (à partir des
centres d’intérêts des comptes suivis, et des publications d’un utilisateur)
mais c’est à la marque de savoir quelle audience elle souhaite viser et quel
contenu elle souhaite promouvoir pour réussir sa campagne de SEA sur les
les médias sociaux.
Il est donc primordial pour la marque de réaliser une veille avant de lancer
sa campagne pour identifier avec précision sa cible et ainsi déterminer quel
sera le meilleur contenu à lui pousser.
Conclusion
Que vous souhaitez réaliser des campagnes payantes ou organiques, que vous souhaitiez pousser du
contenu ou optimiser la visibilité de votre marque, il est important de réaliser une écoute via une
solution de Social Listening en amont.
Cela vous permettra de comprendre comment les gens s’expriment pour vous appropriez les codes
de votre audience et les intégrer dans votre stratégie d’optimisation.
Utiliser le même code de langage que l’audience que vous visez augmente vos chances d’attirer les
personnes qui sont en recherche d’informations via votre stratégie PULL et de retenir l’attention de
celles qui seront exposées à votre message via votre stratégie PUSH.

Laisser un commentaire

webinaire agence webmarketing

Profitez maintenant du meilleur Webinaire composé des secrets et stratégies que personne ne vous dévoilera, rejoignez maintenant plus de 24.500 entreprises qui ont profité des secrets.

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin